• Nox

L’histoire de l'Abbaye de Mortemer

Comme dans beaucoup d'histoires paranormales, tout part d'un lieu ancien et plutôt terrifiant, qui renferme de sombres secrets. Des portes qui s’ouvrent toutes seules, des bruits de pas, un sentiment de présence qui nous suit. L'histoire de cette abbaye et les nombreuses légendes qui l'habitent sont aussi étonnantes qu'effrayantes. Découvrez l'histoire de Mortemer.


L'histoire de ce lieu débute en 1134, lorsque le roi Henri Iᵉʳ fait construire une abbaye cistercienne dans la petite ville de Lisors en Normandie. Selon Wikipédia : « L'ordre cistercien est un ordre monastique de droit pontifical. C'est une branche réformée des bénédictins dont l'origine remonte à la fondation de l'abbaye de Cîteaux par Robert de Molesme en 1098. L'ordre cistercien joue un rôle de premier plan dans l'histoire religieuse du XIIᵉ siècle. » Elle se situe à plus ou moins cent kilomètres de Paris, et est appelée : l'Abbaye de Mortemer.


La dame blanche de Mortemer :

Mathilde dite « l'Emperesse » est née en février 1102 en Angleterre. Fille de Henri Iᵉʳ et petite fille de Guillaume le Conquérant, elle grandit au sein de la royauté aux côtés de sa mère dans l'Oxfordshire, apprenant la lecture et la morale chrétienne. En raison de son comportement arrogant et peu catholique, son père l'enferma dans l'abbaye pendant cinq années. À sa sortie, elle rencontre Geoffroy V d'Anjou, vivant entre l'Angleterre et la Normandie, et donne naissance à deux garçons : Henri et Geoffroy. L'Emperesse décède finalement le 10 septembre 1167 à Rouen à l'âge de soixante-cinq ans.


Depuis sa mort, on raconte que le spectre de Mathilde règne dans la bâtisse de l'abbaye sous la forme d'une « dame blanche ». Elle est aperçue notamment auprès des étangs ainsi que dans les ruines de l'abbaye. Son apparition serait annonciatrice de bonne nouvelle lorsqu'elle porte des gants blancs (naissance) ou de mauvais présage lorsqu'elle porte des gants noirs (décès).


Jacqueline Charpentier, la propriétaire de l'abbaye raconte : « Mathilde avait tellement mauvais souvenir de cette abbaye isolée, où elle a été cloîtrée pendant cinq ans, qu'elle réapparaîtrait les nuits de pleine lune au bord des étangs. Mais elle n'est pas méchante, c'est une apparition qui n'est pas maléfique... »


En 1994, une journaliste du nom de Muriel Motte se rend à l'abbaye pour y faire une visite. Elle prend de nombreuses photos de l’édifice pour ses archives personnelles. Lors du développement des photos, l'une d'elles attire son attention. On y voit une forme humanoïde, se tenant debout avec quelque chose sur l'épaule. Muriel Motte fait rapidement le rapprochement avec la silhouette de Mathilde et de sa chouette.


La photo a été analysée de nombreuses fois, les experts expliquent que le flash ne s'est pas déclenché, et que donc, la cellule de l'argentique a défini l'image comme étant assez éclairée pour être capturée en l'état.


C'est alors qu'en octobre 2011, lors d'une exploration dans l'Abbaye de Mortemer, l'équipe de chasseurs de fantômes R.I.P trouve une explication rationnelle. La forme est simplement l'éclairage d'un projecteur sur l'église de l'abbaye. La photo étant très sombre, le cadre autour de ladite silhouette n'était pas possible à identifier sans se rendre sur les lieux.


Les quatre moines :

Une abbaye est un monastère dirigé par un abbé ou une abbesse et qui est habitée par des moines. On sait donc, qu'à une certaine époque (probablement avant la guerre) l'Abbaye de Mortemer était habitée par de nombreux moines. La légende raconte, que lors de la Révolution, il ne restait que quatre moines dans l’édifice, et qu'ils auraient été sauvagement assassinés dans le cellier.


Pendant la Première Guerre Mondiale, on raconte que des soldats britanniques auraient aperçu quatre moines sortir du cellier, traverser la cour, et se rendre jusque dans le pigeonnier. Selon la légende, l'abbé aurait demandé aux soldats de décrire leurs tenues, et leurs témoignages concordaient avec l'accoutrement des moines de l'époque.


La propriétaire, Jacqueline Carpentier, raconte que très souvent, les visiteurs se sentent mal à l'aise dans le cellier et demandent à en sortir.


La fontaine des célibataires :

Avant chaque repas, les moines devaient se laver les mains, les pieds et le visage. Dans l'Abbaye de Mortemer, se trouve un lavabo, maintenant transformé en fontaine, dans lequel les moines se nettoyaient. Depuis, les femmes célibataires s'y rendent pour y jeter une pince à cheveux et rencontreraient le prince charmant dans les jours/mois à venir. L'eau aurait pour bienfaits d'apporter chance et prospérité.


La chambre rose :

L'une des pièces de l'abbaye est considérée comme étant le « noyau » où il se passe le plus de phénomènes, c'est la chambre rose. Dans celle-ci, de nombreux témoignages rapportent une présence pesante, des poignées qui s'abaissent, des objets qui tombent sur le sol ainsi que des bruits de pas. Les différents propriétaires en ont conclu qu'elle aurait été la chambre de Mathilde.


L'ancien propriétaire qui était Parisien, raconte que lors du séjour de la fiancée de son fils, la jeune femme aurait dormi dans cette fameuse chambre. Elle aurait entendu des bruits, vu des poignées de porte se tourner, ainsi que des objets tomber. Le lendemain elle refusa d'épouser l'homme qu'elle aimait et s'en alla de la propriété.


Madame Jacqueline Carpentier, à ce jour, occupe trois pièces de l'abbaye. Elle explique que si elle entend du bruit dans une autre pièce, elle n'ira pas voir ce qu’il se passe. Non par peur de se confronter à des choses que l'on n'explique pas, mais parce qu'elle souhaite que chacun ait son espace. Elle respecte l'histoire de l'abbaye et ne veut en quelque sorte pas déranger les autres « occupants ».


Un jour lorsqu'elle dormait dans cette fameuse chambre rose, elle aurait vu la poignée de la porte se tourner. Elle aurait alors dit « Ça suffit Mathilde ! », et la poignée aurait cessé de bouger.


Malgré les nombreux exorcismes pratiqués dans l'abbaye, celle-ci serait à ce jour, toujours habitée par certaines entités. Étant très ancienne, les murs et plafonds de l'abbaye craquent, il est donc difficile de vérifier certains bruits. Par contre, la propriétaire affirme bien qu'elle a toujours l'impression d'être en présence de quelqu’un avec elle.


L'abbaye fait maintenant office de musée et propose notamment des visites guidées, des animations ainsi que des « Nuits des fantômes ». Nous ne saurons probablement jamais l'origine de tous les événements qui se passe à Mortemer, mais ce qui est sûr, c'est que Mathilde ne compte pas s'en aller de sitôt.


Julie