• Nox

La Fondation SCP, fiction ou réalité ?

Beaucoup pourraient trouver ce titre stupide. Après tout, pour ceux qui connaîtraient la Fondation SCP, il est de notoriété publique qu’elle n’existe pas, qu’il ne s’agit que d’une fiction. Puisque effectivement, s’il y a bien un site internet « d’écriture collaborative » comme le définit Wikipédia, qui porte ce nom, la société n’en reste pas moins fictive. Et pourtant, l’existence d’une telle société est-elle vraiment impossible ? Et si la Fondation SCP usait de cette apparente fiction pour agir dans l’ombre ?


Avant même de traiter de la potentielle existence de la Fondation SCP, encore faut-il que tout le monde parte sur le même pied d’égalité, et sache ce qu’est cette société. Bien que fictive, elle est désignée comme étant une « fondation secrète » d’envergure internationale, s’occupant d’entités en tout genre, de lieux particuliers, d’objets d’apparence parfois normale, ou encore de phénomènes étranges. Comme son nom l’indique, la société est là pour sécuriser, contenir, et protéger : S.C.P.



Selon le site internet qui lui est dédié, il lui revient donc d’assurer la protection des hommes face aux anomalies peuplant la Terre, en contenant ou sécurisant tout phénomène étrange, soit en l’enfermant, soit en le dissimulant ; ce en vue d’assurer un quotidien tranquille à la population, ainsi qu’une réalité dépourvue de surnaturel. Pour ce faire, l’organisation possède un personnel très important qui est divisé en plusieurs catégories, allant de la classe A à la classe D. Si la classe A est composée du personnel « jugé vital aux opérations stratégiques », les autres catégories sont inférieures, jusqu’à la classe D, qui regroupe essentiellement des condamnés pour crimes graves effectuant des taches de base pour l’organisme. Au vu de la dangerosité des actes auxquels sont soumis les classes D et de l’éternelle nécessité de renouvellement de cette classe, due à la mortalité importante en raison des risques de leur profession, la Fondation a décrété que réquisitionner des criminels était la meilleure option. En réalité, il existe une cinquième classe, la E, qui n’est que temporaire, et concerne les membres placés en quarantaine suite à une opération aux effets dangereux.


Il serait possible de parler longuement des différents types d’anomalies avec lesquels travaille la Fondation SCP, cependant, son site recense bien trop de cas différents pour en dresser une liste exhaustive. Pour les non-initiés, retenez simplement que les anomalies gérées par la société sont plus ou moins dangereuses, et sont catégorisées en trois types : « Sûr », « Euclide » et « Keter ». Si le premier ne doit pas inquiéter puisque le confinement permet une absence de danger, et ce de manière perpétuelle, la seconde classe regroupe les anomalies imprévisibles ou potentiellement à risques, sans être suffisamment graves pour entrer dans la dernière catégorie. C’est donc logiquement que la classe « Keter » désigne les menaces graves pour l’humanité, qui ne peuvent être confinées de manière satisfaisante.


Chaque anomalie, qu’elle soit un objet, un lieu, ou encore une entité, est nommée par une suite de chiffres suivant les lettres « SCP ». Ainsi, à titre d’illustration, « SCP-096 » est un humanoïde classé « Euclide », mesurant plus de deux mètres, à la masse musculaire presque inexistante, aux bras disproportionnés et à la mâchoire pouvant s’étendre jusqu’à quatre fois plus que celle d’un humain. Si l’idée d’en connaître plus quant à ces SCP vous tente, n’hésitez pas à le faire savoir en commentaire, auquel cas nous nous ferons une joie de vous les détailler dans d’autres articles.


Tout cela étant dit, la question de la réalité d’une telle organisation pourrait se poser. J’en vois déjà s’agiter, en scandant « N’importe quoi, où est-ce que tu trouverais autant d’anomalies à contenir ? ». À cela, il serait possible d’opposer le constat suivant : n’y a-t-il jamais de faits divers inexpliqués ? D’apparitions d’êtres étranges par exemple, filmés ou photographiés pour certains, pour lesquelles l’homme n’a pas d’explication rationnelle exceptée l’éternelle « la vidéo est nécessairement trafiquée ». Face à ces phénomènes surnaturels, ces êtres deviendraient des mythes, tels Bigfoot, les Wendigos ou encore la Llorona. Alors, une société semblable à la Fondation SCP ne serait-elle pas envisageable ? Un organisme qui agirait dans l’ombre, pour permettre à la population d’avoir un quotidien normal et dépourvu d’anomalies. Et quand la société ne parviendrait pas à contenir l’une d’entre elles, alors une personne ferait face à une situation qu’elle ne comprend pas de par son aspect surnaturel.


Si une telle société existait, et qu’elle avait pour but d’assurer à tous une vie sereine, auraitelle intérêt à faire parler d’elle de manière officielle ? Serait-il utile pour elle que chacun d’entre nous ait conscience qu’une telle fondation existe, et gère des choses jugées anormales, qu’elle souhaite justement nous cacher ? Il s’agit là d’une question rhétorique, puisqu’il semble évident que la réponse est négative. Ainsi, une telle société aurait tout intérêt à se cacher derrière l’idée collective que la Fondation SCP est fictive, alors qu’un organisme du même acabit pourrait en réalité bel et bien exister.


Et en soi, ce ne serait pas la première fois que l’on cacherait quelque chose à la population. Après tout, les États-Unis n’ont jamais révélé que tout le monde était surveillé, jusqu’à ce qu’Edward Snowden fasse éclater la vérité. En poussant plus loin, certains pensent que la Zone 51 regorge de phénomènes inexpliqués et d’actions douteuses auxquelles la population n’a pas accès, tels que des tests impliquant des extra-terrestres. Alors, si une partie de la population est prête à croire cela, en quoi l’existence de la Fondation SCP semble-t-elle impossible ? Si l’on admet que des extra-terrestres, dont l’existence n’a jamais officiellement été révélée, sont présents sur la Zone 51, ou du moins qu’un contact est établi, il est tout aussi probable d’envisager que d’autres phénomènes étranges doivent être pris en charge par une société telle que la Fondation SCP.


Malgré cette petite théorie, en étant sérieux quelques minutes, même si l’on aime se faire peur avec des creepypastas, on comprend que cette Fondation SCP est réellement fictive. C’est ce que démontre la possibilité de s’inscrire sur le site, afin de conter de nouvelles histoires mettant en scène des SCP existants, ou des nouveaux. Ce faisant, n’importe qui peut enrichir les cas dont la prétendue Fondation SCP s’occupe.


Ainsi, en l’état actuel des choses, il est impossible d’affirmer qu’une organisation du genre existe. Plus encore, il est indéniable que la Fondation SCP est fictive. Mais, si cet article est subitement supprimé, ou encore que je disparais sans laisser de traces… Posez-vous des questions.


Pauline