• Nox

La panique satanique ou l’exemple d’une hystérie collective

Dès le début des années 1980, une hystérie collective toucha un grand nombre d’américains qui devinrent persuadés que des sectes satanistes s’inséraient petit à petit au sein de leur société. L’hystérie de groupe est par définition un « phénomène transmettant des illusions de menaces, réelles ou imaginaires, dans une population d’une société à la suite de rumeurs et d'inquiétudes ». Mais comment peut-on expliquer que ces rumeurs aient pu prendre une telle ampleur ?


Cette hystérie de masse trouve son origine dans plusieurs facteurs. La société puritaine des États-Unis a toujours craint les pratiques occultes, allant jusqu’à brûler des sorcières au bûcher plus de deux siècles après la fin de la chasse aux sorcières en Europe. Le regain d’intérêt porté à ces dernières pendant la renaissance des mouvements néopaïens dans les années 1960 et 1970, a terrifié la partie chrétienne de la population, notamment suite à la publication de la Bible Satanique d’Anton Lavey. Ce texte ne fut pas lu par la majorité le décriant qui, s’ils y avaient jeté un regard, auraient découvert un livre alliant développement personnel et philosophie, ne faisant aucune mention de pratiques de magie noire. Anton Lavey fonda d’ailleurs l’Église de Satan en 1966, qui gagna rapidement en popularité au sein de la population américaine.


"La Clef de la Magie Noire" de Stanislas de Guaita, un symbole utilisé par l'Eglise de Satan

La décennie qui suivit fut marquée par une suite d’événements que la population a inconsciemment associés, faisant ainsi grandir la peur du satanisme. La démocratisation de l’accès à la télévision et au cinéma donna l’opportunité aux américains de découvrir le film l’Exorciste ou encore La Nuit des Morts Vivants qui les terrifièrent. L’augmentation drastique du nombre de tueurs en série est aussi à blâmer dans ce contexte de paranoïa grandissante. La publication de mémoires intégralement fictifs d’un supposé prêtre exorciste, ainsi que des témoignages de prétendus anciens satanistes déclarant que le monde était secrètement contrôlé par des groupes satanistes empira fortement ce sentiment. Ces prétendus anciens satanistes se sont par la suite avérés être extrêmement proches des mouvances évangélistes et fondamentalistes chrétiennes, décrédibilisant de ce fait leurs propos.


Les années 1980 continuèrent à inquiéter des millions d’américains. C’est à cette époque que les premières inquiétudes quant à la surpopulation et au climat se firent entendre, notamment via le film Soylent Green, faisant grandir un état d’anxiété constant au sein de la population. La multiplication des chaînes d’informations et les débuts d’internet furent des vecteurs des premières rumeurs sur des clowns tueur, donnant également un accès quasi constant aux faits divers aux téléspectateurs, rendant le contexte d’autant plus anxiogène.


Les médias en quête de sensationnalisme firent ainsi écho aux théories du complot des prêcheurs évangélistes clamant que des sectes satanistes contrôlaient secrètement le monde. De nombreuses autobiographies mensongères furent publiées et encensées dans les médias de personnes ayant subi des rituels satanistes dans leur enfance. La peur de groupuscules satanistes infiltrés dans tous les quartiers, proche de chez chaque téléspectateur, commença à s’implanter dans la mémoire collective. C’est ainsi qu’une panique collective s’empara de la population lorsque de nombreuses crèches et écoles maternelles furent accusées d’utiliser les enfants leur étant confiés lors de rituels satanistes. Si les rumeurs venaient de dénonciations calomnieuses d’enfants manipulés par leurs proches, elles eurent des conséquences tragiques sur les vies de plusieurs dizaines d’accusés à tort, ayant dû passer plusieurs décennies en prison à cause de ces accusations. Ces dernières n’ont pourtant pas seulement concerné des adultes, comme cela a été le cas dans la ville de West Memphis ou trois adolescents furent accusés du meurtre de trois enfants de huit ans en raison de leur style vestimentaire s’appartenant au mouvement gothique. Damien Echols, l’un des trois accusés, fut très rapidement médiatisé et acquit le soutien de nombreuses personnalités publiques telles que Bob Dylan, Patty Smith ou encore Wynona Ryder. Les accusés furent finalement libérés du couloir de la mort en 2011, après près d’une vingtaine d’années d’enfermement à tort dans une région appelée la « Ceinture Biblique », soit les états les plus conservateurs du pays.


Les trois de Memphis © West Memphis Police Department

Si ces rumeurs ont été officiellement niées par le Département de la Justice au milieu des années 1990, leur héritage n’en reste pas moins actuel. Il n’est pas rare que des rumeurs de la présence de sectes satanistes dans certaines villes n’apparaissent de manière sporadique, et ce même en Europe. Il en est de même pour l’hystérie de masse concernant les clowns tueurs, phénomène apparu dans les années 1980 aux États-Unis, y ayant connu une résurgence dans les années 2010 et s’étant installé en France en 2014. De même, les rumeurs concernant le PizzaGate, selon lesquelles une secte sataniste pédophile ayant des liens avec l’ancienne candidate à la présidence américaine Hilary Clinton, ainsi que celles entourant à tort des personnalités telles que Chrissy Teigen sont encore très actuelles.


Déguisements de clowns tueurs © D. Begley

Cette panique d’une population toute entière reste toujours mal comprise, et bon nombre de personnes restent encore persuadés de l’existence de sectes satanistes pédophiles à travers le monde. Cela démontre ainsi l’importance de scrupuleusement vérifier ses sources, ainsi que de s’intéresser aux phénomènes socio-historiques ayant précédé tout événement sortant de l’ordinaire.


Lucile