• Nox

Témoignage : l'esprit qui veille sur moi depuis ce soir là.

Mis à jour : 20 nov. 2019


Il faut savoir que dans cette histoire, les prénoms ont volontairement été changés à titre anonyme. La personne qui nous a fait part de son témoignage, a été victime de nombreux phénomènes que l'on pourrait qualifier comme « paranormaux » dans sa vie.


J'ai dix-sept ans et l'an dernier pour l'anniversaire d'une amie, on est allé dans la maison secondaire de ses parents. Quand nous sommes arrivés la maison se trouvait dans une sorte de « trou », entourée de maisons plus hautes. Il était prévu que nous y passions la nuit et l'une de mes amies, que l'on appellera Carole, a proposé de faire une séance de ouija. N'ayant jamais joué à ce « jeu » qui a pour but d'invoquer et de communiquer avec des esprits, j'étais curieuse de voir ce qu'il pouvait se passer. Je n’étais pas très croyante, je disais à tout le monde que rien de tout cela ne pouvait être réel.


On a commencé la séance avec la phrase « Y a-t-il un esprit dans la salle qui souhaite communiquer avec nous ? » et nous avons attendu quelques secondes. Une de mes amies, Laura, qui faisait la meneuse, a répété sa demande. Elle n'avait pas fini sa phrase que le verre a bougé d'un seul coup vers le « Oui ». On a alors commencé à lui parler, je ne sais pas vraiment pendant combien de temps, mais je me souviens qu'à un moment donné, le verre a commencé à faire des allers et retours entre la lettre « Z » et « A ». Nous avons ensuite remercié l'entité qui était avec nous et avons dit au revoir dans les règles de l'art.


Soudain, Carole s'est mise à hurler, avec une voix différente de la sienne, sur l'une de nos amies appelée Manon, qui est évidemment partie en courant : « Je vais te tuer sale pute tu ne mérites pas de vivre ! Manon sors de ta cachette ! ». Mes amies m'ont raconté que je n'étais pas non plus dans mon état normal, et que pendant cette altercation j'étais recroquevillée sur moi-même et ne bougeais pas. Je me souviens simplement m'être posé une question en boucle dans ma tête : « Qui est Victor ? ». Après avoir hurlé à la mort, Carole s'est mise à vomir et s'est effondrée au sol à bout de souffle. Quelques minutes plus tard, elle a repris ses esprits et nous a demandé ce qu'il s'était passé. La soirée s'est ensuite finie normalement.


L'histoire se poursuit quatre ou cinq mois après cette soirée, j'étais seule chez moi et mes parents étaient sortis au restaurant. Il faisait nuit et étant assez effrayée à l'idée de me retrouver seule dans une maison la nuit, j’ai pris ma chienne avec moi et l’on s'est endormies toutes les deux. À un moment je me suis réveillée (à peine une heure après), mes parents n'étaient pas rentrés. J’ai entendu des pas dans le couloir et Mali, ma chienne, s'est rapprochée de moi la queue entre les jambes comme si quelque chose derrière la porte lui faisait peur. C’est alors que j'ai entendu chanter. Encore aujourd'hui, je pourrais chantonner cet air.


Quelque temps après, pendant que j'étais en camp pour jeunes catholiques, un ami et moi nous sommes approchés d’une ancienne écurie abandonnée, remplie de bric-à-brac. Au fur et à mesure que l'on s'approchait, j'entendais cette même mélodie que j'avais entendue dans le couloir devant ma chambre. J'ai donc essayé de regarder dans un des boxes de l'écurie et c’est là que j'ai distingué une silhouette de petite fille qui me regardait. Elle avait des yeux verts, brillants, et m’a dit : « allez-vous-en et ne revenez jamais ». Elle a répété cette phrase une seconde fois, et ensuite c'est le trou noir. En me réveillant, mon ami était en train de m'emmener loin des écuries et m'a expliqué que je m'étais soudainement effondrée (sûrement un malaise).


Au mois de février 2019, je me suis retrouvée seule à la maison avant notre déménagement. Il y avait pas mal de vide dans la maison et pourtant j'avais l'impression que quelque chose était là. Un jour, lorsque nous avons déménagé, je jouais de la guitare dans ma chambre, au milieu de la chanson j'ai entendu un « chut » très distinct derrière moi. Je précise que j'étais seule, que mes parents n'étaient pas là et que quand je me suis retournée je n'ai trouvé personne, ni dans ma chambre, ni dans ma maison. J'ai ensuite fermé toutes les portes à clé étant un peu effrayé et je suis vite monté dans ma chambre.


Quelques mois plus tard, j'ai eu l’occasion de parler avec une amie de mon lycée qui m'a confiée avoir été victime de phénomènes paranormaux elle aussi. Je lui ai raconté que j’ai le sentiment que « Victor » m’est apparu après la fameuse soirée de la séance de ouija et qu’il tente parfois de communiquer. Je sais qu'il a perdu quelqu'un très proche dans sa famille, et qu'il veille sur moi car je lui ressemble.


On en arrive au mois d'avril/mai, moment où j’ai une discussion très intéressante avec mon amie au lycée. On parle un peu de temps en temps des événements paranormaux se déroulant chez nous, mais ce jour-là on a parlé du fameux Victor. Il s'avère que j’ai appris précédemment qu’il a toujours été près de moi, depuis que je suis petite jusqu’à aujourd’hui, car selon les dires de Victor, je ressemble à une personne qu'il aime mais qu'il a perdue. C’est pourquoi il veille sur moi.