• Nox

Le fantôme rouge des Tuileries

Les Tuileries… un si calme jardin où il fait bon de se promener, de rêvasser près des étendues d’eau ou de bouquiner sur le gazon. Mais saviez-vous qu’au XVIe siècle, lorsque le Palais des Tuileries était encore debout, un fantôme rouge a effrayé et mis à mal bon nombre de courtisans, rois et reines ? Découvrez l’histoire hors du commun de ce fantôme particulier.



Qui était le fantôme rouge des Tuileries ?


Le Palais des Tuileries achevé, vers 1757 © Domaine public

Jean dit l’Écorcheur, boucher de son état, travaille et dirige l’abattoir qui jouxte le Palais des Tuileries, au service de Catherine de Médicis. Sous l’impulsion de la reine régente, le Palais voit ainsi le jour en 1564 près du Louvre, et se veut le nouveau petit bijou de la royauté. Beaucoup de souverains se verront d’ailleurs abrités par le dôme massif du Palais. Jean travaille d’arrache-pied pour répondre aux requêtes toujours plus fastidieuses de Catherine de Médicis. Son dur labeur auprès de la reine l’amène cependant à connaître quelques vils secrets de la cour. On raconte notamment qu’il serait au courant du dessein de la Reine d’empoisonner sa rivale, Diane de Poitiers. Refusant alors de quitter son abattoir, Jean devient l’oreille qui entend tout. La rumeur se propageant, Catherine de Médicis ordonne ainsi à l’un de ses chevaliers nommé Neuville d’occire son boucher.


En quelques coups d’épée, Neuville parvient à éliminer le bougre. Ce dernier, empli de colère et de vengeance prévient son tueur : « Je reviendrai ! ». Plus tard, le chevalier s’aperçoit que Jean se tient devant lui, baignant dans une mare de sang. Pris de peur, il tente à nouveau de l’embrocher de quelques coups de lame, en vain. L’homme a disparu, son cadavre également. Seule reste l’image d’un homme frêle et petit recouvert de sang.


Catherine de Médicis © Domaine public

Les prophéties du fantôme


Ayant appris la nouvelle, Catherine de Médicis se précipite alors chez son astrologue, Cosme Ruggieri. Superstitieuse née, elle avait fait ériger une tour contre la Bourse du Commerce afin que son astrologue y loge et soit disposé à la recevoir quand bon lui semble. Un observatoire astrologique y avait même été installé afin de faciliter l’étude des étoiles et des constellations. Alors inquiète, le reine régente interroge, et l’astrologue lui affirme avoir vu un homme constellé d’un nuage rouge dans une vision lui prédisant la mort de la reine. Il l’alerte, et lui annonce que sa mort surviendra à Saint-Germain. Catherine de Médicis, première victime du fantôme, fera la terrible expérience de voir à plusieurs occurrences l’homme rouge. Ce dernier lui prophétisera aussi une mort à Saint-Germain. Elle fuira les Tuileries pour s’installer dans le château de Blois, jusqu’à la fin de ces jours. On apprendra plus tard que le prêtre venu lui octroyer l’extrême-onction se prénommait Saint-Germain !


Dès lors, au cours de l’histoire, le fantôme des Tuileries fera plusieurs apparitions aux souverains, pour leur prophétiser leur mort ou bien l’imminence d’un événement tragique. Il est ainsi raconté qu’une des femmes de chambre de Marie-Antoinette se serait précipitée dans la chambre de la souveraine après des hurlements. La reine lui aurait alors révélé avoir vu un homme rouge, qui avait lancé une pique sur une affiche indiquant « aristocrate ». MarieAntoinette aurait par la suite demandé les services d’un magnétiseur afin de la protéger des maléfices du fantôme, sans succès. En effet, quelques temps après, Marie-Antoinette se verra emprisonnée dans la Conciergerie, sur fond de Révolution française.


Le fantôme des Tuileries apparaît aussi peu avant la mort tragique d’Henri IV ou avant celle du Cardinal de Mazarin, ou encore du roi Louis XVIII ainsi que la femme de Napoléon III, l’impératrice Eugénie, peu avant sa fuite des Tuileries. À chaque instant, l’homme rouge les prévient de leur mort prochaine.


Fantôme des Tuileries tenant Napoléon Ier © Pinterest 2021

Il sera écrit que le fantôme rouge apparaît régulièrement à Napoléon Ier, avant ses batailles. Pour l’Empereur, c’est un signe annonciateur de victoire. Enorgueilli d’un tel pouvoir, Napoléon ignore complètement les avertissements du fantôme. Lorsqu'après être apparu au moment de la bataille de Waterloo, Napoléon doit s’avouer vaincu, il comprend que le fantôme n’est pas un signe de bon augure, bien au contraire !



La disparition du fantôme des Tuileries


Si de nombreux souverains ont été témoins de ce drôle de fantôme néanmoins terrifiant, la destruction du Palais semble avoir emporté avec elle son fantôme locataire. En 1871, pendant la Commune, alors que se tient l’insurrection des communards à Paris, le Palais des Tuileries prend feu et les flammes ravagent l’édifice pendant trois jours consécutifs. On raconte alors que plusieurs personnes ont vu le petit homme rouge, autrefois Jean l’Écorcheur, apparaître une ultime fois dans les flammes, avant de s’évaporer dans un tournoiement de fumée. Il semblerait ainsi qu’à cet instant, le fantôme se soit libéré de son fardeau et de sa peine.


Le Palais des Tuileries incendié © Domaine public

Bien après la destruction du Palais, des légendes mentionnèrent les traits spécifiques du fantôme rouge des Tuileries. Certains contes pour enfants parlaient alors d’un homme toutvêtu de rouge, errant dans la ville à la recherche de bambins trainant tard dans les rues pour les dévorer. Encore aujourd’hui circulent des histoires de fantômes qui hantent les rues et édifices de Paris, comme le fantôme du Louvre. Et vous, connaissez-vous d’autres histoires de fantômes ?


- Amandine