• Nox

Les Skinwalkers

Dans les croyances des tribus amérindiennes navajo, les skinwalkers (ceux qui changent d’apparence) sont des sorcières se transformant en animaux à des fins néfastes envers d’autres êtres humains.


L’origine du mot skinwalkers vient de l’expression Navajo ‘yee naaldlooshii’, voulant dire ‘celui qui se déplace à quatre pattes’. Les détails sur les skinwalkers restent majoritairement inconnus, et ce pour plusieurs raisons. Il porterait en effet malheur pour des membres de tribus Navajo d’en parler et cela les attirerait. Il y a également une part importante d’auto-préservation dans la non-révélation de détails sur les cultures Navajo de la part de ses membres. Il est important de rappeler que les amérindiens ont été victimes d’un génocide lors de la colonisation du continent américain. Leurs croyances ont été réprimées pour faire place à l’évangélisation protestante sous l’impulsion des colons. Le fait de garder une aura de mystère quant à ces croyances relève ainsi d’une stratégie de survie pour les cultures et traditions amérindiennes.


Illustration d'un Skinwalker par Anne-Catherine ©NoxFrance

Des détails et témoignages ont pourtant réussi à traverser cette frontière du secret, permettant ainsi une meilleure compréhension de cette légende par les cultures occidentales. Il est important de noter que les skinwalkers ne sont qu’un exemple d’un même type de légendes amérindiennes, présentes à travers de nombreuses tribus sur le continent.


Les skinwalkers sont à l’opposé même de l’idéal Navajo. Si les Navajos aspirent à être des êtres bienveillants, à l’image de la nature dont ils sont si proches, les sorciers se transformant en skinwalker en sont l’inverse. Par biais de comparaison à notre culture occidentale, ces personnes se rapprocheraient du stéréotype de la sorcière pratiquant la magie noire diffusé lors de l’Inquisition.


Si les guérisseurs des cultures Navajo sont formés à tout type de magies, certains se laissent tenter par la magie noire dans le but de nuire à d’autres personnes. Si ces sorciers sont en majorité des hommes tentés par le mal, les femmes ne sont pas exemptes de céder à la tentation. Afin d’accéder aux pouvoirs de skinwalker, le sorcier doit généralement commettre un meurtre, un fratricide la plus grande majorité du temps. Il est pourtant plus communément considéré qu’un shaman outrepassant n’importe quel tabou sévère pourrait se transformer en skinwalker.


Passant inaperçus au sein de leur tribu, ils ne prennent une apparence différente qu’une fois la nuit tombée. Leurs pouvoirs de skinwalkers leur permettent de se transformer en animal, ou bien de posséder n’importe quelle créature vivante. Ils seraient également capables de donner des ordres aux animaux nocturnes.


Outre le fait de prendre l’apparence d’animaux et de posséder d’autres êtres humains, les skinwalkers posséderaient d’autres pouvoirs. Ils seraient télépathes, pourraient contrôler les émotions et actions d’autres personnes sans avoir à les posséder, être à l’origine de maladies ou encore de morts subites.


La plupart du temps, les skinwalkers se transforment en canidés : chiens, loups, coyotes ou renard. Ils peuvent parfois s’affubler de crânes ou de fourrures des animaux dont ils veulent achever la transformation, cela leur apportant des pouvoirs supplémentaires. Le fait même de porter des fourrures de prédateurs naturels de l’homme est en contradiction complète avec la tradition Navajo, qui considère cette pratique comme une offense majeure à la nature.


Les skinwalkers ne se contentent pas de se transformer en animaux. Si un être humain venait à croiser le regard d’un skinwalker, ce dernier pourrait le posséder et le rendre à sa merci totale. Selon les légendes, l’une des seules manières de différencier un skinwalker d’un être humain serait d’observer ses yeux. Les yeux d’un skinwalker sous la forme animale auraient une apparence humaine, tandis qu’un humain possédé par un skinwalker aurait quant à lui un regard bestial.


Des témoignages relatant des rencontres avec des skinwalkers indiquent que ces derniers tentent d’attirer leurs victimes avec des bruits à l’extérieur de leurs habitations tout en les espionnant depuis leurs fenêtres, en poussant des sifflements en pleine nature ou encore en apparaissant subitement en face de leurs véhicules. Les skinwalkers pourraient également imiter à la perfection des voix de proches ou des cris d’animaux de leurs cibles afin de les attirer dans la végétation profonde.


Incroyablement rapides et puissants, ils pourraient courir à des vitesses incroyables et sauter aisément du haut de falaises sans risquer leur vie. Entre l’être humain et l’animal, doués de pouvoirs inconcevables, ils doivent continuer à prendre la vie de personnes n’étant pas destinées à mourir si tôt, ou bien perdre la vie eux-mêmes.


Si l’on pourrait croire que les skinwalkers sont tenus pour responsables d’épidémies et de morts imprévues, ils sont très souvent blâmés pour d’autres évènements, à l’image des sorcières au XVIeme siècle. Cela a d’ailleurs été le cas lors des persécutions de la tribu Navajo au XIXème siècle.


En 1864, suite à de nombreux conflits avec les colons, les Navajos sont chassés de leur terre natale et forcés de s’exiler au Nouveau-Mexique, dans un événement appelé ‘La Longue Marche des Navajos’. Cette arrivée dans une terre aux ressources inconnues a été la cause de famine et épidémies, ce faisant réduisant drastiquement le nombre de Navajos aux États-Unis. Si le gouvernement américain a autorisé le retour des Navajos dans leurs terres d’origine après quatre ans d’exil, la culture Navajo a été fortement impactée par ces années tragiques. Nombre de membres de la tribu auraient délaissé leur religion pour se tourner vers la magie noire.


Les skinwalkers ont ainsi été blâmés pour les souffrances vécues par le peuple Navajo, conduisant de ce fait à une véritable chasse aux sorcières en 1878. Quarante membres de la tribu furent exécutés pour pratique de la magie noire, afin d’éliminer toute présence de skinwalker chez les Navajos.


Il est pourtant considéré extrêmement difficile de venir à bout d’un skinwalker, étant donné la puissance de ses pouvoirs surnaturels. Sans l’assistance d’un shaman assez puissant pour pouvoir enlever ses pouvoirs au skinwalker, il est très probable que le skinwalker puisse s’échapper et chercher à se venger de ceux l’ayant pris pour cible. La seule manière pour un être humain de l’abattre est de lui tirer une balle recouverte de cendres blanches dans la tête ou la nuque.


Alors s’il vous arrivait d’entendre la voix d’un de vos proches dans la nature, réfléchissez à deux fois avant de vous diriger vers son origine…


- Lucile