• Nox

La propriété la plus hantée des Etats-Unis : Myrtles Plantation

La plantation Myrtles est connue pour être l’une des maisons les plus hantées d’Amérique. Entre odeurs, bruits inexpliqués, traces de mains sur le miroir, l’histoire de cette maison semble regorger de nombreux phénomènes inexpliqués.


David Bradford, né en Amérique, était l’un des cinq enfants d’une famille d’immigrants irlandais. Avocat et homme d’affaire réputé, il fut impliqué dans la tristement célèbre Révolte du Whisky. Il fut alors contraint d’abandonner sa femme Elizabeth Porter qu’il épousa en 1785, ainsi que ses enfants et quitta Washington. Il se rendit par la suite à Pittsburgh et acheta un terrain de six cent hectares à Bayou Sara l’actuel St Francisville. Il y construisit en 1794, sa plus belle demeure.

Malgré la distance, Bradford accueillait souvent des étudiants en droit afin de les conseiller dans leurs études. Étant un ancien procureur, il s’adonnait à exploiter ses connaissances au profit des étudiants. Un de ses élèves, Clark Woodrooff, brillant dans son domaine, se jura d’épouser la fille de M. Bradford. Après avoir obtenu son diplôme, il s’empressa d’épouser la jeune et belle femme, Sarah Mathilda. Leur romance s’était épanouie à l’ombre des myrtes, ce qui donna par la suite le nom à la maison.


Malheureusement, quelques années plus tard, David Bradford décédera et Woodrooff reprit la plantation avec sa femme. Il agrandit la propriété avec l’aide de cette dernière et de sa belle-mère, planta six-cent-cinquante hectares d’indigo et de coton. C'est sur cette même propriété que leurs trois beaux enfants, Cornelia Gale, James et Mary Octavia grandiront dans l'amour de la famille et le bonheur de vivre à la campagne. Tout semblait donc parfait avant que tout ne bascule pour la famille Woodrooff.

Clark avait une seconde vie. Il entretenait une liaison dangereuse et sentimentale avec l'une de ses esclaves, Chloé. Une belle jeune femme dont il profita jusqu’à finalement la rejeter sans aucune raison. La jeune esclave, voulant connaître les raisons et ayant peur que quelque chose ne soit révélé, se mit à écouter aux portes. Mais Clark surprit celle-ci et lui coupa l’oreille pour la punir, ce qui la condamnera à porter un foulard autour de sa tête. Dans un élan de vengeance ou de bonté, pour l’anniversaire de l’aînée, Chloé prépara un gâteau. Elle prit soin d'y rajouter un petit dosage de poison pour rendre malade les membres de la famille et pouvoir leur apporter son aide en tant que bonne et gentille personne.

Les calculs étaient faux, le dosage était trop fort et les trois enfants ainsi que la mère y laissèrent la vie. Prise de peur, Chloé se pendit avant que son maître ne découvre ce qu’elle avait fait.

En 1834, la plantation est vendue à Ruffin Gray Stirling, Clark étant devenu juge, il voulu prendre un nouveau départ dans sa vie.


Ruffin ira vivre à la plantation avec sa femme ainsi que ses enfants. C’était une riche famille qui possédait plusieurs plantations des deux côtés du fleuve Mississippi. Ils avaient arraché toute la tapisserie de la maison et avait refait à neuf la bâtisse, l'agrandissant et l'améliorant pendant presque quinze longues années. Mais en 1854, Ruffin décéda à cause de la tuberculose laissant à sa femme Mary Cobb, tout son héritage et quatre de ses enfants.

A l’origine, la femme de Ruffin avait donné la vie à neuf enfants. Six d’entre eux sont morts jeunes. Mais le malheur ne s’arrêtait toujours pas dans la Plantation Myrtles. Le plus aîné de ses fils décéda juste après son père. Le mari de sa fille Sarah, qui s'appelait Winter, est assassiné sur le porche par un inconnu, après la guerre civile. Il aurait tenté de rentrer chez lui, en rampant dans les escaliers pour finalement mourir dans les bras de sa femme, à la dix-septième marche.

C’est en 1950, alors que la maison est reprise par la riche Marjorie Munson que les phénomènes paranormaux commencent à s’ébruiter. Des odeurs horribles se font sentir et des endroits de la maison sont des points froids de la bâtisse. Des traces de main d’enfants sur le miroir apparaissent. Jamais personne ne comprendra d’où viennent ces traces. Plusieurs témoigneront que les traces de mains sur le miroir ne sont autres que les enfants Woodrooff qui continuent à vivre dans la maison, cachés et peut-être même coincés dans ce miroir. Des témoignages disent aussi que des bruits se font entendre dans les escaliers, comme si quelqu’un montait à l'étage, mais que les pas s’arrêtaient à la dix-septième marche.

Mais les phénomènes ne s’arrêtent pas ici. L’endroit où sont décédés les enfants Woodrooff abrite un lit, un lit qui ne cesse de bouger la nuit. Il bougerait tellement violemment qu’il en laisserait des traces sur le sol en bois. Des gens témoignent avoir été victimes de ces scènes. Ils auraient pris peur et se seraient enfuis de la plantation.

Une photo d’un ancien propriétaire montre une jeune femme sur la plantation. Beaucoup disent que ce spectre est bien celui de Chloé, l’ex esclave, et ils disent aussi que celle-ci rôde souvent autour de la plantation causant beaucoup de peur à certains plus sceptiques.


Aujourd’hui, la plantation est devenue une place historique en Louisiane et a été transformée en une attraction pour les plus curieux en quête de phénomènes paranormaux. Les plus courageux peuvent dormir une ou plusieurs nuits dans la plantation. Beaucoup, encore aujourd’hui, expérimentent les phénomènes qui rôdent autour de celle-ci. Malgré tout, certains chercheurs doutent encore de l’existence de Chloé. En essayant de vérifier quels étaient les membres qui habitaient dans la demeure en 1820, aucun document ne prouve l’existence de celle-ci. Des chercheurs diront que Sarah Mathilda et deux de ses enfants sont morts de la fièvre jaune et non par empoisonnement. Beaucoup de zones d’ombres subsistent malgré les efforts de tous pour comprendre ce qu’il s’est réellement passé. Une seule chose semble vraiment concorder ; la maison abrite bien des fantômes.

Hana