• Nox

La lycanthropie : et si des loup garous se cachaient parmi nous ?


© 2000-2017 La Gazette du Sorcier

Lycanthrope, du grec « lucos » qui signifie loup et « anthropos » qui signifie Homme, on comprend rapidement qu’il s’agit d’un « Homme-loup » à proprement parler. Ce mot puiserait ses origines dans une vielle légende traitant d’un certain Lycaon, décrit comme le souverain d’Arcadie qui aurait, d’après l’histoire, été transformé en loup par notre puissant dieu Zeus.


On observe une première apparition manuscrite du lycanthrope cinq siècles avant Jésus-Christ dans les écrits du grec Héradote qui traite du cas d’une tribu appelée les « Neuri », ses membres seraient des hommes capables de se changer en Loups Garous.


La première apparition du Loup Garou au cinéma daterait de 1956 dans le film « The Werewolf » (qui signifie Loup Garou en étant traduit en français). La machine était lancée ; le Loup Garou était désormais un mythe à part entière dans notre société moderne. S’en est suivi une cinquantaine de films et séries traitant du sujet, d’où l’engouement grandissant pour ces êtres aussi surprenants que terrifiants. Nous allons faire des heureux, mais sachez que le mythe n’est pas tant éloigné que ça de la réalité ! En effet, on observe plusieurs similitudes entre le lycanthrope d’antan et notre beau Jacob Black moderne. Nous commencerons par évoquer le lycanthrope dit « d’antan », soit le point de vue des sociétés de l’époque. Ensuite, nous avancerons dans le temps pour traiter de loup garou moderne puis, en dernier lieu, nous parleront de la lycanthropie clinique.


Nous sommes ainsi en droit de nous poser la question : les Loups Garous existent ou ont-ils existé ?


I- Le lycanthrope d'antan


A l’époque, plusieurs facteurs pouvaient transformer en lycanthrope notamment les grosses dépressions. Sans compter ceux qui croyaient dur comme fer que tout ne résultait que de la magie, nous allons nous intéresser à un point de vue en particulier : celui d’Arétée De Cappadoce. Arétée De Cappadoce était un médecin de l’antiquité originaire d’Anatolie (soit la Turquie aujourd’hui.) Dans ses écrits, Arétée parlait d’hommes qui, selon les observations, aurait la nette impression de se transformer en loup. Ils racontaient qu’ils étaient si affamés qu’ils ressentaient l’envie de se jeter sur les bergers et leurs bétails dans le seul et unique but de se délecter de leur chair. D’après les observations d’Arétée, les caractéristiques principales de ce qu’il décrivait jadis comme une « maladie », et qu’il observait sur ses patients, était leur nature noctambule, qu’ils hurlaient à la lune et qu’ils hantaient les cimetières.



Quelques années plus tard, l’église catholique entreprend des recherches sur le cas de la lycanthropie en se penchant tout particulièrement sur les écrits d’auteurs de l’antiquité. Dès lors, l’église crée un lien direct entre la lycanthropie et l’œuvre de Satan. Le mythe renaît de ses cendres, semant ainsi la terreur au sein des cités médiévales. Mais en réalité, à cette époque, seul les individus ayant la capacité de lire et d’écrire transmettent les informations. Mais qui étaient les lettrés de l’époque ? Facile : les hommes d’église. Après ça, c’est SaintAugustin qui fera mention de la Lycanthropie dans son livre, « La cité de dieu », en la qualifiant de satanique.


Nous sommes désormais à l’époque de l’inquisition. Sale époque pour les sorcières mais aussi pour nos Loups Garous légendaires. La chasse aux sorcières et aux loups était ainsi déclarée. Mais alors, comment nos barbares d’inquisiteurs faisaient-ils pour reconnaître les sorcières et les loups ? Les mots Malleus maleficarum (ou marteau des sorcières en français) entrent en scène. Ce qui est intéressant de remarquer, c’est que ce livre, à proprement parler, ne fait pas honneur à notre croyance antique, bien au contraire. Dans cet ouvrage, la lycanthropie correspondrait plus à une maladie psychique qui laisserait penser aux malades qu’ils seraient des loups alors qu’il n’en est rien. Mais comme vous le savez probablement, nos chers inquisiteurs se fichaient royalement de savoir si la cause était physique ou psychique. Pour eux, c’était dans tous les cas l’œuvre de Satan et ils réservaient aux prétendus lycanthropes le même sort qu’aux prétendues sorcières : le bûcher.


En clair, on remarque une certaine évolution des mentalités même si tout tourne toujours autour de Satan. Ce qui est intéressant de dire, et c’est d’ailleurs ce qui va nous emmener à la deuxième partie de cet article, c’est que nos opinions modernes ont été grandement influencées par nos croyances d’antan. Vous ne trouvez pas que Jacob Black à d’étranges similitudes avec lesdits lycanthropes ?


II- Le Loup Garous moderne


Alors oui, encore une fois, nos croyances et opinions concernant la lycanthropie sont beaucoup influencées par la cinématographie. Ce sont les séries comme Twilight, Teen Wolf, Harry potter, Vampire Diaries ou encore Hemlock Grove qui nous dressent le portrait de beaux jeunes loups garous sexy. Pour commencer notre analyse, revoyons les quelques caractéristiques principales du « Loup Garou moderne » :


- Certaines croyances soutiennent l’idée que naître « coiffé », avec son placenta, signifie que l’enfant né est un loup garou.

- Un loup garou se transforme automatiquement à la pleine lune.

- Concernant son apparence physique, aucun fait ne semble avoir été clairement établit. Parfois immense, parfois de taille normale. La chose qui semble faire converger toutes les versions concerne la couleur des yeux, souvent rouge ou jaune.

- Certains disent également qu’une forte pilosité pourrait être un signe de lycanthropie. Sans compter un appétit vorace.

- Ils auraient également des sens sur développés à savoir un odorat et une ouïe hors du commun.


Voici donc le portrait du Lycanthrope moderne. Si votre voisin a les yeux qui changent de couleur, et est très poilu, fuyez !



Beaucoup de doutes subsistent également concernant la manière de devenir un Loup Garou si , malheureusement, nous n’avons pas eu la chance de naître touffu et avec son placenta. Vous vous en doutez probablement mais ladite transformation est identique à celle présente dans nos films et séries préférés, à savoir être griffé ou mordu pas un Loup Garou. Original n’est-ce pas ?


La seconde manière serait d’être victime d’un sortilège de sorcière alors faites très attention à n’en vexer aucune !


Quoi qu’il en soit, toutes ces informations ne sont en aucun cas des faits établis même si beaucoup d’individus se revendiquent Loup Garou. Leur existence reste, encore aujourd’hui un véritable mystère même si, morphologiquement parlant, il est impossible qu’un corps humain se change en animal. Gardons à l’esprit que, pour beaucoup, tout cela n’est que le fruit d’une imagination débordante, mais pour certains, la lycanthropie est une maladie psychique assez contraignante. Nous arrivons ainsi à notre dernier point : La lycanthropie clinique.


III- La Lycanthropie comme maladie psychique


Contrairement à ce que l’on pourrait penser, des doutes concernant la lycanthropie ont été émis il y a bien longtemps, à savoir aux alentours du IIème siècle après Jésus Christ. Certains médecins de l’époque l’avaient d’ores et déjà classée comme une maladie clinique issue d’une forme de mélancolie. C’est un médecin arabe du nom de Avicenne au Xème siècle qui en apporteras les principales caractéristiques, soit : une forte agressivité, un noctambulisme marqué et un isolement sociale. Ces dires seront plus tard repris par divers médecins qui qualifieront donc définitivement la lycanthropie comme une mélancolie et parfois même une psychose.


Aujourd’hui, nos médecins et psychanalystes modernes ont une définition bien précise concernant cette maladie. « La lycanthropie clinique désigne une maladie mentale qui fait partie des zoopathies (maladies au cours desquelles le sujet croit être changé en animal). Elle se caractérise par l'intime conviction d'être transformé en loup. Plusieurs causes peuvent être à l'origine d'une telle croyance : des substances toxiques (hallucinogènes), l'adhésion à des mythes et légendes autour du loup (mysticisme) voire la peur des loups. La lycanthropie clinique se manifeste par un teint pâle, une sécheresse buccale et des yeux enfoncés dans les orbites. »


Aujourd’hui, la Lycanthropie est reconnue comme une maladie à part entière qui, malgré son aspect imaginaire, n’en reste pas moins dangereuse pour le malade mais aussi pour son entourage. L’on pourrait ainsi dire que, dans un sens, la lycanthropie existe et elle est très semblable à nos croyances modernes.


On se rend donc compte qu’en plus d’être réelle, la lycanthropie est aussi terrifiante que dans les contes. Si, au sujet de son existence, deux écoles s’opposent (à savoir ceux qui croient dur comme fer au mythe et les médecins qui la jugent comme une maladie), ces trois formes de lycanthropie sont en lien direct. Nos croyances sont bel et bien inspirées de celles de nos aïeux et il est fort possible que la maladie soit aussi en lien avec. La société a toujours été divisée sur le sujet et il faut être honnête, les arguments des uns et des autres sont plausibles mais encore une fois, tout dépend des croyances du lecteur. On constate aussi que d’autres maladies peuvent être reliées à l’origine du mythe du Loup Garou comme par exemple la maladie de Gunther (caractérisée par une pilosité hors du commun et un dangereuse sensibilité à la lumière) ou encore la rage (de par l’agressivité des malades.)


Ju_Lie