• Nox

La chaise maudite

Tout commence à la fin des années 1600 quand Thomas Busby naît dans le Yorkshire du Nord, en Angleterre. A sa majorité, il décide de tenir une auberge dans la ville de Thirsk. Alcoolique et violent, il se lie d'amitié avec un de ses client, Daniel, dont il épouse très vite la fille.


Un soir, au cours d'une dispute, Busby assassine son ami et beau-père Daniel. Il dissimule le corps dans la forêt, non loin du domicile de la victime. Rapidement, le corps est découvert et les enquêteurs remontent facilement au tueur.


Devant les assises, Busby avoue son crime et est condamné à la peine de mort par pendaison. Sa dernière volonté, aller boire une bière dans son auberge, lui est accordée. Pour déguster son breuvage, il s'assoit fièrement dans son fauteuil préféré. Puis, pris d'une colère avant de partir vers la mort, il pointe la chaise du doigt en criant : « Quiconque s'assied sur cette chaise mourra d’une mort terrible et douloureuse ! ».


Dans l'auberge, depuis la pendaison de Busby, on rapporte des apparitions et des bruits étranges. De plus, personne n'ose s'asseoir dans le fameux fauteuil ayant appartenu au meurtrier de peur que la malédiction ne se réalise.


C'est à partir des années 1900, qu'une dizaine de morts est rapportée. Les faits ne sont pas vraiment prouvés, puisque aucun document ne les confirme. C'est pourtant ce qui est raconté par les locaux. En 1894, un ramoneur qui est venu passer du bon temps avec ses amis dans la taverne s'assoit dans la chaise. Il ne croit pas aux histoires de fantômes. Il sera retrouvé le lendemain pendu à un portail, non loin du lieu où a été pendu Busby. En 1967, deux pilotes de la Royal Air Force décèdent d'un accident de voiture après avoir testé le siège maudit. En 1970, un homme s'assoit dans le siège et meurt d'une crise cardiaque la nuit suivante. C'est en 1971 qu'il y a eut le plus de victimes. Un couvreur, une femme de ménage, des cyclistes et un auto-stoppeur meurent dans des circonstances étranges après s'être assis dans la chaise.


Pour éviter d'autres tragédies, le propriétaire de l'auberge décide de confier la chaise au musée local en 1978. Craignant d'autres victimes, celui qui possède la chaise fait promettre au musée de ne laisser personne s'asseoir dedans. Très vite, la chaise est accrochée hors d'accès, en hauteur. La chaise se trouve toujours dans le musée de Thirsk.


Cependant, une question se pose. Pourquoi la chaise maudite ne fait parler d'elle qu'à partir de la fin des années 1800 alors que Thomas Busby est mort au tout début des années 1700 ? Si cette chaise est maudite, la garder est étrange et la brûler aurait été judicieux pour éviter tout malheur. Le musée qui possède la chaise communique beaucoup sur cette histoire et attire de nombreux curieux et fans de paranormal du monde entier. Certes, le musée est gratuit, mais la ville tout entière tourne autour de cette légende. Le pub de Busby existe toujours et une fausse potence a été installée pour faire croire à ceux qui veulent bien l'entendre que cette corde que l'ont voit à réellement pendu le terrible assassin. Les touristes, se restaurent, visitent et dorment sur place. Ce qui rapporte un très bon chiffre d'affaire à la ville.


En 2014, des journalistes japonais menant l'enquête sur la véracité de l'histoire ont proposé au musée une grosse somme d'argent contre l'autorisation de s'asseoir dans la chaise. Le musée à refusé malgré l'insistance des enquêteurs pour les protéger et pour tenir la promesse de ne jamais laisser quelqu'un s'asseoir dans cette chaise. Les plus sceptiques diront que c'est pour ne pas découvrir la vérité, la fausse histoire qui se cache derrière cet attrape-touristes.


Le mythe local de la chaise maudite de Thomas Busby attire, chaque année, de nombreux visiteurs dans la ville de Thirsk. Malgré des faits historiques avérés (pendaison de Busby, l'auberge qui est réelle,...), le fauteuil n'a commencé à faire parler que tardivement. Alors, peut-on conclure à un attrape touristes bien ficelé ?


Lotte