• Nox

Les planètes du système solaire et leurs caractéristiques

Le système solaire, composé de quatre planètes telluriques (solides), quatre planètes gazeuses et deux planètes naines, s'est formé à partir d'une unique nébuleuse, un nuage de gaz et de poussières. On suppose que sa formation a été causée par l’explosion d’une supernova se trouvant suffisamment proche pour faire s'effondrer le nuage sous son propre poids et le faire tourner comme un disque. Ceci créant en son centre le Soleil, regroupant la plus grosse quantité de matière du nuage. Les poussières et gaz n'ayant pas servi à la création de notre étoile auraient continué de tourner autour de cette dernière pour refroidir et commencer à se rejoindre.


Les planètes se formant peu à peu, commencèrent à devenir suffisamment grandes pour attirer les autres blocs de roches passant non loin d'elles, ceci causant des pluies de météorites se dirigeant tout droit vers les planètes en formation. Ces dernières s'échauffèrent, et grossissaient jusqu'à arriver à leur taille actuelle. Les débris spatiaux les plus légers se dirigèrent à l'extrémité du système et formèrent les planètes gazeuses.


Le Soleil.

Le Soleil, par sa grosse masse, représente plus de 99% du système solaire. Il est âgé d'environ cinq milliards d'années. Il s'agit d'une naine jaune constituée à 74 % d'hydrogène et 24 % d'hélium ainsi que de différents éléments lourds. L'énergie solaire (autre nom pour désigner la lumière et la chaleur de notre étoile) est produite par les réactions nucléaires qui se déroulent en son cœur. Ces réactions causant la transformation de l'hydrogène en hélium provoquent un grossissement du Soleil, intensifiant sa lumière. Pour le moment, nous n'en sommes qu'à la moitié de la vie de cette étoile en tant que naine jaune. Dans cinq milliards d'années, elle se transformera en géante rouge atteignant dix à cent fois sa taille initiale et perdant de sa chaleur externe, causé par l'absence d'hydrogène en son cœur.


Notre Soleil est une étoile, au même titre que toutes celles qu'on aperçoit la nuit dans le ciel, la différence étant que celle-ci se trouve très proche de nous et qu'elle influe sur la vie des planètes de notre système solaire. Notre étoile n'est pas parfaite, elle est parsemée de taches solaires ayant des températures plus basses que le reste de sa surface, on trouve également des filaments et le plus intriguant, des éruptions solaires, appelées protubérances. Il s'agit de jets de matière solaire projetés vers l'espace, semblables à des arches enflammées.


Les planètes telluriques


Mercure :

Cette planète porte le nom d'un dieu romain dont le nom est Hermès dans la mythologie grecque. Elle tient également son nom du métal lourd qu'est le mercure par sa composition riche en métaux. Il s'agit de la planète la plus petite du système solaire, mais également celle ayant le plus gros noyau proportionnellement à sa taille. Ce dernier s'est formé suite à la liquéfaction de sa couche interne. Les métaux étant plus denses, ils sont tombés vers son cœur. La planète ayant été victime de bombardements de météorites laisse apparaître un cratère de mille-trois-cent-cinquante kilomètres de diamètres, l'impact aurait été tel qu'il aurait pu être la cause de la taille de son noyau anormalement gros.


La planète de métal n'a également pas d'atmosphère, sa masse étant trop petite, de même pour sa gravité, les molécules de gaz se sont échappées dans l'espace depuis bien longtemps. Elle n'a alors pas de filtre capable de protéger sa surface et est victime de températures extrêmes pouvant atteindre 450°C le jour pour -170°C la nuit. Malgré tout, cette planète contient de la glace, seulement, celle-ci se cache dans les cratères situés près des pôles ne voyant jamais le Soleil. À sa surface, on peut observer de vastes plaines ainsi que des falaises pouvant atteindre trois kilomètres de hauteur et plusieurs centaines de kilomètres de longueur. Concernant notre étoile, sur Mercure elle parait quatre fois plus grande que sur notre planète et bien plus lumineuse. Avec la planète Vénus, ce sont les deux seules planètes à ne pas avoir de satellite naturel.


Vénus :

Cette planète doit son nom à Aphrodite, la déesse de l'amour et de la beauté dans la mythologie grecque, qui n'est autre que Vénus dans la mythologie romaine. Beaucoup considéraient que cette planète était la plus belle, raison pour laquelle le nom de cette déesse lui a été donné. Elle a également pour nom « l'étoile du berger », puisqu'elle apparaît dans le ciel la nuit très lumineuse et paraît plus grosse que les autres astres, hormis le Soleil et la Lune. Elle doit cette brillance à son épaisse couche de nuages, réfléchissant parfaitement les rayons du Soleil. Semblable à la terre par sa taille et par sa masse, elle est dépourvue de vie ainsi que d'eau liquide en raison de son effet de serre.


L’effet de serre de cette planète est causé par sa dense atmosphère composée de gaz carbonique (95%) avec une pointe d'azote (5%), piégeant la chaleur du Soleil ainsi que celle émise par la planète elle-même. La température y est donc très élevée, davantage que sur Mercure, donnant une situation infernale. La pression y est également si puissante qu'elle ferait penser à celle régnant sous mille mètres d'eau sur Terre. Pour se rendre compte, avec une force sans pareille, le plomb pourrait être liquide. Par ailleurs, cette planète présente une activité volcanique intense et d'immenses montagnes entourées de plaines culminent jusqu'à onze-mille-huit-cents mètres d'altitude. Une caractéristique de Vénus : elle est la seule à tourner sur elle-même en sens inverse par rapport aux autres planètes.


Terre :

Cette planète que nous connaissons tous tient son nom de Terra, déesse romaine de la terre, nommée Gaïa en grec. Son atmosphère nous est respirable car elle est composée à 78% d'azote et 21% d'oxygène. Sa couleur bleu, visible depuis l'espace, est due aux nombreux océans recouvrant 71% de sa surface. La chaleur qu'elle reçoit du Soleil ainsi que celle qu'elle dégage en son cœur ont rendu sa température idéale à l'état liquide de l'eau. Autrefois, notre planète avait pour atmosphère un concentré fort en gaz carbonique qui, grâce à l'eau, s'est transformé en oxygène et en carbone. C'est grâce à la rotation de la Terre que l'air chaud provenant de l'équateur se répartit sur toute la planète, de même pour l'air froid des pôles, maintenant une température similaire sur toute la planète.


La Terre est composée de plaques tectoniques constamment en mouvement qui, lorsqu'elles se touchent, peuvent créer des montagnes ou des fosses. Elle possède un satellite naturel, la Lune, lui permettant de la protéger des météorites ou autres débris de l'espace. Cette dernière serait aussi vieille que notre planète et une théorie avance que la Terre et la Lune seraient nées à partir du même corps. La Terre aurait été percutée par une météorite arrachant une partie de sa surface qui serait restée à proximité de notre planète pour se former telle qu'elle est aujourd'hui. Elle serait en partie responsable des changements de marées et elle est indispensable à la vie sur Terre. Pour le moment, notre planète est la seule connue à ce jour ayant de la vie, des êtres vivants et une forme d'intelligence.


Mars :


Cette planète est sans doute celle qui nous intrigue le plus de tout le système solaire. Avec sa surface recouverte de poussière et sa grosse quantité de glace, beaucoup pensent s'établir sur Mars, créer une atmosphère propice à la vie, ou des serres permettant de respirer avec l'aide de fleurs. Cette planète nous intrigue mais pour le moment n'est pas habitable et ne le sera probablement jamais. Son atmosphère est principalement constituée de dioxyde de carbone, limitant les possibilités de vie. Elle tient son nom du dieu de la guerre dans la mythologie romaine et dont le nom grec est Arès. Ses deux principaux satellites naturels sont Phobos et Deimos, les fils du dieu en question incarnant la terreur et la peur. Ce n'est donc pas pour rien qu'on les a nommés ainsi. Ces derniers se seraient formés de la même manière que notre lune, par un impact éjectant des débris de Mars dans l'espace, cependant à plus petite échelle.


Sur cette planète, la gravité est bien plus faible que sur Terre, de même que la pression atmosphérique. On peut également voir de grands plateaux longs de dix kilomètres et d'immenses montagnes de six-cents kilomètres de large pour vingt-cinq de haut et des volcans allant jusqu'à vingt kilomètres de haut et quatre-cents de diamètre. On peut également trouver des failles gigantesques allant jusqu'à deux-mille-cinq-cents kilomètres de long et cent-vingt de large. On peut dire que cette planète dispose de beaucoup de reliefs. En moyenne, la température sur Mars est de -63°C cependant elle peut descendre à -133°C en hiver et -3°C en été.


Les planètes gazeuses.


Jupiter :

Cette planète doit son nom au dieu de la foudre et du tonnerre, aussi appelé Zeus dans la mythologie grecque. Vous l'aurez compris, il s'agit du plus important des dieux. Si son nom a été donné à cette planète, c'est parce que cette dernière est la plus grosse du système solaire et surplombe donc toutes les autres. Son statut imposant est appuyé par sa masse, elle est deux fois plus lourde que toutes les planètes du système solaire réunies. Malgré tout elle n'est composée d'aucun sol et, au même titre que notre soleil, elle est essentiellement composée d'hydrogène et d'hélium avec une atmosphère de huit-mille-cinq-cents kilomètres d'épaisseur. Sa couleur rouge est due à la présence de méthane et d'ammoniac formant des nuages à différentes altitudes.


Les bandes colorées aussi « floues » que l'on voit parcourant la planète sont causées par sa vitesse de rotation, en effet celle-ci tourne sur elle-même en moins de dix heures. Ce tour aussi rapide cause de violents vents soufflant à plus de cinq-cents kilomètres à l'heure au niveau de l'équateur diminuant en force en se rapprochant des pôles. Par ailleurs, Galilée est le premier à avoir identifié cette planète ainsi que ses quatre principaux satellites : Callisto, Ganymède, Europe et Io, et tout particulièrement ce qu'on appelle « l’œil de Jupiter ». Cette tâche rouge serait un anticyclone ayant des vents supérieurs à sept-cents kilomètres à l'heure. Ce que très peu de gens savent également, c'est que Jupiter, comme toutes les planètes gazeuses, possède des anneaux peu visibles où ses satellites gravitent au nombre impressionnant de soixante-dix-neuf.


Saturne :

Cette planète tient son nom du roi des Titans et du dieu du temps : Chronos chez les grecs. Sans doute parce que Chronos a été détrôné par Zeus et que dans le système solaire, si Jupiter n'avait pas existé, Saturne aurait été la plus grosse des planètes. Au même titre que sa rivale, elle est principalement composée d'hydrogène et d'hélium et aurait une atmosphère épaisse cachant en son sein un océan d'hydrogène liquide. Sa vitesse de rotation est similaire à celle de Jupiter, son atmosphère est victime de puissantes tempêtes pouvant aller jusqu'à deux-mille kilomètres par heure lorsqu'elle se trouve au plus près du Soleil, environ tous les trente ans (ce qui représente une année pour Saturne).


Saturne possède de gigantesques anneaux qui s'étendent sur trois-cent-quarante-mille kilomètres de diamètre pour moins d'un kilomètre d'épaisseur. À l'intérieur de ces cercles, on peut trouver les satellites de la planète qui sont au nombre de quatre-vingt-deux, on retient les noms de sept d'entre eux puisque leur taille dépasse les trois-cent-cinquante kilomètres de diamètre : Mimas, Encelade, Thétys, Dioné, Rhéa, Titan et Japet. Avant tout, il s'agit de boules rocheuses couvertes de glace, malgré tout, Titan a intrigué les astronomes en raison de la densité de son atmosphère comparable à celle de la terre composée majoritairement d'azote.


Uranus :

Cette planète tient son nom d'Ouranos dans la mythologie grecque, le père des Titans, il est la personnification du ciel, c'est pourquoi on a donné son nom à cette planète bleu-vert. Elle doit cette couleur à sa composition d'hydrogène et de méthane. Cette planète a une caractéristique assez spéciale, son axe de rotation n'est pas semblable à celle d'une toupie, elle tourne sur elle-même telle une roue. Ce détail a son importance puisque cela signifie qu'elle montre chacun de ses pôles au Soleil durant quarante-deux ans d'affilée, faisant le tour de l'astre en quatre-vingt-quatre ans.


À la différence de Saturne, les vents d'Uranus sont plus forts au niveau de ses pôles en raison de son inclinaison. Cette planète aurait également un noyau « rocheux » de l'ordre de sept-mille-cinqcents kilomètres, composé de silicates et de fer, enveloppé d’un manteau de glace, de méthane et d'ammoniac se déplaçant entre le noyau et l'enveloppe gazeuse. Malgré le positionnement de ses anneaux, la planète bleue a vingt-sept satellites répartis à proximité dans l'espace, mais pas toujours dans les anneaux qui l'encerclent. Parmi eux on citera par ordre de grosseur les plus grosses lunes lui appartenant : Miranda, Ariel, Umbriel, Titania et Obéron ; aucune d'elles ne dépasse la taille de Titan, la plus grosse lune de Saturne.


Neptune :

Elle tient son nom du dieu des océans pour les romains, plus connu sous le nom de Poséidon dans la mythologie grecque. Son nom est alors bien trouvé puisque la planète est d'un bleu intense semblable à de l'eau. Elle tient cette couleur de l'hydrogène, de l'hélium et du méthane contenus dans son atmosphère au même titre que la planète Uranus, mais avec un autre composé chimique que l'on ignore encore à ce jour. Elle serait également majoritairement faite d'eau, de méthane et d’hydrocarbures ayant différents états, passant de solide à liquide. Nous n'avons pas énormément d'informations sur cette planète, étant la plus reculée de notre système solaire, il n'y a qu’une sonde spatiale qui s'en est approché : Voyager 2 en 1989.


Nous savons à ce jour que cette planète a les tempêtes et les vents les plus violents de tout le système solaire, ces derniers iraient jusqu'à deux-mille kilomètres par heures. Cette planète posséderait également une « tâche » comme Jupiter, il s'agirait également d'un anticyclone atteignant les deux-mille-cinq-cents kilomètres par heure. Elle aurait quatorze satellites naturels dont les plus importants sont Triton et Néréide, le fils et la femme (nommée Amphitrite) de Poséidon dans la mythologie grecque. Le premier de ces deux satellites aurait été capturé par sa planète à partir de la ceinture de Kuiper, elle n'aurait pas été créée en même temps que Neptune. Il s'agit sans doute de la planète la plus mystérieuse connue à ce jour.


Les planètes naines.

Concernant les planètes Cérès et Pluton, on ne considère pas qu'elles fassent réellement partie du système solaire en raison des nouvelles conditions décidées pour dire qu'une planète en est une. Les deux planètes naines respectent les deux premières conditions concernant leur orbite autour du Soleil et leur forme ronde. Cependant la dernière condition assure qu'il faut que la planète puisse se « nettoyer ». Ces deux dernières se trouvant dans la ceinture d'astéroïdes et de Kuiper, elles n'ont pas réussi à absorber suffisamment de roches alentours pour s'agrandir et permettre d'éloigner les débris rocheux de leur orbite.


Il paraît intéressant de voir comment les planètes se sont formées selon leur distance par rapport au Soleil. Ainsi on peut également comprendre pourquoi elles ne sont pas habitables, ce qui leur donne leur couleur ou tout simplement, comment elles fonctionnent.


Judy