• Nox

Quand la spiritualité cache des dérives sectaires

Les gourous, à l'instar des plus grands dictateurs, sont des orateurs hors pair qui savent adapter leurs discours en fonction des personnes à qui ils s'adressent. Ils parviennent ainsi, au fil des années, à faire croire à leurs disciples aux plus belles inepties : transit vers une autre planète ou enseigner que la mort n'est en fait, qu'un passage vers un état de conscience supérieur. Ils se servent de la spiritualité et de l'éveil que celle-ci peut apporter afin d'avoir un contrôle total sur les adeptes, réussissant à leur faire accepter ce que tout individu non endoctriné ne pourrait concevoir. J'ai obtenu le témoignage de Mélanie, ancienne adepte d'une secte très discrète, jusqu'à ce que l'une des membres ne décède des suites d'une hutte de sudation.


Mélanie a 17 ans lorsque son compagnon, Romain, la convainc de l’existence de la médiumnité. Comme la majorité des adolescents, Mélanie avait développé une profonde curiosité pour la spiritualité et Romain détenait toutes les réponses aux questions qu'elle pouvait se poser.


« La manipulation s’est faite très lentement. Romain m’a tout d’abord fait écouter des enregistrements de Gabrielle Fréchette - meneuse d'un groupe à caractère sectaire - en transe, disant canaliser l’entité Melkisédek [...] La rencontre entre Romain et moi avait été annoncée trois ans auparavant. J’ai été bluffée. Il m’a également parlé du fait que « l’entité » avait annoncé la fin du monde pour le 21 décembre 2012, et que pour ne pas mourir et se préparer à ce grand passage, nous devions suivre des formations pour « évoluer » spirituellement. Restant sur mes réserves, je me suis dis que ça ne me coûtait rien d’attendre pour voir si la prédiction se réaliserait. »


La délivrance par la mort

La fin du monde étant bien souvent décrite comme apocalyptique, les gourous peuvent jouer sur la peur des adeptes. Ils peuvent de cette manière mieux conditionner les nouveaux membres à croire en la survivance de l'esprit à l'apocalypse, en les convainquant qu'ils sont supérieurs au reste du monde et qu'ils font parti de ceux qui pourront sauver l'humanité, survivre à l'apocalypse.


Joseph Di Membro et Luc Jouret, gourous de l'Ordre du Temple Solaire, ont ainsi pu convaincre des dizaines de personnes que la mort est le seul moyen de survivre, en transitant vers la planète Sirius. L'Ordre du Temple Solaire est encore à ce jour reconnue comme étant la secte la plus meurtrière de France, comptant 74 suicides.


Mélanie a elle aussi été confrontée à la mort : « En juillet 2011, Chantal Lavigne est décédée au Québec, lors d’une hutte de sudation, avec Gabrielle Fréchette. La formation s’appelait « mourir en conscience ». Bien évidemment, le but n’était pas de mourir réellement mais c’est malheureusement ce qui est arrivé, après que Chantal soit restée 6 heures sous des couvertures chauffantes.» Jim Jones, gourou du Temple du Peuple fit lui 923 victimes, un nombre qui n’a pas été dépassé depuis.


C’est en 1974 qu’il fonde Jonestown, un village ou un « camp » où il pu isoler ses adeptes et les préparer à ce qu'il appelait « le suicide révolutionnaire ». Mais bien que la plupart des habitants de Jonestown n'étaient pas en accord avec le désir de Jim Jones, mourir pour sauver l'humanité, ce dernier usa de poison pour décimer toute la population et parvenir à ses fins. La majorité avait, en revanche, été grandement conditionnée à accepter la mort : épuisés par le manque de nourriture et les longues journées de travail, accepter de mourir leur garantissait le repos.


Derrière un modèle altruiste, une entreprise malsaine et lucrative

Excellents orateurs dotés d'un instinct aiguisé, les gourous comprennent rapidement la manière dont ils doivent s'adresser à leurs membres afin de leur soutirer, à coup sûr, un maximum d'argent.


«J’ai arrêté mes études au bout de deux mois car je ne me sentais pas à ma place, je m’étais éloignée de mes amies et j’avais besoin de travailler pour me payer des formations. Pour chaque thème de formation (par exemple le Reiki, une méthode de soin énergétiques que l'on pratique par imposition des mains) il y avait environ 5 niveaux pour arriver au niveau « maître de maître » et plus le niveau était élevé, plus le prix augmentait. Cela pouvait aller de 250 euros pour une petite formation à 1000 euros pour les plus grandes. Romain se formant depuis ses 13 ans, il avait déjà atteint le niveau « maître de maître » en tout. [...] J’avais la crainte à chacun de ses retours de voyages initiatiques qu’il n’ait trop évolué et que nous soyons obligés de nous séparer. […] Fin décembre 2012, Gabrielle Fréchette avait prévu un voyage initiatique en Tunisie, le dernier avant la fin du monde. Le but de ce voyage était que nous soyons prêts pour le nouveau monde, prêt pour ne pas mourir. Je me suis inscrite en me disant que de toute manière, je n’aurais plus besoin d’argent si la prédiction se réalisait et que dans le cas contraire, il y aurait du changement. Le voyage qui était au départ à 2500 dollars est passé à 5000 dollars. Comme nous avions déjà déposé une caution, nous ne pouvions plus faire marche arrière.»


C'est aussi par la manipulation que les gourous parviennent à convaincre les femmes d'avoir des rapports sexuels avec eux, pour les « élever spirituellement ». David Koresh, de l'ordre des Davidiens, avait établi un harem constitué de « reines » et de « concubines ». Certaines d’entre elles étaient mineures et attendaient patiemment, dès l'âge de 10 ans, de donner leur virginité à leur gourou.


Lorsqu'un gourou choisit une femme, elle ne peut refuser d'entretenir des rapports charnels sous peine de se voir exclue du groupe. Pour que la manipulation soit pleinement effective, ils séparent les couples pour en former des nouveaux.


« Une entité nous a « révélé » par le biais de la fille de Gabrielle Fréchette que Romain avait énormément évolué contrairement à moi, et que si nous ne nous séparions pas, il allait mettre 6 ans à faire ce qu’il pourrait accomplir en deux mois. L'entité l’a rassuré sur le fait que sa famille le soutiendrait toujours, même dans les épreuves difficiles. Il s’est avéré que « la vie » lui demandait de se mettre en couple avec une femme de 20 ans de plus que lui, d’un poids de 140 kg et en manque d’amour. […] Bien entendu, Romain a tout de suite accepté sa « mission », d’autant que la femme, mère de deux enfants et avec qui il devait se mettre en couple, portait la Terre en elle, ce qui allait lui permettre d’évoluer et de se renforcer encore plus. »


Une personne endoctrinée a très peu de chances de se sortir d'un groupe à caractère sectaire par elle même, puisqu'elle est dans une réalité qu'elle partage avec les autres membres du groupe. Il faudra, bien souvent, un déclic venant de l'extérieur, comme ce fut le cas pour Mélanie lorsqu'elle a rencontré son nouveau compagnon.


« Après avoir écrit un mail aux dirigeants pour leur expliquer ce que je pensais de leurs pratiques élitistes et qui a été très mal pris malgré leur promesses d’ouverture d’esprit, nous avons petit à petit coupé les ponts avec eux. Tout comme la manipulation a été très lente, la prise de conscience de celle-ci l’a été tout autant. Au début, on se dit juste que l’on n’est plus en accord avec leurs pratiques, et qu’il est sûrement temps de passer à autre chose. Puis, on se rend compte de tout ce qu’on a subit depuis des années, tout ce qu’on a accepté de faire et tout ce qu’on a pu faire ou dire à notre famille, nos amis. J’avais peur que ma famille me dise « je te l’avais bien dit » et ainsi reconnaître d’avoir vécu 6 ans dans une autre réalité. Une autre réalité, c’est tout à fait ça, puisque j’étais coupée du monde. Même dans mes pensées, je n’étais plus moi-même. Je voyais des signes de la vie partout, tentant d’interpréter chaque événement que je vivais pour pouvoir évoluer. En me rendant compte de la manipulation, je ne savais plus qui j’étais, en quoi je croyais et mes angoisses de la mort sont revenues en force. Durant un an, j’ai développé une émétophobie, j'avais peur de vomir. J'ai perdu 8kg et fait de l'anxiété généralisée entraînant une dépression. Et encore, j’étais très bien accompagnée par mon copain ainsi qu’une psychiatre et un psychologue. Je n’ai jamais pris de médicaments, j’avais besoin de parler. Je n’ose pas imaginer ceux qui vivent ça tout seuls. Je pense que si j’avais été seule, je n’aurais pas voulu ouvrir les yeux, et je serais probablement allée dans un autre groupe comme l’on fait la plupart des gens que je connaissais dans ce mouvement, qui n’existe plus à ma connaissance. »



La limite entre spiritualité et secte est très difficile à définir. En effet, le cœur du mouvement sectaire est la spiritualité elle-même. La foi que l'on porte en soi ne devrait-elle pas être indubitable? Nous sommes tous des victimes potentielles. Vulnérabilité, désespoir, confusion, peuvent nous conduire vers ces groupes qui nous feront croire à notre supériorité parmi le commun des mortels.


Karine