• Nox

La banshee femme de l'autre monde et messagère de la mort

Véritable légende écossaise et irlandaise (du folklore celtique en général), la banshee est une créature qui intrigue et effraie. Malgré l'idée que nous nous en faisons généralement, aucun consensus n'est établi concernant son apparence ni même son origine. A priori, la légende gaélique aurait amorcé le mythe en parlant d'une « femme en pleurs annonçant que quelqu'un d'important va mourir ». De plus, dans les îles britanniques, certains seraient persuadés qu'elle ferait partie du peuple de la forêt et des fées. Néanmoins, deux choses semblent être factuelles et établies : la banshee et une femme et elle est connue grâce à son légendaire « hurlement ». Aujourd'hui, nous feront une description de la banshee, en passant de son apparence à sa fonction pour mieux comprendre cette légende mystérieuse et parfois même poétique.


Crédit illustration ©jud.inspiration

Mais alors, une banshee est-elle foncièrement malveillante ? Où peut bien se cacher la poésie dans cette légende ?

Avant tout, il est important de préciser que, selon la région, la banshee porte différents noms comme par exemple « Bean sì » en irlandais (ce qui se traduit par « femme de l'autre monde ») et « Bean shith » en écossais (soit « femme du tertre »). Même si le nom de la créature diverge selon l'endroit, sa fonction demeure la même : son cri serait annonciateur de mort. Mais avant de comprendre son histoire, intéressons-nous aux multiples descriptions physiques dont elle fait l'objet.

Encore une fois, les dires sont assez opposés. Elle ressemble selon certains récits à une vieille femme très maigre et décoiffée, parfois il s'agit d'une belle jeune femme en larmes et d'autres fois encore d'une simple apparition fantomatique. En Écosse, elle est vêtue d'un linceul aux couleurs des futurs défunts et, a contrario, en Irlande elle porte une robe grise, parfois verte, avec un châle foncé. Dans d'autres régions, notamment en France, son linceul est blanc parfois transparent. Il existe même des endroits où elle pourrait prendre l'apparence d'un lièvre ou d'un corbeau.

Intéressons nous désormais à l'unique consensus existant la concernant : son cri. En anglais, ce cri est généralement appelé « keening » et en gaélique « caoinne » ce qui signifie « cri ». C'est un cri décrit comme strident, qui « percerait l'âme des vivants » et qu'il serait impossible d'ignorer. Le hurlement le plus triste et le plus effrayant jamais entendu, et pour cause : il annonce la mort d'un proche de ceux qui l'entendent. À l'époque, la banshee prévenait les foyers de la mort de leur proche qui, le plus souvent, périssait sur le champ de bataille pendant la guerre. Fait également notable ; contrairement à aujourd’hui, la banshee n'était pas un « mauvais présage » bien au contraire. Les familles se plaisaient à croire qu'en plus d'alerter de la mort de leur proche, elle veillait sur son âme et l'accompagnait pendant son passage vers l'autre monde. D'où l'image poétique abordée précédemment. Aussi, et c'est d'ailleurs toujours d'actualité, la banshee serait attachée à une famille en particulier et n'en changerait jamais. Nous comprenons ainsi qu'il en existe plusieurs, toutes rattachées à une famille.

Avec le temps, le « don » de la banshee aurait évolué car elle pourrait, comme nos croyances modernes le suggèrent, prédire à l'avance la mort de quelqu’un ou même une future épidémie. De plus, et si la catastrophe à venir est importante et susceptible de mettre en péril la vie d'un grand nombre d'individus, elles viendraient à plusieurs pour joindre leurs cris.

En France, la banshee est plus communément appelée « Dame blanche » et même si, selon les légendes, leurs fonctions convergent, il faut bien différencier les deux mythes. Selon certaines croyances, et il semble qu'elles soient plutôt nombreuses, la Dame Blanche apparaîtrait au bord de la route pour prévenir les passagers d'une voiture d'un accident à venir et, en ce sens, serait donc un mauvais présage. Mais attention à ne pas confondre et/ou mélanger les mythes car malgré leurs ressemblances, les deux légendes sont différentes. D'autant plus que la Dame Blanche est un esprit dit « malveillant » et pouvant potentiellement provoquer la mort. Notre banshee légendaire ne provoque jamais la mort, elle n'est que sa messagère. Certains courants de pensée affirment que la légende de la Dame Blanche n'est qu'une dérivée de celle de la banshee. C'est une hypothèse comme une autre et chacun est libre de penser ce qu'il veut. Néanmoins, les histoires n'en demeurent pas moins, à notre sens, différentes de par bien des aspects.

Le mythe de la banshee est donc raconté de différentes façons selon le lieu dans lequel on vit. Parfois effrayante, magnifique ou simplement fantomatique, les récits sont très divergents la concernant. Ce n'est pas une créature dangereuse et, même si le fait d’en voir ou d'en entendre une peut être effrayant, elle ne fait que prévenir d'un décès. L'aspect poétique décrit précédemment fait référence aux dires qui signifient qu'en plus de prévenir de la mort de quelqu'un, elle veillerait sur lui pendant son voyage jusqu'à l’au-delà. En ce sens la banshee est une créature fascinante. Aussi, il existe bien d'autres créatures en lien avec la mort notamment la faucheuse ou les nécromanciens.


Ju_Lie