• Nox

Monstre du Loch Ness : la création d’une légende

Mis à jour : 24 mai 2019

Dans l’Ecosse pluvieuse qui regorge de grands lacs sombres et froids, on raconte qu’il existerait des monstres. Des dragons de mer qui garderaient les trésors des eaux celtes. L’un d’entre eux est particulièrement connu : il s’agit du monstre du Loch Ness. Ce dernier est également surnommé de manière affectueuse, Nessie.


Le peuple grec est le créateur de légendes par excellence. Dans sa quête de savoir et de connaissances, il créa des Dieux pour donner un sens à des phénomènes inexplicables : c’est ce qu’on appelle la mythologie grecque. 

Basés sur des phénomènes dits réels mais extraordinaires et abracadabrants, ces contes merveilleux, transformés par le temps et l’imagination de ceux qui les colportent, nourrissent les esprits des enfants et des adultes et ce depuis des siècles. Ces mythes voyagent à travers le monde, s’échangent tels des objets de valeur et s’adaptent à l’environnement et à l’Histoire.

Dans l’Ecosse pluvieuse qui regorge de grands lacs sombres et froids, on raconte qu’il existerait des monstres. Des dragons de mer qui garderaient les trésors des eaux celtes. L’un d’entre eux est particulièrement connu : il s’agit du monstre du Loch Ness. Ce dernier est également surnommé de manière affectueuse, Nessie.

Sa première apparition recensée remonterait au VIe siècle, lorsque le moine Saint-Colomban sauva l'un de ses disciples de la noyade alors qu’il traversait le Loch Ness à la nage. Le moine, en se baladant, aurait vu la créature surgir du lac et replonger aussitôt. Il se mit alors à hurler et prier pour protéger son disciple. Cela fonctionna. Lorsque le moine Saint-Colomban et son disciple racontèrent leur mésaventure à leur entourage ; la légende du monstre du Loch Ness vit le jour.

Après cet incident, Nessie se fit plus discret. Ce n’est qu’au XVIe siècle que de nouvelles descriptions du monstre s’ajoutèrent. De nombreuses personnes racontent alors, avoir vu une sorte de gigantesque serpent ondoyer près de la surface avant de disparaître dans les profondeurs glacées du lac.

Le mythe du monstre du Loch Ness ne connut une renommée mondiale qu’à partir du XXe siècle. À cette époque, les témoignages et les descriptions à son sujet ne firent que se multiplier.

En 1933 une ombre apparaissait sur un cliché d’un certain Dr. Wilson. On pouvait y distinguer ce qui était apparemment la tête et le cou de « la chose » émergeant du lac. Cette photo est restée la plus célèbre du monstre et entraîna une horde de curieux, de journalistes, d’enquêteurs et de touristes dans cette partie rurale de l’Ecosse.

Plusieurs expéditions ont été menées pour démystifier ou confirmer la théorie de Saint-Colomban, mais la créature n’a jamais été attrapée.

Presque trente années s’étaient écoulées quand, dans les années 60, un ingénieur en aéronautique dévoila un film laissant apparaître une bosse rougeâtre, traverser le lac avant de disparaître.

En 1961 l’effervescence était à son comble. Si bien qu’un bureau d’études sur les phénomènes du Loch Ness fut créé : le « Loch Ness Phenomena Investigation Bureau ». Le site Internet de ce bureau existe toujours et il continue de recenser toutes les apparitions reconnues du monstre.

Tout cela sans qu’aucune preuve concrète n’ait jamais été apportée quant à l’existence d’une créature vivant dans ce lac mystique.


La vérité derrière le mythe...


Malheureusement pour les grands fans de Nessie, de nombreuses enquêtes et témoignages vinrent infirmer le mythe. Tout d’abord, la photo du Dr. Wilson qui avait fait le tour du monde se trouvait être un canular. En effet, quelques années plus tard, on apprit qu’il ne s’agissait que d’un jouet sous-marin surmonté d’une sculpture en pâte à bois.

Il se trouve aussi qu’en 1933, année où énormément de touristes pensent avoir vu le monstre ; un certain Bertram Mills, directeur de cirque, faisait baigner ses éléphants dans l'eau des lacs… Les habitants qui n'avaient jamais vu un éléphant étaient impressionnés par ces animaux. Seul leur trompe, le haut de leur tête et leur dos étaient visibles hors de l’eau ; les faisant ressembler à des monstres sous-marins. Voyant que beaucoup de personnes s’interrogeaient quant à l’origine de ce qui se trouvait dans le lac, Mills proposa d’offrir 200 000 livres à quiconque capturerait le monstre pour pouvoir l’ajouter à son cirque. Sachant qu’il s’agissait de ses éléphants, il ne craignait pas de devoir donner de l’argent à quiconque, et espérait même que cette histoire lui amène de nouveaux clients.

Par ailleurs, la légende servit plusieurs fois aux commerces de la région. Ainsi en 1933, le couple Mackay, gérant du « Drumnadrochit Hotel » racontait avoir vu un monstre dans le Loch Ness. Ils expliquent alors cette apparition à leur ami Alex Campbell, un journaliste qui n’hésite pas à publier un article dans le journal local, l’Inverness Courrier. Cet article sera ensuite relayé très rapidement par la presse londonienne : s’en suivi d’une ruée de touristes venus pour voir le monstre. Cette année-là, l’hôtel des Mackay afficha complet.


Toutes ces petites histoires tendent à montrer que Nessie a été créé de toutes pièces. Mais de nombreuses personnes continuent à enquêter sur le sujet, afin de percer un mystère qui n’existe peut-être pas.

Scientifiquement parlant, un phénomène vient étayer l’hypothèse de la bête : la présence d'une couche thermique d’inversion. Il s’agirait d’une zone de transition thermique entre les eaux chaudes et les eaux profondes plus froides du lac. Ce phénomène pourrait être à l'origine de mirages faisant passer des troncs d’arbres et divers objets pour des monstres aquatiques.


Malgré les témoignages allant à l’encontre de l’existence de Nessie, le lac attire encore de nombreux touristes.

Il n’est pas tout à fait impossible qu’une espèce encore inconnue hante les eaux sombres du Loch Ness ; l’idée la plus répandue est que Nessie serait un descendant du Plésiosaure. En tout cas il est certain que son exploit le plus remarquable n’aura pas été d’exister mais de ne jamais s’être fait attraper.


Constance