• Nox

Les origines d'Halloween

Dernière mise à jour : 20 nov. 2019


La fin du mois d’octobre approche, la nuit du 31 de nombreux enfants à travers le monde déambulent dans les rues de leur ville, vêtus des costumes effrayants, réclamant « des bonbons ou un sort ! ». Ceux qui sont trop grands pour aller chasser les friandises dans le voisinage se retrouvent souvent entre amis devant un bon film d’horreur ou à des soirées déguisées. Mais d’où vient cet entrain pour Halloween, cette fête qui sent bon la citrouille et les friandises ?


Une fête païenne

À l’origine, Halloween est une fête celtique irlandaise appelée Samain. Sa réelle étymologie reste floue mais pourrait vouloir dire « fin de l’été » ou « assemblée ». Samain donne toutefois son nom au mois de novembre en gaélique. Il s’agissait de banquets qui avaient lieu pendant les 3 jours qui précédaient la pleine lune de novembre, le jour même de la pleine lune et les trois jours suivants. Cette période de l’année était propice au passage entre le monde des vivants et l’autre monde (le Sidh) selon les légendes irlandaises. Un homme reconnu comme étant un héros pouvait se faire inviter par une Banshee dans le Sidh pour y passer un moment des plus agréable, mais les heures étant des années dans ce monde, il était impossible d’en revenir car au moment de rentrer l’homme serait déjà mort dans le monde réel.


La veille de tous les Saints

C’est au VIIIe siècle que la fête de la Toussaint a été déplacée au premier novembre afin de christianiser la fête de Samain. Les croyances étaient que les morts revenaient à la vie lors Costumes d’Halloween au début des années 1900, photographe inconnu. de la Toussaint, d’où la nature mystique d’Halloween. D’ailleurs, le mot Halloween vient de l’expression anglaise « All Hallows’ Eve » qui peut se traduire par « La veille de tous les saints » ou « La veille de la Toussaint ».


Jack O’Lantern

Le symbole d’Halloween, la courge dans laquelle on a creusé un visage effrayant vient d’une légende irlandaise. Jack, le protagoniste rencontre un soir le Diable dans une taverne. Ce dernier propose à Jack de nombreuses faveurs en échange de son âme. Jack lui demande de lui payer un dernier verre avant de signer le pacte. Le Diable se change alors en pièce d’or mais Jack la glisse dans sa bourse, laquelle contient une croix en argent, le Diable est donc coincé. Le Diable obtient sa libération en échange de laisser 10 ans de plus à Jack. 10 années plus tard, au milieu de la campagne irlandaise, Jack croise à nouveau le Diable qui lui réclame son âme, il accepte mais lui demande d’abord de l’aider à cueillir une pomme en haut d’un arbre, le Diable monte donc sur ses épaules et pendant qu’il tente de cueillir la pomme, Jack grave une croix dans l’écorce de l’arbre et le Diable se retrouve coincé. Jack propose au Diable de le libérer à la seule condition qu’il ne lui prenne jamais son âme, le Diable est alors obligé d’accepter. Toutefois, quelques années plus tard, lorsque Jack meurt, il ne peut aller au paradis en raison de la vie de pêchés qu’il a mené, mais l’entrée de l’enfer lui est aussi interdite depuis la dernière promesse qu’il a eue avec le Diable. Jack est donc condamné à errer dans l’obscurité pour l’éternité. Le Diable le prend en pitié et lui donne un charbon ardent qu’il place dans un navet sculpté afin d’avoir une lanterne pour s’éclairer. La légende raconte qu’il réapparait chaque année à Halloween, le jour de sa mort. Cette légende irlandaise s’est inscrite dans la tradition et les autochtones sculptaient des navets en souvenir des âmes perdues. C’est lors de l’exode du peuple de l’Île d’Émeraude vers les États-Unis où les navets ont été remplacés par des courges, plus courantes sur ces terres et plus simples à sculpter. La citrouille d’Halloween est aujourd’hui encore un symbole phare de cette fête.


Une jack-o’-lantern traditionnelle (navet) irlandaise du début du xxe siècle exposée au Museum of Country Life.

Halloween dans l’air du temps

Aujourd’hui, Halloween est une fête récréative destinée à faire frissonner petits et grands. L’industrie du cinéma a créé de nombreuses légendes et des personnages mythiques rattachés à cet événement, qui renforcent l’aspect effrayant d’Halloween dans la culture populaire. Pour le côté commercial, nous le devons au capitalisme typique des États-Unis où tout évènement est propice à la consommation et au divertissement.


Dana