• Nox

Samhain, le nouvel an des sorcières, l’origine de la fête d’Halloween

Dans la culture celte, Samhain (prononcé Sawéyn ou Sawin en gaélique) est la fête religieuse équivalente à notre nouvel an actuel en terme symbolique. Le découpage de la roue de l’année est effectué en fonction des changements de saisons célébrés lors de sabbats ainsi que des solstices et équinoxes.


L’année est donc divisée en huit parties :


- Samhain : le nouvel an, le début de la période sombre, du 31 octobre au 1 er novembre ;

- Yule : le solstice d’hiver, du 21 décembre au 1 er janvier ;

- Imbolc : la purification de la fin de l’hiver, du 1 er au 2 février ;

- Ostara : l’équinoxe de printemps, le 20 mars ;

- Beltane : la fin de la saison sombre et le début de la saison claire, du 30 avril au 1 er mai ;

- Litha : le solstice d’été, du 21 au 22 juin ;

- Lammas : la première récolte du blé, du 31 juin au 1 er août ;

- Mabon : l’équinoxe d’automne, du 21 au 23 septembre.


Peinture de la roue de l'année au musée de la sorcellerie à Boscastle. © Vivienne Shanley, Mark Highland, Midnightblueowl.

S’il peut paraître étrange de faire démarrer une nouvelle année basée sur la nature et ses bienfaits au début de l’hiver, le raisonnement est parfaitement logique pour les celtes. En effet, la saison sombre est souvent synonyme de mort dans l’inconscient collectif. Or, la nature ressent le besoin de se régénérer après chaque saison de récolte, et donc de préparer la renaissance se déroulant au printemps. Les celtes célébraient donc cette fête, en prônant l’acceptation de la mort comme nécessaire au bon déroulement du cycle de la vie.


Le sabbat de Samhain est considéré comme le plus puissant des quatre sabbats annuels. Le voile entre le monde des morts et celui des vivants y serait le plus fin, permettant donc de communiquer plus facilement avec l’autre monde, et augmentant les pouvoirs des sorcier.e.s grâce aux forces leur étant allouées par les défunts de leurs lignées. C’est pourquoi une grande majorité des rituels ayant lieu lors de ce sabbat ont pour but d’honorer les défunts.


Autel de Samhain © Pinterest 2020/Eclectica

La pratique de la sorcellerie néo-païenne n’est pas homogène : il y a mille et une façons de la pratiquer, de même que pour célébrer Samhain. Pour autant, certains rituels sont communs à un grand nombre de pratiquant.e.s à travers le monde.


- Décorer sa maison avec des objets, bougies, fruits, accessoires noirs, oranges ou rouges.


- Installer un autel à la mémoire de ses proches décédés : allumer une bougie pour chaque proche en question tout en murmurant son nom, à côté de leurs effets personnels ou photos s’il y en a. Leur souhaiter d’avoir trouvé la paix dans l’autre monde et les remercier de l’impact qu’ils ont pu avoir sur soi de leur vivant.


- Organiser un dîner avec des fruits et légumes de saison, ainsi que de la viande de chasse si possible.


- Laisser de la nourriture et des boissons à disposition des esprits, afin qu’ils puissent se restaurer avant de rentrer dans l’autre monde.


- Se rendre sur les tombes des proches décédés afin de les entretenir, de leur parler et leur rendre hommage. Y laisser des fleurs, plantes séchées ou autres offrandes.


- Faire une rétrospective de son année, de sa progression personnelle.


- Allumer un feu de joie à l’extérieur (alternativement dans une cheminée, ou même dans un chaudron si nécessaire). Écrire trois choses devant rester dans l’année passée (habitudes, mauvais souvenirs etc…) sur des bouts de papier et les faire brûler.


- Pratiquer des méthodes de divination, comme les runes ou encore le tarot. Prendre en compte que les prédictions seront valables pour l’année entière et les noter quelque part (dans son grimoire de préférence).


- Laisser des bougies allumées à l’extérieur de son domicile afin de guider les âmes perdues vers l’autre monde. C'est d'ailleurs à cause de cette pratique que l'on peut aujourd'hui voir des citrouilles allumées le soir d'Halloween. Cette pratique mêlant deux aspects différents de Samhain : l'utilisation d'un légume de saison et la présence d'une bougie allumée à l'extérieur de son domicile.


- Invoquer des divinités : attention, cela doit être fait avec la plus grande prudence, et seulement après s’être longuement renseigné sur la pratique de la sorcellerie. Il est déjà risqué d’invoquer des divinités en temps normal, on ne sait jamais qui peut réellement répondre à l’appel. Mais durant Samhain, le passage entre les différents mondes étant facilité, des énergies plus ou moins malfaisantes peuvent répondre à cet appel.


Il n’est pas nécessaire de passer le sabbat en groupe, mais cela est toujours plus agréable et en adéquation avec les valeurs du néo-paganisme : la solidarité, le partage, la communion. Selon les néopaïens, nous ne sommes rien sans les autres, et chaque individu fait partie d’un tout œuvrant pour le bien de la race humaine.


Passez une bonne fête de Samhain et profitez bien de ce moment privilégié.


Lucile