• Nox

Trois histoires pour ne pas dormir le soir

Mis à jour : 26 mars 2020

On adore se raconter des histoires effrayantes au coin du feu : un fou qui se serait échappé d’un asile à quelques kilomètres d’ici, un fantôme qui reviendrait à trois heures du matin les nuits de pleine lune et bien d’autres histoires qui donnent des frissons dans le dos. Depuis quelques années, des légendes urbaines et des histoires originales pullulent sur Internet. Nous vous en proposons ici trois…


L’envers des vacances

L’histoire commence en août 2017 quand Manuel Bartual part en vacances quelques jours. Il est seul mais profite du soleil, de la plage et de son hôtel. Un après-midi, il lit sur son balcon quand la porte de sa chambre s’ouvre. Il pense alors qu’il s’agit d’un employé de l’hôtel venu pour faire le ménage. Mais quand il se lève il voit un homme plutôt grand et mince qui marche dans la pièce. Manuel voit que l’homme à l’air confus et s’approche de lui pour lui demander s'il s’est perdu, quand l’inconnu lui attrape le poignet soudainement et se met à parler très vite sans que Manuel puisse comprendre ce qu’il dit. Il croit en premier lieu que l’homme parle une autre langue avant de s’apercevoir qu’il parle bien espagnol mais qu’il met les mots dans le désordre et en omet certains. L’inconnu regarde derrière lui et s’en va. À ce moment, Manuel se rend compte que l’homme avait une carte d’hôtel qui lui permettait d’ouvrir sa chambre, il verrouille donc sa porte et s’allonge pour se détendre après cet étrange épisode.


Une fois qu’il a retrouvé ses esprits, il se rend à la réception pour dire au personnel de l’hôtel ce qui vient de se passer, en expliquant qu’il s’agit sûrement de l’ancien locataire de la chambre qui aurait toujours une carte active pour ouvrir la porte, mais l’hôtesse ne semble pas comprendre. Manuel décrit donc l’homme en question et l’hôtesse lui demande si c’est celui qui se tient juste derrière lui. Il se trouve qu’il s’agit bien de la même personne et ils réinitialisent les cartes. Tout est donc réglé. Plus tard, Manuel se rend compte qu’il a perdu un de ses t-shirts mais ne s’en inquiète pas et il continue de profiter de sa journée. Le soir arrive et Manuel se rend au buffet de l’hôtel pour dîner. Il voit l’homme qui était dans sa chambre à quelques tables de lui et ce dernier s’excuse pour l’incident de l’après-midi. Il insiste en disant que tout se passera bien, phrase qu’il répète plusieurs fois et qui met Manuel grandement mal à l’aise. Ce dernier décide donc de prendre en photo l’inconnu sans qu’il s’en rende compte afin d’avoir une identification possible en cas de problème avec l’homme.


Le lendemain, Manuel passe la matinée à la plage et quand il revient dans sa chambre il trouve un petit crayon à papier qui semble usé. Il se dit qu’il appartient sans doute à un membre du personnel de l’hôtel et retourne se balader sur la plage pour l’après-midi. Il se rend sur un ponton au-dessus de l’eau pour prendre des photos et quand il se retourne pour s’en aller il remarque l’inconnu et un autre homme à quelques mètres derrière lui. Il s’avance vers eux pour aller leur parler et remarque que l’homme qui accompagne l’inconnu porte le t-shirt que Manuel a égaré. Quand Manuel marche vers eux, les deux hommes font demitour et s’en vont. Bien que perturbé, Manuel essaie de rationaliser en se disant qu’il devait s’agir d’une coïncidence et qu’il ne devrait pas s’en faire.


Quelques jours sont passés et rien d’étrange ne lui est arrivé. Il se sent rassuré, profite pleinement de ses vacances et s’en va nager. Quand il sort de l’eau il remarque l’homme qui accompagnait l’inconnu de la chambre portant toujours le fameux t-shirt. Manuel décide de le prendre en photo et se décide même à le suivre en le filmant jusqu’à ce qu’il se rende compte que l’homme lui ressemble énormément. Il trouve ça très étrange car le complexe de l’hôtel est petit et il n’y a rien aux alentours. Manuel est d’autant plus intrigué que le programme de la journée de cet homme était d’aller à la plage, de manger un burger puis de se rendre au supermarché pour acheter une bouteille d’eau, ce qui était exactement la même chose qu’avait fait Manuel à son premier jour de vacances.


Manuel commence à angoisser, il retourne à sa chambre en pensant que le crayon qu’il a trouvé l’autre jour a une réelle importance et cherche où quelqu’un aurait pu écrire quelque chose. Il fouille longuement sa chambre avant de tomber sur un message sur le rouleau de papier toilette disant « tu es en danger. ». Il décide alors de dérouler encore le papier toilette et trouve des mots sur plusieurs feuilles, dans un ordre aléatoire. Il finit par trouver un sens logique avec un message : « Tu es danger, il n’y a plus aucun espoir pour moi mais tu peux encore te sauver. Va dans l’autre chambre et ne la quitte plus. Ce n’est pas une blague. »


Manuel a vraiment peur cette fois et se met à penser que la personne qu’il a vue dans sa chambre et celle qu’il a vu au buffet n’est pas la même car leur façon de parler était trop différente. Il prend donc l’avertissement très au sérieux. Sa chambre étant la 328, il se dit que la seule possibilité d’une « autre chambre » est la 238, d’autres combinaisons n’existant pas dans cet hôtel. Il appelle alors la chambre 238 et c’est une femme qui lui répond en allemand. N’ayant aucune autre piste, il décide d’aller se coucher. Le lendemain il va marcher un peu sur la plage et se repose dans sa chambre. La nuit il remarque que l’homme qui lui ressemble fixe sa chambre depuis le bord de la piscine. Il appelle donc la réception pour leur signaler et quand il revient à sa fenêtre, Manuel ne voit plus personne. Manuel montre à la réception la vidéo qu’il a prise de l’homme au bord de la piscine, ceux-ci lui répondent qu’il doit s’agir du concierge.


Le lendemain, Manuel marche le long de la route jusqu’à arriver à un autre hôtel très similaire au sien. Il entre à la réception pour demander si c’est une sorte de chaîne avec l’hôtel d’où il vient. La réceptionniste ne lui répond pas vraiment et lui conseil juste de ne pas s’inquiéter et que tout va bien. Il revient alors à son hôtel et pose la même question à la réception. Les employés n’ont cependant aucune connaissance d’un hôtel similaire dans le coin. Il se demande alors si l’autre chambre mentionnée dans l’avertissement ne serait pas la 328 mais de l’autre hôtel. Il décide de s’y rendre pour vérifier. Sur le chemin de la chambre, il se rend compte que tout est similaire à son hôtel mais dans l’autre sens. Arrivé devant la chambre, il passe sa carte magnétique et la porte s’ouvre. En entrant dans la chambre, il se retrouve face à face avec « l’autre Manuel » et il s’enfuit en courant, pris de panique.


Il décide que s’en est trop et avance son retour. Arrivé chez lui, le portier de son immeuble s’étonne de son retour rapide. Manuel lui dit que cela fait tout de même une semaine mais le portier rit et lui dis que ça ne fait que quelques minutes. Il lui donne aussi un colis que Manuel lui avait confié jusqu’à son retour. Il rentre dans son appartement, ouvre le paquet et n’y trouve qu’une feuille imprimée avec son profil Twitter sur lequel il a raconté tout son périple et un message au dos de la feuille disant « Arrête d’écrire tout ça, ça se termine ce soir, tout va bien. ». Manuel décide d’aller acheter à manger, en rentrant, il regarde par la fenêtre et vois « l’autre Manuel » dans la rue en train de le fixer. Il décide donc de se rendre au commissariat pour avertir la police mais ils ne le croient pas malgré les vidéos. Il rentre donc chez lui et réserve un nouveau vol pour retourner à l’hôtel le lendemain. Mais en voulant partir, il ne trouve plus sa porte d’entrée. Il la cherche mais ne la trouve pas, il regarde par la fenêtre et voit la piscine de l’hôtel. Cependant, quand il publie la photo sur Twitter, les gens ne voient qu’une photo de sa rue. Il se rend dans la salle de bain, « l’autre Manuel » ouvre la porte et reste là sans bouger. Le vrai Manuel sait que c’en est fini pour lui. Manuel aimerait avertir le prochain locataire de la chambre avec un message que lui seul trouvera. Il prend donc le rouleau de papier toilette pour écrire son message…


Jeff The Killer

Jeff, son frère Liu et leurs parents venaient d’emménager dans un nouveau quartier. Un jour, Liu se fit attaquer par trois jeunes et Jeff intervint dans la bagarre. La police alertée par une voisine arriva sur les lieux mais c’est Liu qui fut embarqué et mis en prison. Jeff était profondément déprimé et fou de rage face à cette injustice, il décida alors de retrouver les trois jeunes pour leur faire payer, mais cette fois, il ne se contenta pas de quelques coups de poings. Il les tua en leur jetant de la javel dessus puis en leur mettant le feu. Mais Jeff reçu lui aussi de la javel et s’enflamma avec les trois adolescents.


Illustration de Jeff The Killer, source inconnue

Quelques jours plus tard, il se réveilla à l’hôpital. Aussi surprenant que cela puisse paraitre, quand il découvrit son nouveau visage, blanchi par la javelle et le feu ainsi que ses longs cheveux brulés, cela lui plut grandement. Il put rapidement rentrer chez lui avec ses parents et Liu qui avait été libéré.


Mais une fois tout le monde couché Jeff se trouvait si beau qu’il se trancha chaque coin de la bouche jusqu’aux joues pour sourire en permanence et brûla ses paupières pour pouvoir se regarder en continu. Sa mère qui était venue voir s'il dormait bien hurla de frayeur en appelant son mari, quand son père arriva Jeff trancha la gorge de ses parents. Liu, réveillé par tout ce vacarme, arriva devant son frère. Jeff le plaqua au sol, Liu était trop frêle pour se défendre. Avant de le poignarder en plein cœur, Jeff lui chuchota : "Go to sleep".


Candle Cove

Candle Cove était une émission pour enfant diffusée dans les années 70. Les protagonistes de cette émission étaient une petite fille du nom de Jannice, un pirate du nom de Percy, un squelette du nom de Preneur de peau, et une chenille appelée Horace Horrible. Tous les personnages à l’exception de Jannice étaient des marionnettes. La trame des épisodes était que Jannice et Percy vivaient des aventures et étaient pourchassés par Preneur de peau et Horace Horrible qui étaient les méchants de la série.


Dessin de Percy le pirate par ©Jordan Persegati

C’est le dernier épisode de la première saison qui a particulièrement marqué les enfants. En effet, durant tout l’épisode, les marionnettes étaient comme prises de spasmes, Jannice pleurait et on entendait des cris en bruit de fond. Le tout sans scénario apparent. Avant l’apparition des statiques (neige) annonçant la fin de l’épisode, une image troublante d’un homme avec un masque d’ours effrayant qui semblait fixer le spectateur était apparue à l’écran pendant une fraction de seconde.


Un détail qui n’est pas des moindres et qui constitue encore le mystère de Candle Cove est que lorsque les enfants regardaient l’émission, les adultes eux ne voyaient que des statiques et n’entendaient aucun son.


Dana