• Nox

Le Wendigo : une légende amérindienne terrifiante


Lorsque les colons européens découvrirent le nord du continent américain, ils prirent connaissance d’une légende commune à de nombreuses tribus amérindiennes : celle du Wendigo. Si les représentations contemporaines de cette créature s’apparentent à celles des loups-garous européens, la légende du Wendigo est pourtant bien différente de notre Bête du Gévaudan locale.


Malgré un nom variant selon les régions, le monstre est généralement décrit d’une seule et même manière : une créature ayant auparavant été humaine, au corps émacié, d’une maigreur affolante, à la peau noire dégageant une odeur de décomposition insupportable et au cri terrifiant.


Les récits relatés par les différentes tribus amérindiennes qui en font état restent extrêmement similaires. En pleine période de grand froid, la famine faisant rage au sein des communautés reculées de la partie nord du continent, un membre de la tribu serait devenu cannibale, s’attaquant en premier lieu à des membres de sa famille. Deux versions se distinguent pourtant. Selon l’une d’entre elles, l’individu cannibale serait comme possédé par l’esprit du Wendigo et mangerait tout ce qui se trouve à sa portée, en passant des végétaux jusqu’à de la chair humaine. Selon l’autre version, le Wendigo serait un membre normal de la tribu ayant cédé à la tentation du cannibalisme, n’ayant d’autre source d’alimentation, et en aurait été transformé en bête assoiffée de sang sans pour autant être la victime d’une quelconque possession.


Il existe également un trouble psychiatrique appelée le « Syndrome du Wendigo », et ce, seulement dans les populations amérindiennes. Du fait de leurs croyances et de leur mode de vie (en autarcie, dans des régions extrêmement reculées du continent nord-americain), certains individus développeraient une obsession pour l’acte de cannibalisme, allant parfois jusqu’à l’homicide et à la consommation de viande humaine. Si l’existence même de cette psychose fait aujourd’hui débat au sein de la communauté scientifique, c'est à cause de sa disparition durant la révolution industrielle et de la conquête de l’Ouest, qui ont permis aux contrées les plus reculées du Canada et des États-Unis d’être plus facilement approvisionnées en nourriture lors des longs mois d’hiver.


L’histoire de la possession de Swift Runner par l’esprit du Wendigo reste à ce jour la plus connue. En 1878, l’amérindien Swift Runner ainsi que sa femme et ses cinq enfants s’exilent dans les montagnes de la province de l’Alberta, au Canada. Après une saison hivernale extrêmement rude, les autorités de Fort Saskatchewan furent étonnées de ne voir revenir que le père de famille. Il prétendit au départ que sa femme, poussée par la faim, avait décidé de mettre fin à ses jours, puis que le reste de la famille avait fini par mourir de faim. L’apparence physique de l’homme, ne ressemblant pas à un individu ayant souffert de malnutrition pendant de nombreux mois, éveilla les soupçons chez les forces de l’ordre. Après avoir fouillé l’habitation de Swift Runner, ils découvrirent les ossements rongés des membres de la famille éparpillés autour du camp. L’homme finit par avouer avoir fait cuire sa famille avant de la manger, maintenant pourtant qu’il était possédé par l’esprit du Wendigo lors des faits. Cette excuse ne tint pas la route devant les autorités qui l’exécutèrent en Décembre 1879.


Si l’urbanisation grandissante des États-Unis et du Canada a pu marquer la disparition des actes de cannibalisme liés au Wendigo, ce cryptide est encore bien présent dans la culture populaire. On peut en effet le retrouver dans des séries comme Charmed, Supernatural ou Hannibal, ou bien encore dans des jeux vidéos comme Until Dawn ou des livres comme Simetierre de Stephen King.


Lucile