• Nox

La drogue FLAKKA

De son vrai nom « Alpha-Pvp » ou couramment appelée « drogue zombie », cette drogue originaire de Chine mais très rependue aux Etats Unis fait de multiples ravages depuis bientôt quatre ans. Depuis 2016, on ne cesse d’en parler dans les médias de façon plutôt récurrente et pour cause ! En plus d’être un véritable fléau aux États-Unis, elle semblerait depuis peu présente aussi en Europe notamment en Angleterre où les urgences ne cessent d’intervenir afin d’en sauver de pseudo victimes. D’ailleurs, son affreuse réputation viendrait en grande partie de vidéos présentes sur la toile devenues virales et montrant, d’après les titres, des personnes sous l’emprise de la drogue ayant un comportement semblable à celui d’un zombie.


Mais alors, la drogue Flakka a-t-elle vraiment le pouvoir de transformer l’humain en zombie ?



Pour commencer, sachez que la Flakka est une drogue de synthèse soit une drogue créée de manière artificielle par le biais de divers composés chimiques. De la même lignée que les sels de bain ou la meth, elle se présente la plupart du temps sous forme de cristaux parfois blancs ou rosés. De la famille des cathonones, c’est un puissant psychostimulant. Elle se consomme de façon diverse soit diluée dans une boisson, avalée, inhalée ou encore injectée , sa diffusion dans le corps est très rapide et les effets apparaissent progressivement.


Distinguons les effets somatiques des effets psychiques. Dans un premier temps, les effets somatiques les plus courants seraient une hyperthermie maligne (soit une forte augmentation de la température corporelle à hauteur de quarante-deux degrés pouvant entraîner la mort), une hypertension artérielle (entrainant des troubles du rythme cardiaque) mais aussi une accoutumance certaine et très rapide. D’après les témoignages des forces de l’ordre ayant fait face de multiples reprises à des individus sous son emprise, il semblerait que les gens sous l’emprise de la Flakka auraient une force démultipliée. Ces mêmes témoignages affirmeraient aussi qu’il serait particulièrement compliqué de maîtriser une personne sous l’emprise de la Flakka et qu’elle résisterait de façon presque surnaturelle aux coups de tasers employés à leur égard. Le pire est qu’en plus de ces effets dévastateurs, le psychisme de l’individu est lui aussi touché et les effets sont pour le moins monstrueux. A savoir une désinhibition complète durant laquelle l’individu agit de façon illogique, des bouffées délirantes, un sentiment d’invincibilité, des hallucinations visuelles mais aussi auditives, des accès de violences énormes. La Flakka rendrait, selon les dires, sociable, très enthousiaste, stimulante et même euphorisante aussi au début mais plus tard, les individus seraient victimes d’états dépressifs parfois même suicidaires. Elle provoquerait donc des comportements très dangereux et complètement dépourvus de sens.


Une question demeure en suspens.. Si les effets de cette drogue sont aussi dévastateurs, pourquoi les gens continuent à en prendre ?


Premièrement, en moyenne, il semblerait qu’elle soit consommée en priorité par les sans-abris et les étudiants. On comprend donc rapidement que c’est une question de moyens. En effet, quand on compare son prix et ses effets à celui de la cocaïne, le résultat est troublant. En plus d’être très semblable à la cocaïne, la Flakka est aussi quinze fois moins cher. Entre trois à cinq dollars le gramme contre environs quatre-vingt pour la cocaïne. Et les effets sont incomparables à ceux de la cocaïne compte tenue qu’ils seraient dix fois plus puissants.


D’ailleurs, la Flakka aurait la réputation de transformer les gens en zombie. Vous risquez d’être surpris mais en réalité, il n’en est rien. Rien ne prouve avec véracité que la Flakka serait à l’origine des comportements déviants filmés et présents en grand nombres sur la toile. Les mêmes comportements utilisés pour imager les effets de la Flakka dans la plupart des médias. En fait, il semble que ces effets de « zombification » ne correspondent qu’à des soi-disant preuves (en réalité des photos et vidéos sorties de leur contexte) et d’ouïe dires.


Avec un brin de logique et de bon sens, analysons dans un premier temps les vidéos en question. Sachez d’ores et déjà que rien ne prouve que les individus présents sur ces fameuses vidéos sont sous l’emprise de Flakka si ce n’est le titre. D’ailleurs, aucune vidéo ne sera montrée dans cet article afin de ne pas choquer. Si vous tenez absolument à voir ces vidéos, elles sont présentes en nombre sur le net.


Reprenons. Cette rumeur de « zombification » rimant ainsi avec cannibalisme est donc prétendue fausse car elle ne se base sur aucun fait avéré. Les événements racontés sont, pour la plupart, sortis de leur contexte et parfois même juste des constatations basées sur un vécu et non sur des faits scientifiques.


L’exemple illustrant le mieux nos propos est celui ayant fait l’objet de nombreux articles, à savoir l’histoire du jeune américain de dix-neuf ans nommé Austin Harrouff ayant lacéré le visage d’une de ses victimes à l’aide de ses dents tout en grognant allégrement sur les policiers venus l’arrêter. Cette histoire, datant d’octobre 2016, a fait la une des médias qui traduisaient ça comme un comportement sous l’emprise de l’affreuse Flakka. Mais une nouvelle fois, rien n’est avéré. Le shérif interrogé après l’agression disait que l’individu était « probablement » sous l’emprise d’une drogue comme la meth ou la Flakka. Aucune affirmation sur le sujet n’a été faite, si ce n’est dans les médias. D’ailleurs, après de multiples examens toxicologiques, il s’avère qu’aucune trace de ladite drogue n’a été trouvé dans le système de l’adolescent.




Pour conclure, nous nous répétons mais il est important de faire attention à ce que les médias font circuler. Malgré leur renom et leur crédibilité, il arrive que les médias fassent passer des suppositions pour des faits avérés, induisant ainsi la population en erreur. Même si les effets de la Flakka sont impressionnants et horribles, rien ne prouve avec distinction que cette drogue transforme les gens en zombies. Tout cela n’est qu’une montagne de supposition et de pseudo observations généralisant et attribuant un comportement déviant à une substance alors qu’il pourrait correspondre aux effets de centaines d’autres. Ce qui est sûr, c’est que les effets de ces drogues sont ignobles et même si la soif d’interdit pousse les individus à en prendre, une fois les effets disparus, il ne reste que des dommages neurologiques et physiques et parfois même rien, il ne reste que la mort.


Ju_Lie