• Nox

Les mystérieux visages du Watertown

Le paranormal fait parler de lui depuis des années, des siècles même, et le sujet se tourne aujourd'hui vers les mystérieux fantômes. Croyant ou non, il est toujours intéressant d'en apprendre plus sur ces apparitions surnaturelles de personnes mortes. Découvrons aujourd'hui l'histoire des visages du Watertown.

L'histoire commence en décembre 1924, quelques années après la Première Guerre mondiale, alors que le transport pétrolier est à son essor. Le SS Watertown, un pétrolier américain, quitte les côtes de la Californie et doit se rendre à la Nouvelle-Orléans pour remplir ses cuves afin de livrer du pétrole à New York. Cependant, tout ne se passe pas comme prévu.


Lorsque les cuves sont vides, il faut les nettoyer de fond en comble avant de les remplir à nouveau. Une tâche plutôt dangereuse qui est redoutée par les marins du pétrolier. On raconte que deux d’entre eux se seraient « moqués » de cette tâche, et auraient déclaré que cela n'était pas aussi dangereux qu'on le racontait. James Courtney et Michael Meehan furent alors envoyés dans cette fameuse cuve, puisque pour eux il ne s'agissait pas d'une tâche difficile.


Le début du nettoyage se passa très bien, jusqu'au moment où les marins qui se trouvaient sur le pont du bateau s'inquiétèrent de ne plus entendre aucun bruit. Ils descendirent donc dans la cuve, et retrouvèrent les deux marins sans vie. La cause de la mort fut identifiée comme étant accidentelle. Les deux hommes auraient respiré une quantité trop importante d'émanation d'huile et de pétrole.


Étant en plein Océan Pacifique, il n'était pas possible d'enterrer les corps des deux hommes, du moins pas de la manière dont les gens sont enterrés de nos jours. C'est pour cela que le capitaine du navire, Keith Tracy, ordonna à ses hommes de jeter les corps à la mer. On appelle ça « être enterré en mer ».


Cela aurait dû être la dernière fois que les hommes du navire voyaient leurs coéquipiers, mais ce n'est pas le fin mot de l'histoire. Le lendemain, alors que le second se trouvait sur le pont du pétrolier, il crut apercevoir quelque chose dans l'eau. Il appela alors ses coéquipiers et le commandant de bord, stupéfait de sa découverte. Dans l'écume provoquée par le choc entre les vagues et le bateau, deux visages apparaissaient et disparaissaient en quelques secondes. Les apparitions se répétaient plusieurs fois dans la journée. Le capitaine empoigna son appareil photo de l'époque, et prit le phénomène en photo six fois, espérant pouvoir faire développer les négatifs une fois sur la terre ferme.





Le pétrolier accosta, quelques semaines plus tard, au large de la côte californienne, et le capitaine s’empressa de faire développer les négatifs, en quête de réponses. Les cinq premières photographies furent intactes, elles ne portaient pas de formes étranges et semblaient être en bon état. En revanche, on constata sur la sixième photo la présence de deux visages. L'image était floue, rappelons que nous n' étions qu'en 1924 et que l'industrie de la photographie n'était pas autant développée qu'à notre époque. Les marins, sous le choc, reconnurent immédiatement les visages de James et Michael.

La photographie en question fut confiée à des experts, des scientifiques et des professionnels de la photographie, sans grands résultats. Chacun avait sa propre hypothèse.


La première hypothèse : le canular

La première hypothèse émise était que le capitaine, sous la force de l'ennui, aurait eu l'idée de faire une « farce » avec l'aide de ses marins. Une façon d'attirer l'attention et de tuer le temps, qui pouvait paraître long à bord d'un bateau. Cependant on sait que les marins de l'époque étaient tous croyants et superstitieux, on en déduit donc qu'il ne serait pas possible que le capitaine ait réussi à emporter ses marins dans sa farce.


La seconde hypothèse : la corruption

Rappelons que nous n'étions que quelques années après la Première Guerre mondiale, et que les pays étaient encore dans une sorte de conflit. On a donc pensé à une corruption, certains négatifs seraient mis en vente avec des gravures et des images, d'où l'apparition des deux têtes qui n'étaient que sur une seule photographie.


Après plusieurs écrivains en proie au succès et cherchant à déceler le vrai du faux, l'un d'eux se démarqua : Blake Smith. Il enquêta sur l'authenticité de la photo en se basant sur un pétrolier similaire au SS Watertown, le SS Baldhill. Il déclara :


« Je connaissais maintenant assez bien les mesures du Watertown pour savoir à quelle distance se trouvaient les visages dans l'eau du navire - si je pouvais déterminer le lieu où la photo a été prise. Le problème est qu'il n'y avait nulle part sur le podium, ou les ponts inférieur et supérieur, le nombre correct de chandeliers verticaux, d'entretoises ou quelles que soient les lignes sombres sur la photo.


Le fameux "Baldhill"


Il utilisa donc les dimensions du Baldhill pour recréer la photo et surtout la mise en scène qui pouvait se cacher derrière.


« Les résultats ont été stupéfiants. Même à 7,5 mètres, les fantômes de Watertown n'étaient pas juste plus grands que la tête de mes amis ; ils étaient aussi grands que mes amis ! C'est une conclusion étrange, mais elle correspond à mon hypothèse. Même si Carrington a fait remarquer que les têtes étaient un peu plus grosses que dans la réalité, mes résultats impliquaient que la taille des têtes fantomatiques aurait été bien plus remarquable que leur ressemblance avec deux compagnons de navire décédés. »


Ici, une nouvelle assez troublante. Blake Smith déclara donc que les têtes ne pouvaient pas être celles des défunts, puisque la dimension ne correspondait pas. La conclusion ne semblait donc pas pouvoir être réelle mais plutôt surnaturelle.

On raconte aussi que les voyages suivants du fameux pétrolier furent mouvementés, et que les marins auraient de nouveau vu les têtes flotter. Le bateau aurait donc été poursuivi, par ces fantômes supposés être ceux des deux jeunes marins morts à la tâche. On sait qu'après cette histoire, le SS Watertown était tellement connu qu'on dut en changer le nom et les marins furent tous dispatchés à travers d'autres navires.

Depuis, le négatif fut perdu, ce qui clôtura l'histoire. Il n'en reste que de vulgaires copies que l'on peut facilement retrouver dans la presse.

Aujourd'hui encore, personne n'aura réussi à discerner le vrai du faux. Alors, corruption, simple farce ou apparition surnaturelle, à vous de décider !


Julie