• Nox

La sanglante famille Bender

C’est dans un contexte historique de conquête de l’ouest que l’histoire de cette terrible famille prend place. Après la guerre de sécession qui fit rage, le peuple des amérindiens Osages est déplacé. Il laisse alors derrière lui, un vaste territoire vacant à Cherryvale dans l’État du Kansas. Celui-ci ne tardera pas à être occupé par 5 familles. Parmi elles, la famille Bender s’y réunissant au complet en 1871. Ils mirent à profit le vaste terrain qu’ils possédaient en y établissant un verger, un potager et une grange. Ils divisèrent également une maison en bois en deux parties : la pièce avant faisait office de magasin ainsi que d’auberge et la pièce arrière était destinée aux logements.


À la tête de l’auberge nommée Wayside Inn, nous pouvons rencontrer les quatre membres de la famille Bender : le père de famille, John Bender, surnommé Pa, sexagénaire grand et bourru, parlant un anglais peu compréhensible. La mère, Kate Bender, âgée d’une quarantaine d’années, surnommée Ma, mais également « la sorcière » par son voisinage en raison de son antipathie et de son caractère désagréable. Puis vient John Jr, garçon de vingt ans, beau, mais considéré comme stupide, car il a pour habitude de rire sans raison apparente, presque compulsivement. Pour finir, il y a sa sœur, Kate, se différenciant du reste de la famille. Du haut de ses vingt-trois ans, cette jeune fille belle, sociable et intelligente sait comment se faire de l’argent facilement. Elle passe son temps en ville à organiser des soirées de spiritisme onéreuses se faisant passer pour une voyante et guérisseuse proposant ses services. Elle était aussi connue dans tout le canton pour proposer aux hommes clients de l’auberge familiale d’autres services plus intimes et prôner l’amour libre.


Portraits de la famille Bender ©Copyright Paris Match 2020

La jeune Kate fait également parler d’elle pour une autre raison bien plus trouble : sa relation fraternelle un peu trop fusionnelle, que bon nombre de gens considèrent alors comme une liaison amoureuse. Peu à peu, le schéma de famille normale s’efface, et d’autant plus lorsque l’on se rend compte que les Bender ne sont, en réalité, pas une famille. Celui que l’on appelle Pa n’a jamais porté le nom Bender, son véritable nom est John Flickinger. Pour sa compagne surnommée Ma, le nom Bender n’est aussi qu’un emprunt. Sa véritable identité est Almira Meik et derrière ses apparences de femme rebutante, mais banale, un passé sombre se cache. Mariée tout d’abord à George Griffith avec qui elle eut douze enfants, elle s’unit ensuite à plusieurs reprises et tous ses conjoints décèdent un à un d’une mystérieuse blessure à la tête. Concernant leur supposé fils, John Jr, son véritable nom est John Gebhart et il n’a, lui non plus, aucun lien avec le patronyme Bender, ni même avec aucun membre de ladite « famille ». Le seul lien familial qu’il est possible d’établir parmi toutes ces personnes est que Kate, se nommant en réalité Eliza Griffith est, quant à elle, bel et bien la fille de Ma Bender, qui plus est, la cinquième de la fratrie.


Les phénomènes étranges gravitant autour de la famille Bender commencèrent en Mai 1871, lorsque le corps sans vie d’un homme fut découvert dans la rivière Drum Creek à proximité de leur terrain. Le pauvre M. Jones fut retrouvé le crâne fracassé et la gorge tranchée. L’année suivante, deux nouveaux corps furent découverts dans la rivière avec exactement les mêmes blessures fatales. Le propriétaire de cette parcelle de la rivière qui traversait son terrain fut interrogé, mais sans succès, il n’y avait personne d’autre à suspecter alors l’enquête n’aboutit pas.


La vérité, c’est qu’au tout début de cette année 1872, les Bender ont mis en place un lugubre stratagème pour s’enrichir et assouvir leurs effroyables pulsions.


Le clan Bender, plus soudé que jamais dans l’horreur, agit selon un mode opératoire bien précis. Lorsqu’un client s’en vient, Kate se charge de l’attirer à l’intérieur de la maison de bois. Au même moment, Pa prend place derrière une toile tendue permettant de séparer la maison en deux. Une fois le voyageur entré, Kate prend soins de l’installer à table, dos à la toile tendue, et donc à Pa. Ensuite, après avoir longuement conversé avec le client afin d’établir le niveau de richesse de celui-ci, elle fait alors un signe de tête à Pa, scellant le destin du voyageur. Pa s’empresse alors de lui fracasser le crâne à coup de marteau. Le client, ensuite déplacé dans une trappe, est dépouillé de tous ses biens revendables et égorgé afin de s’assurer de sa mort. Il jonchera le sol ensanglanté de la cave pendant de longues heures jusqu’à ce que la nuit tombe et que la famille Bender le récupère afin de l’enterrer à l’abri des regards.


Illustration du mode opératoire de la famille ©Film Daily

C’est donc dans ces conditions que Joe Sawers, M. Jones et John Greary perdirent la vie pour une modique somme d’argent. En plus de ces deux hommes nous pouvons également mentionner Ben Brown, assassiné afin de lui dérober 2600$. Mais aussi le colonel Mc Crotty possédant 38$, un wagon et un attelage de chevaux, ainsi que Henry McKenzie parti s’installer à Indépendance. Il trouva la mort pour seulement 36$ et un équipage de chevaux au même titre que Johnny Boyle détenteur de 10$, une jument, et une selle d’une valeur de 850$. À la fin de cette même année 1872, un homme nommé George Loncher et sa fille quittent Indépendance après le décès de sa femme et partent s’installer dans l’Iowa afin de débuter une nouvelle vie avec 1900$ en poche. Croisant le chemin de la terrible famille Bender, ils ne purent jamais atteindre leur destination. C’est après ce dernier meurtre tragique que l’étau se resserre autour des criminels. D’une part, en 1873, les nombreuses disparitions commençant à faire parler d’elles, les voyageurs tentent d’éviter du mieux qu’ils peuvent ce chemin mortel. Et sans pour autant ouvrir d’enquête, des patrouilles sont envoyées régulièrement sur place afin de surveiller les lieux.


D’autre part, un individu pour le moins inattendu souhaite parcourir ces lieux et tirer cette histoire au clair : le Docteur William York, voisin et ami du défunt Mr Loncher. N’ayant pas de nouvelles, il entreprend donc d’aller à sa recherche au printemps. Questionnant toutes les auberges environnantes sans succès, il entame donc son chemin de retour le 9 mars vers Indépendance, mais ne rentrera jamais chez lui. C’est bien là que la famille Bender commit sa plus grossière erreur. Avides de sang et d’argent, ils ne conversèrent visiblement pas assez avec le docteur pour apprendre que celui-ci possédait deux frères. L’un, Ed York, colonel renommé et le second, Alexander, illustre sénateur. Et c’est accompagné de pas moins d’une cinquantaine d’hommes que les deux frères, après avoir interrogé chaque personne qu’ils croisaient, arrivèrent à leur tour devant l’auberge des Bender le 28 mars. Le colonel York, après avoir expliqué sa situation, demanda alors à parler aux propriétaires de l’auberge. Kate pris la parole, prétextant que sa mère ne savait pas parler anglais. Kate admit que le Dr York avait bien logé ici mais qu’il était reparti sain et sauf. Le colonel York accepta cette explication et même une invitation à dîner. Les Bender se rendant bien compte qu’il serait trop imprudent de le faire disparaître, le laissèrent alors repartir en vie. Ed York et son équipe se virent retourner à l’auberge des Bender seulement 5 jours plus tard, le 3 avril. La raison de leur visite ? Le signalement d’une voyageuse ayant réussi à s’enfuir de l’auberge et affirmant que Ma l’avait menacée avec des couteaux. Dans un premier temps John Jr nia les accusations à l’encontre de sa mère. Puis lorsque le colonel réitéra ses incriminations, Ma explosa de rage et hurla dans un anglais le plus parfait que tout était de la faute de la voyageuse, l’insulta et ordonna au colonel de quitter sa demeure.


Cette dernière scène suffit à convaincre les deux frères York de la culpabilité des Bender. Kate sentant cette situation lui échapper tenta le tout pour le tout et proposa au colonel de revenir seul le lendemain soir afin de profiter de ses dons de voyance pour retrouver son frère, mais en vain, il déclina sa proposition, déjà persuadé de son implication. Il insista cependant pour trouver des preuves lorsque son équipe et le voisinage des Bender réclamaient qu’on les traîne à la potence sur le champ.


À la même époque, les communautés voisines accusaient les Amérindiens d’être responsables de toutes ces mystérieuses disparitions. Une réunion fut donc organisée dans le comté de Cherryvale, afin de tirer cette histoire au clair en mettant en place des mesures efficaces. Lors de cette réunion à laquelle 75 personnes assistèrent, ainsi que Pa Bender et le colonel York, il fut décidé que chaque auberge et maison serait fouillée à la recherche de preuves ou d’indices.


Lorsque pas moins de trois jours après cette réunion, un berger conduisant son troupeau passa devant Wayside Inn, il vit que tout était désert et que les animaux des Bender, affamés, étaient abandonnés à leur sort. Il s’empressa donc d’aller prévenir le maire qui engagea immédiatement le colonel York. Ralentis par les intempéries, le colonel accompagné de 100 hommes ne put débuter les recherches que quelques jours plus tard.


Une fois arrivé sur les lieux, Ed York et son équipe ne purent que constater que toute la maison avait été vidée de tous ses aliments, vêtements et autres biens. Ils ne dénombrèrent pas moins d’une dizaine d’impacts de balles dans le plafond et les murs laissant imaginer des scènes de lutte entre les meurtriers et leurs victimes. Puis, sentant une odeur nauséabonde ne présageant rien de bon, Ed entreprit alors de fouiller les lieux du sol au plancher. Plancher qui comportait une trappe dissimulée, une fois celle-ci ouverte, l’équipe de recherche ne découvrit rien hormis un sol maculé de sang séché. Il fut donc décidé de sonder le terrain environnant avec une tige métallique. C’est avec cette technique que le colonel York découvrit le corps de son frère un peu plus tard dans la soirée face contre terre, à une très faible profondeur. Après cette tragique découverte, c’est aussi de cette manière que l’équipe du colonel endeuillé désigna neuf emplacements dans lesquels des corps pouvaient se trouver. Exténués, et le lieu désormais baigné de l’obscurité nocturne, ils entreprirent de creuser les emplacements le lendemain matin.


À l’aurore, ils trouvèrent alors huit corps dans sept des neufs emplacements désignés. On retrouva ainsi dans le verger Ben Brown, ainsi que le colonel Mc Crotty, Henry McKenzie, George Loncher et sa fille enterrés ensembles. Puis près d’un pommier on trouva John Greary, avec un homme et une femme non identifiés. On fouilla également le puit dans lequel on découvrit le cadavre de Johnny Boyle et des membres humains n’appartenant à aucune des victimes citées précédemment. On exhuma ensuite aux alentours de la rivière Drum Creek quatre hommes non identifiés, l’un d’eux pourrait être Jack Bogart dont le cheval avait été acheté par un ami des Bender après sa disparition. Il fut constaté que toutes les victimes retrouvées avaient eu le crâne fracturé et la gorge tranchée à l’exception de la très jeune fille de George Loncher, supposément appelée Mary Ann qui avait été enterrée vivante ou bien étouffée.


Tombes découvertes dans le verger ©Kansas State Historical Society

L’affaire commençant à se faire connaître, des journalistes de New York à Chicago se rendent sur les lieux des crimes, au total plus de 3000 personnes sont présentes sur place et l’auberge est entièrement pillée jusqu’aux briques du puits.


Recompense du Gouverneur Osborn ©Kansas State Historical Society

La traque de toute personne ayant une part de responsabilité dans ce carnage commença. Le peuple, désireux de faire payer la famille, pendit un ami des Bender à une poutre de l’auberge à trois reprises avant de le laisser s’en aller, titubant. De son côté, le sénateur York endeuillé par la perte de son frère, promit une récompense de 1000$ à celui ou celle qui arrêtera la maudite famille. Affecté par un tel drame au sein de sa ville, le gouverneur Osborn promit à son tour une récompense de 2000$ pour l’appréhension des 4 fugitifs.


La soif de justice et de vengeance de tous finit par payer quelques semaines plus tard, douze hommes sont interpellés pour implication dans le recel des biens des victimes. Parmi les hommes interpellés, l’un d’eux faisant parti du comité de vigilance de la ville. Cet homme avait également écrit une lettre au nom d’une des victimes affirmant à sa famille qu’il était bien arrivé afin de brouiller les pistes.


Cependant, un amère goût d’inachevé persiste, les principaux coupables sont toujours en fuite. Des détectives étant parvenus à les suivre trouvèrent le chariot des Bender à dix-neuf kilomètres de leur auberge, dans la ville de Taylor. On découvrit par la suite que dans cette ville, ils achetèrent des billets de train ayant pour destination la ville de Humboldt. Ensuite la famille se divisa, John et Kate descendirent du train à Chanute et en prirent un autre pour le Texas, plus précisément pour Denisson dans le comté de Red River. À la suite de quoi, ils descendirent et marchèrent vers la frontière du Nouveau Mexique. Puis les détectives perdirent leurs traces. Quant à Ma et Pa, ils continuèrent vers Kansas City où les détectives supposent qu’ils ont pris de nouveaux billets pour le Missouri. Puis on perdit également leurs traces.


À partir de cet instant, de nombreuses histoires sont racontées au sujet de la capture ou de l’élimination de la famille Bender. On peut entendre parler d’un groupe d’individu qui les aurait attrapés et tous tués par balle sauf Kate qu’ils auraient décidé de brûler vive. Ou bien qu’une autre équipe les auraient lynchés puis coulés dans la rivière, d’autres affirment encore qu’ils ont été tués par balle puis enterrés dans une prairie. Cependant aucun de ces fameux groupes de justiciers n’entreprit de fournir des preuves tangibles afin de recevoir les 3000$ de récompense. On peut donc aisément en déduire qu’il ne s’agit là que des rumeurs infondées et factices. L’histoire se propagea, se déforma et la traque continua pendant près de cinquante ans. L’histoire marqua d’une manière si profonde les habitants des communautés voisines que lorsque deux femmes se baladaient seules on les associait généralement à Ma et Kate Bender.


La sombre histoire des Bender refit surface lorsqu’en 1884 il fut rapporté que Pa Bender s’était suicidé dans le lac Michigan. Cependant, une histoire beaucoup plus vraisemblable tend à décrédibiliser cette théorie du suicide : la même année un homme correspondant à la description de Pa fut arrêté dans le Montana pour un meurtre commis à coup de marteau dans l’Idaho. Lors de son arrestation, un message fut envoyé à Cherryvale afin d’obtenir une identification formelle de Pa. Malheureusement le prisonnier entreprit de se couper le pied afin de se libérer de ses chaînes et mourut en se vidant de son sang. L’identification aurait pu être faite de manière posthume cependant, les communications étant longues à parvenir et les moyens de transports n’étant pas aussi rapides que de nos jours, à l’arrivée des témoins le corps du prisonnier supposé être Pa Bender était à un stade de décomposition trop avancée pour rendre toute identification possible. Malgré l’identité incertaine du prisonnier son crâne fut exposé dans un saloon sous le nom de Pa Bender jusqu’en 1920 où il fut volé.


Après ce premier rebondissement de cette sordide histoire, un second survient le 31 octobre 1889. Deux femmes sont signalées et arrêtées dans le Michigan, l’une porte le nom de Almira Monroe et l’autre, plus jeune, se prénomme Eliza Davis. Ces deux noms n’étant pas sans rappeler les vraies identités des femmes de la famille Bender éveillent immédiatement les soupçons. Deux résidents du sentier des Osages furent dépêchés sur place et reconnurent qu’il s’agissait bien de Kate et Ma Bender grâce à une photographie ferrotypie. Selon une autre source le mandataire du canton d’Osages qui avait dirigé les recherches alla les identifier personnellement. Peu importe la source que l’on décide de croire, les deux affirment de manière certaine l’identité des deux femmes. De plus, la plus jeune des deux signa un document attestant que la femme l’accompagnant était bel et bien Ma Bender. Après cette confirmation, les deux femmes furent transportées jusqu’au Kansas où sept personnes sur treize garantirent que les suspicions sur les deux femmes étaient vraies. Elles devaient alors être jugées en Mai 1890 pour leurs crimes. Contre toute attente, les charges à l’encontre des deux meurtrières furent abandonnées suite à la présentation d’un certificat de mariage de Eliza Davis dans le Michigan au moment des meurtres. Ce certificat faisant office d’alibi solide fut présenté par leur avocat, par la suite accusé d’avoir falsifié l’authenticité du document. Ceux que l'on nomme désormais « the bloody bender » ne furent plus jamais rattrapés par leur passé et justice ne fut jamais faite sur cette sordide histoire.


Grâce au pillage de l’auberge, les trois marteaux servant à la famille pour commettre leurs méfaits furent retrouvés. Ils furent ensuite exposés dans le musée Bender. C’est aujourd’hui la seule chose restante de cette affaire.


Nous pouvons cependant lire sur une pancarte plantée près des lieux du crime : « Alors que les histoires abondent à leur sujet, la réalité c’est que le destin des Bender est incertain. On dit qu’ils se sont échappés ou qu’ils ont été tués par vengeance. Leur histoire est en fait non résolue et reste l’un des grands mystères de l’ouest ». C’est ainsi que se termine l’affaire de la première famille de tueurs en série des États Unis.


Loukina