• Nox

Michael Taylor : quand une affaire de possession mène à un meurtre

Michael Taylor, père de famille aimant et attentionné, rejoint un groupe de prière en 1974. Il est alors loin de se douter que sa vie est sur le point de prendre un tournant macabre.


Ossett, 1974, une petite ville d’Angleterre où tous les habitants semblent se connaitre et s’apprécier. C’est ici que vit le couple Taylor ainsi que leurs cinq enfants et leur petit chien. Michael, le père de famille, est âgé de trente-et-un ans. Il souffre d’un violent mal de dos qui l’empêche de travailler, lui occasionnant parfois des périodes de dépression. Malgré cela, il est décrit comme un homme aimant et attentionné envers sa femme Christine. Ainsi, tout semble se passer pour le mieux au sein de la famille.


Alors que la plupart des habitants d’Ossett sont pratiquants, la famille Taylor ne se rend que très rarement à la messe. Amusée de cette situation, Barbara Wardman, une amie du couple, se donne le pari de les convertir à la religion. Elle les présente donc à un groupe de prière auquel elle participe : le Christian felloship group. C’est un groupe de croyants qui se rassemble plusieurs fois par semaine pour parler de religion, animé par Marie Robinson, âgée de vingt-et-un ans. La jeune femme se dit possédée par l’Esprit Saint et se sert parfois de ses pouvoirs pour guérir certains membres du groupe. On dit aussi que la mission la plus importante du Christian felloship group est d’exorciser les gens « possédés par le mal » : ceux qui ont commis des petits péchés comme voler dans une épicerie. En réalité, ces exorcismes sont souvent dangereux car les personnes qui les pratiquent ne sont pas vraiment habilitées à le faire.


Après avoir rencontré le groupe et son animatrice, Michael participe de plus en plus aux prières, allant jusqu’à organiser des réunions chez lui. Il passe beaucoup de soirées seul avec Marie Robinson, notamment lors des pleines lunes où ils pratiquent l’un sur l’autre de nombreux exorcismes. Michael devient de plus en plus pratiquant, préférant sortir voir ses amis de l’église plutôt que de rester à la maison. Ainsi, son comportement change : l‘homme qui auparavant était un père de famille modèle devient violent et s’énerve beaucoup sur sa femme Christine.


Un jour de messe, Christine, qui commençait depuis quelques temps à avoir des doutes sur la fidélité de son mari, accuse Marie Robinson d’avoir une relation avec celui-ci. Toutes les personnes présentes assistent à la scène de jalousie, et cela fait entrer Michael dans une rage folle. Il s’énerve contre Marie, l’insultant, l’attrapant par la gorge pour la secouer. Alors qu’il allait l’étrangler, les membres de l’église l’empêchent d’aller plus loin. Après cet excès de rage, Michael affirme ne plus avoir aucun souvenir de ce qu’il s’est passé. Il demande pardon à Marie et à tous les membres de l’église. Le lendemain, il reçoit l’absolution et tout le monde oublie cet incident. Cependant, le comportement de Michael s’aggrave de jour en jour : il devient dangereux et toujours plus violent. Marie Robinson, inquiétée par son attitude, pense que celui-ci est possédé par des forces démoniaques. La jeune femme contacte alors un membre supérieur de l’église afin de pratiquer un exorcisme.


Dans la nuit du 5 au 6 octobre 1974, un révérend, un prêtre ainsi que deux hommes de la communauté d’Ossett se rendent à l’église Saint-Thomas afin de pratiquer l’exorcisme de Michael Taylor. C’est un moment très difficile pour le père de famille : étant devenu incontrôlable, il reste attaché pendant huit heures à son lit. Michael se met à pousser des cris, à parler latin, il mord les prêtres et leur crache dessus. L’homme est méconnaissable et ressemble davantage à un animal en cage qui grogne et qui se débat pour sortir, plutôt qu’à un être humain… Les prêtres qui pratiquent l’exorcisme diront plus tard que Michael était possédé par plus de quarante démons représentant chacun un vice différent comme le blasphème ou l’inceste.


Après une longue nuit de prières et d’incantations, les prêtres, épuisés, décident de prendre une pause. Alors que l’exorcisme de Michael n’est pas terminé et que quelques démons persistent, ils l’invitent à rentrer chez lui et à revenir le lendemain pour finir sa purification. La femme d’un des hommes présents dans l’église les supplie de ne pas laisser partir Michael, craignant que le démon du meurtre ne tue Christine et les enfants. Malgré de nombreuses demandes de la jeune femme, Michael rentre chez lui pour se reposer avant la suite de son exorcisme.


Cependant, Michael ne passera pas une nuit de repos. En effet, vers deux heures du matin, ce dernier perd une nouvelle fois le contrôle de lui-même : il entre dans une rage extrême et assassine sa femme. Ainsi, Michael étrangle Christine avant d’arracher ses yeux et sa langue. Ensuite, c’est le chien de la famille qu’il étrangle puis qu’il démembre. Après cela, il sort de chez lui, nu et couvert de sang, en criant : « c’est le sang de Satan ». Rapidement, une voiture de police qui passe dans la rue, l’arrête et l’emmène chez lui. C’est alors que les policiers découvrent une scène de crime atroce et sanglante.


Pendant le procès, Michael affirme n’avoir aucun souvenir de ses meurtres et les met sur le compte de la possession. Il est alors reconnu non coupable et est interné dans un hôpital psychiatrique. En revanche, le Christian felloship group est accusé de fanatisme, car Michael était connu comme une personne mentalement stable, avant de devenir fou après avoir rencontré le groupe.


Alors que certains pensent que Michael Taylor avait une maladie mentale qui s’est accentuée au contact du groupe chrétien, beaucoup affirment qu’il était réellement possédé. En effet, les prêtres qui ont pratiqué l’exorcisme ont assuré avoir eu affaire à un grave cas de possession. Nous ne pouvons pas affirmer qui a raison ou tort, cela dépend des croyances de chacun. Ce qui est sûr, c’est que cette affaire a secoué l’Angleterre en 1974, remettant à jour les questions liées aux exorcismes et à leurs conséquences.


Constance