• Nox

L’affaire Roswell, un secret bien gardé

L’humanité se demande depuis plusieurs décennies si nous sommes les seuls “êtres vivants” de la galaxie. Et si d’autres formes de vie nous avaient déjà contacté et que nous ne le savions pas ? L’affaire Roswell en est le parfait exemple.


Objet Volant Non Identifié

En plein milieu des plaines désertiques de New Mexico, au Sud des États-Unis non loin de la frontière avec le Mexique, une tempête éclate dans la nuit. En ce début de juillet 1947, un bruit sourd se fait entendre près du ranch d’un dénommé William Mac Brazel. Le lendemain, le fermier découvre alors des débris éparpillés sur son domaine. Ceux-ci s’étalent sur quatre-vingt mètres de large et un kilomètre de long. Brazel et son fils, habitués aux crashs de ballons météo, ne reconnaissent pas les matériaux qui sont plutôt : “brillants, avec des bandes de caoutchouc, des feuilles d’étain et un papier étrangement résistant”. Perplexe, William Mac Brazel décide de montrer cette affaire aux voisins, et finira même par appeler le shérif. Personne ne put donner d’explication. Le père et son fils décidèrent ainsi d’en informer la base militaire la plus proche, le RAAF soit le “Roswell Army Air Field”.


Serait-ce un vaisseau extraterrestre ?

Alors que la ville de Roswell s’interroge sur l’origine de cet accident, le propriétaire du ranch en est persuadé : il a découvert une soucoupe volante (terme inventé lors de cet incident par l’armée). Le matin du 7 juillet, le lieutenant-colonel de la base militaire de la ville, Jesse Marcel, vient sur les lieux et découvre alors que ces matériaux sont pour le moins étonnants. Ils essayent tant bien que mal de rassembler les éléments afin de constituer à nouveau le ballon sonde, mais rien à faire, ce n’est pas un mécanisme connu. Les débris sont donc envoyés à la base pour analyse et le Roswell Daily Record écrira quelques jours plus tard dans son journal qu’aucun moteur ou propulseur n’a été trouvé sur les lieux du crash ce qui soulève beaucoup de questions chez les habitants.


Un communiqué de presse de l’Armée de l’air de la ville, le 8 juillet, explique que les rumeurs sont bien vraies et qu’ils ont bien découvert une soucoupe et que le disque en question est dorénavant en possession du cinq cent neuvième escadron de l’air force. Deux jours plus tard, des journalistes pourront prendre des photos prouvant que les débris trouvés sont en fait bien ceux d’un ballon météo et qu’il ne faut absolument pas céder à la panique, d’après le général Ramey. Les journalistes pourront finalement prendre en photo ces résidus, preuves de son annonce. Problème : Brazel affirme que ce n’est pas du tout ce qu’il a confié au lieutenant quelques jours plus tôt, ce que Marcel confirmera bien des années plus tard. D’après eux, la base militaire tient à cacher la découverte d’un vaisseau spatial afin de mener des études en toute discrétion. La thèse des militaires permet finalement à l’affaire de tomber dans l’oubli.


Berceau de l’Ufologie

Cette discipline consiste à recueillir, analyser et interpréter les phénomènes autour des objets volants non identifiés (ovnis en français) comme les photographies de points lumineux dans le ciel, des vidéos de phénomènes inexpliqués dans le ciel, des témoignages ou des traces suspectes sur terre. Le terme UFO, pour “Unidentified Flying Object” en anglais, apparaît dans certains documents de l’Armée de l’air américaine lors de l’année de l’accident à Roswell. Celui-ci aurait permis au phénomène de se démocratiser et aurait poussé l’US Air Force à mener des enquêtes sur le sujet, notamment en créant le projet “Blue Book”, renommé “Projet Grudge”, afin d'étudier et d'enquêter sur la potentielle existence d’ovnis. Cette commission fut créée en 1952 et cessera son activité en 1970 pour faute de preuves concrètes. Une série parlant de cette organisation a été lancée en 2019 mais s’est brutalement arrêtée en 2020 pour des raisons que nous pouvons deviner. Dans les faits, cette discipline reste une pratique amateure et il n’existe aucun professionnel dans le domaine (les scientifiques qui étudient les étranges phénomènes sont ufologues à titre privé, il n’existe rien de reconnu à ce jour). Pour les importantes associations d’ufologues, l’événement “Roswell” a été l’élément clef prouvant l'existence de civilisations extraterrestres avancées et de leur visite sur la Terre.


Espionnage et secret d’Etat

La raison pour laquelle les autorités américaines semblent cacher un terrible secret est parce qu’en réalité l’engin trouvé dans ce désert serait un AVNI (arme volante non identifiée). Les Etats-Unis, grands gagnants de la Seconde Guerre mondiale, restent tout de même prudents et tentent discrètement d’espionner leur ennemi la Russie. L’objet qui s’est écrasé en juillet 1947 serait en réalité un ballon-sonde ultra secret destiné à espionner les hypothétiques expériences nucléaires militaires soviétiques. Appelé “Projet MOGUL”, ce programme confidentiel consistait durant la guerre froide à envoyer une nacelle hexagonale suspendue à un ballon capable de capter les ondes sonores induites par les essais de l’URSS (ceux-ci ayant effectivement réalisé des essais nucléaires en août 1949). Les soldats de Roswell, n’étant apparemment pas au courant de ce projet, ont donc parlé de “soucoupe volante” et ont dû revenir sur leurs propos sachant que l’engin en question faisait partie d’un plan gouvernemental, révèle une commission d’enquête sénatoriale américaine. Dans le monde entier, dans les années 50, des témoignages feront état d’objets volants inconnus et il est aujourd’hui reconnu qu’il y a une corrélation entre la chasse à l’armement lors de la guerre froide et l’apparition d’objets volants inconnus.


Démêler le vrai du faux

La population mondiale tente de revenir à une vie normale après les horreurs survenues en Europe, et les temps sont propices aux hallucinations ou aux croyances farfelues. C’est en tout cas ce que bon nombre d’auteurs affirment environs vingt-cinq ans après les faits. En 1977, un courant sceptique appelé “Committee for Skeptical Inquiry” apparaît et explique que les ovnis ne sont qu’une méprise. En France, c’est Michel Monnerie, la même année, qui publiera son fameux ouvrage Et si les ovnis n’existaient pas ? qui sera popularisé en Grande-Bretagne. On parle du modèle sociopsychologique du phénomène ovni et ainsi naît une explication parapsychologique. Cette thèse explique qu’il s’agit d’un phénomène qui tend à influencer mutuellement un milieu social par bouche à oreille ou par amplification médiatique directe. Elle se base sur la théorie du “rasoir d’Ockham” qui est un principe de raisonnement philosophique rationaliste (“pourquoi faire compliqué lorsqu’on peut faire simple”) selon lequel l’explication la plus simple à un événement inexplicable est plus facilement privilégiée au détriment de thèses plus complexes mais plus réalistes. Cette hypothèse est largement soutenue par les scientifiques. Toutefois, si aujourd’hui cela semble évident, les films et séries de science-fiction de l’époque favorisaient ces croyances extraterrestres dans les ménages.


Le regain d’intérêt pour l’affaire du Nouveau-Mexique dans les années 1980-1990 fera apparaître bon nombre de livres ramenant cette idée de complot national. Des rumeurs parlent de passagers retrouvés sur les lieux, certains même en vie et victimes d’analyses en laboratoire. Une série incontournable dans les années 2000 alimente les fantaisies sur l’affaire donnant un visage aux supposés extraterrestres et faisant connaître la célèbre Katherine Heigl (Grey’s Anatomy). La série d’angoisse X-Files a également consacré l’un de ses épisodes à ce cas. Aujourd’hui, Roswell est la capitale mondiale des ovnis et accueille chaque année des milliers de fans à son festival.


Une ultime preuve…

Rien n’est resté sur le lieu de l’accident et pourtant, à proximité du site, il y a quelques années, une pierre mystérieuse a été trouvée en septembre 2004. Une pierre de cinq centimètres de large a été découverte par un chasseur, Robert Ridge, entre Corona et Roswell. Il la gardera trois ans sans en parler à personne et se décidera enfin à la montrer à deux ufologues ainsi qu’à des anthropologues (spécialistes qui étudient l'être humain). Ils affirment que les outils utilisés sont sophistiqués pour une telle pièce (des copies ont été réalisées depuis) mais cette révélation coïncide étrangement avec une promesse de récompense pour des preuves du crash. Toutefois, sa réalisation détient plusieurs particularités plutôt étranges. Ce caillou serait magnétique mais uniquement là où se trouve le dessin, et après des examens aux rayons-X, il ne contient aucun aimant à l’intérieur. Ensuite, le dessin serait en relief, ce qui signifie que la pierre entière est travaillée, et même avec des outils “modernes”, ce n’était pas si facile d’avoir un tel résultat. Pour finir, les traits correspondent parfaitement à un crop circle découvert en 1996 en Angleterre. Encore une fois, le mystère reste entier. Le fameux Giorgio A. Tsoukalos, du même “Aliens”, a réalisé un documentaire sur ce mystère si vous souhaitez le voir à l’œuvre !


La question sur la possibilité d’une vie ailleurs reste encore et toujours sans réponse. Entre les explications logiques mais secrètes et les suppositions plausibles, la vérité a du mal à trouver sa place. Gardons à l’esprit que les affirmations des médias ou même du gouvernement peuvent parfois ne pas être totalement vraies. Restez attentifs si vous entendez un grondement sourd près de chez vous...


Patricia