• Nox

Pluie d’animaux

Pluie surnaturelle ou simple phénomène météorologique, quelle est l’explication logique à ces averses d’êtres vivants ?


Des poissons dans les nuages © Aerroscap/Flickr

Cela peut sembler invraisemblable et pourtant c’est vrai, ce phénomène existe bel et bien, même s’il reste exceptionnel. Ces pluies sont le plus souvent constituées de poissons, de grenouilles ou d’oiseaux, mais essentiellement d’une seule espèce à chaque averse. D’après certains témoignages, les poissons peuvent tomber vivants mais les autres espèces sont mortes en atteignant le sol, et parfois même déchiquetées. Cela sous-entend que le moment où ces derniers sont soulevés dans les airs, puis retombent, est court. Il est arrivé que les animaux en question soient gelés : on suppose qu’ils se retrouvent à des altitudes importantes où les températures sont inférieures à zéro degré.


Nombreuses sont les œuvres qui mentionnent ces histoires curieuses dont la plus célèbre : La Bible. L’une des dix plaies d’Égypte est la pluie de grenouilles. Ce phénomène pousse la population du Moyen Âge à croire que les poissons naissent dans le ciel, tant cela est récurrent. Entre les souris en Norvège, les oiseaux en France, les poissons-chats à Singapour, les serpents aux États-Unis, les crevettes ou araignées en Australie et, pour le plus glauque, de la chair et du sang au Brésil, ces étranges précipitations ont fait le tour du monde ces cinq-cents dernières années.


Mais cela n’est pas uniquement arrivé à une époque lointaine car, en 2010-2011, au soir de la Saint Sylvestre, près de cinq-mille oiseaux tombent en Arkansas. La science a longtemps nié que ces phénomènes existaient, ce qui encourageait les théories folles : les animaux se feraient emporter dans les œufs, naitraient dans les cieux puis finiraient leur vie en chutant. Aujourd’hui, nous savons que ce phénomène est dû à des tornades ou trombes qui, soulevant tout sur leur passage, emportent ces animaux légers sur plusieurs kilomètres. Au Honduras, il y a une fête qui y est dédiée, appelée « Lluva de peces », car chaque année ce type d’évènement survient. Le journaliste Charles Hoy Fort, passionné par cette bizarrerie, a fournit la documentation la plus complète sur le sujet, et la bibliothèque nationale de New York conserve des milliers de fiches d’études.


Pour une fois, voici un phénomène que vous aurez peut-être la chance de vivre dans votre vie !


Patricia