• Nox

Rhésus : la théorie extraterrestre

Dernière mise à jour : 26 mars 2020

Le sang qui coule dans nos veines peut paraître complexe : nous avons différents groupes sanguins (A, B, O ou AB) mais aussi deux sous-groupes qu'on appelle « rhésus ». Il y a le rhésus positif et le rhésus négatif. Seul un faible pourcentage de la population possède le rhésus négatif.

Qu'est ce que le « Rhésus » ? Le mot rhésus nous vient d'une espèce de primate, « le macaque rhésus ». Il a souvent été utilisé dans les laboratoires pour des études scientifiques et biologiques. Il a aussi été envoyé dans l'espace dans les années 1950 par la NASA. Grâce à lui, les chercheurs découvrent dans les années 1930, les deux rhésus (positif et négatif). Jusqu'alors, les scientifiques et médecins ne comprenaient pas pourquoi certaines transfusions fonctionnaient et d'autres non. Le rhésus négatif est rare dans la population mondiale. En France, seuls 15% des habitants ont un Rh-.


Répartition des groupes sanguins et des rhésus en France :


La découverte. Après quelques expériences, les chercheurs sont formels. La différence entre le rhésus positif (Rh+) et négatif (Rh-) n'est qu'une question d'anticorps et d'antigènes. Le Rh – a des anticorps A et B mais n'a pas d'antigènes. (Voir le tableau ci-après) Pour une transfusion sanguine, il faut donc se préoccuper du groupe sanguin du patient mais aussi de son rhésus : un patient AB+ ne peut pas recevoir le même sang qu'un patient AB- !


Et alors ? Le problème, c'est que les chercheurs ne savent pas vraiment d'où vient ce rhésus négatif. Aucun primate et aucun de nos ancêtres en commun ne possèdent de Rh-. C'est la que la théorie fait son entrée. Lara Starr, une pseudo-scientifique et écrivaine avance le fait que nous n'héritons seulement de ce qu'avaient nos aïeux, sauf en cas de mutation. Selon ses recherches, le sang des hommes aurait dû évoluer comme celui des singes, ayant tous deux un ascendant commun. Elle déclare dans un article pour The Spirit Science que « si nous étions tous descendus du même ancêtre, nous aurions tous le même sang. »

Le chercheur et auteur Américain Robert Sepehr avance même que sur 612 espèces et sous-espèces de primates, aucune n'a de rhésus négatif, chose illogique pour lui. Cet écrivain, adepte de la théorie des anciens astronautes, prétend que le Rh- ne peut venir que d'un autre ancêtre, encore inconnu à ce jour, venant d'ailleurs que de la planète Terre.

Ces chercheurs se demandent pourquoi une femme Rh- ne peut pas porter l'enfant qu'elle a eu avec un homme Rh+ si leur progéniture est rhésus positif. En effet, dans une telle situation, le corps de la future mère détruit l'enfant qu'il considère comme une substance étrangère, comme un virus. Telles deux espèces mélangées, l'enfant « hybride » est éliminé. Dans la nature, aucune espèce animale ne rejette sa propre progéniture. La possibilité de deux espèces génétiquement différentes s'étant mélangés il y a plusieurs milliers d'années fait surface.


Des ressemblances ont même été trouvés pour les personnes portant le Rh-, comme par exemple :

-une extrême sensibilité

-une attirance pour les sciences ou l'espace

-un sentiment de non-appartenance / difficulté à trouver sa place

-un QI supérieur à la moyenne

-certains sens plus développés

-des phénomènes paranormaux / étranges vécus

-de l'empathie,...


Simple évolution ou descendance extraterrestre, les scientifiques s'interrogent encore sur le rhésus négatif. Et vous, êtes-vous positifs ou négatifs ?


Lotte