• Nox

L’affaire Roch Thiérault : quand un groupe de conférence devient une secte

« J’ai vécu dans un camp de concentration pendant treize ans », c’est ce qu’affirme Gabrielle Lavallée lorsqu’elle réussit enfin à s’enfuir définitivement de la secte des Adventistes du septième jour, menée par Roch Thériault, aussi appelé Moïse. Entre amputation et opération à froid, retour sur l’une des sectes les plus effrayantes du Canada.


Canada, 1947, Roch Thériault naît d’un rapport incestueux entre son grand-père et sa mère. Malgré cette entrée difficile dans la vie, c’est un élève brillant à l’école, bien qu’à l’âge de treize ans il abandonne cette institution pour s’intéresser à la religion. Le jeune homme se met à lire de nombreux textes religieux, dont la Bible et le Nouveau Testament. À vingt ans, il se joint aux Adventistes du septième jour, une branche du christianisme comptant près de vingt millions de membres dans le monde. C’est une religion très stricte qui interdit l’alcool, la cigarette, la drogue et même le café, le but étant de garder un corps sain. En grandissant, Roch Thériault adopte un physique très charismatique : il est très grand, porte une longue barbe et de grands sourcils cachant de beaux yeux bleus. Il possède également une grande prestance spirituelle, affirmant qu’il peut soigner les gens grâce à des pouvoirs surnaturels.



En 1977, entouré de quelques amis, Roch Thériault se balade dans le Québec pour rendre le monde meilleur autour de lui. Il veut profiter de son pouvoir de dissuasion au sein de conférences pour convaincre les gens d’arrêter de fumer. Il rassemble une petite communauté autour de lui et part faire le tour du Québec pour répandre ses idées. De plus en plus de gens se joignent à lui, dont des couples, des familles et une femme du nom de Gabrielle Lavallée, ancienne infirmière qui a fait le tour du monde avant de croiser la route de Roch Thériault et de se laisser séduire par cet homme charismatique : « J’ai trouvé qu’il dégageait beaucoup de magnétisme », dit-elle.


Dans chaque ville où ce dernier donne des conférences, le groupe loue des appartements ou des maisons, en veillant à séparer les hommes des femmes pour ne pas attirer l’attention sur lui. Malgré une bonne entente entre les membres, la communauté vit difficilement et très pauvrement, l’ensemble de l’argent récolté servant à organiser les conférences. Avec l’arrivée de l’automne, les habitations ne sont pas chauffées, on ne mange pas à sa faim et on n’achète pas de vêtements. En lien avec l’idéologie du groupe, il est interdit de boire ou de fumer. On prône la religion, on consacre donc beaucoup plus de temps à la prière.


Alors que le groupe fait du porte à porte pour atteindre le plus de personnes possibles, les journaux parlent de la communauté de Roch Thiérault, qui gagne en notoriété. Ce groupe est alors très bien réputé, car des anciens fumeurs témoignent et font des dons pour les remercier. On organise des banquets pour les gens infirmes, on crée une épicerie végétarienne où les gens prennent des aliments tout en payant le prix qu’ils souhaitent. Une femme confie même sa fille malade, proche de la mort, à la communauté. Celle-ci, grâce à de nombreux lavements et herbes médicinales, voit sa vie se prolonger de quelques années. Un couple et ses enfants rejoignent également le groupe, en vendant tous ses biens pour donner l’argent à Roch.


Pendant que la communauté semble atteindre de plus en plus de monde, un grand rapport de force se crée entre Roch et ses disciples. En effet, tout le monde l’écoute et c’est lui qui dicte les règles au sein du groupe. Ainsi, il demande aux membres de couper les ponts avec leur famille et leurs amis en citant la Bible « Garde le méchant loin de toi », ce que les personnes exécuteront immédiatement. Rapidement, Roch Thiérault ne veut plus dépendre du gouvernement et décide de vivre en marge de la société : il s’éloigne en Gaspésie, campagne du Québec, où il souhaite vivre en harmonie avec la nature. Installées à l’écart de la société, dans un camping isolé, les femmes de la communauté sont contraintes d’arrêter de porter des sous-vêtements. On se baigne dans la rivière pour se laver, sans utiliser de savon pour ne pas polluer. Malheureusement, les membres deviennent de plus en plus sales et plus personne ne veut assister à leurs conférences par manque de confiance.


Alors que les personnes extérieures n’accordent plus d’intérêt au groupe, les membres restent très proches et très attachés à Roch Thériault. En effet, celui-ci leur annonce la venue de la fin du monde, qu’il prédit pour le 19 février 1979. Il promet à ses disciples qu’ils seront épargnés en restant avec lui, car vivant en marge de la société, ils ne pourront être atteints. C’est alors que chaque membre doit porter serment d’être toujours fidèle et obéissant envers les règles de Roch. Chaque personne doit également renoncer à son statut dans la société pour montrer son attachement à la communauté.


En 1978, en se promenant aux alentours du camping où vit le groupe, Roch Thiérault découvre une montagne en face du Lac Sec, situé en Gaspésie. Cette montagne appelée la Montagne Éternelle, lui plaît grandement. Ainsi, il décide d’y construire la nouvelle maison pour abriter la communauté. Cela nécessite énormément de travail, et fatigue les membres, d’autant qu’ils ne mangent pas à leur faim et ne dorment pas suffisamment. C’est d’ailleurs à ce moment que le groupe passe de vingt-sept membres à seize, beaucoup décidant de partir, trouvant que leurs conditions de vie se dégradent. Au sein de cette nouvelle maison, Roch Thiérault, qui se considère comme un prophète, se renomme Moïse et donne à ses disciples des noms religieux tels que Eve, Adam ou Judas. En plus de ce nouveau statut au sein de la secte, le comportement du gourou change considérablement. Il devient de plus en plus agressif avec les membres du groupe : il insulte Gabrielle Lavallée de truie lorsqu’elle se nourrit durant le jour de sabbat, seul jour où les membres sont autorisés à manger à leur faim. Moïse instaure de nouvelles règles : se prononçant comme le maître de la communauté, il estime qu’il peut avoir plusieurs femmes et couche chaque soir avec une femme différente. Ses disciples doivent lui demander la permission d’aller aux toilettes et doivent s’essuyer avec du papier journal pendant que celui-ci utilise du papier toilette.


Afin d’asseoir son autorité une fois de plus, Moïse organise des fêtes au sein de la secte où il est traité comme un roi : pendant qu’il est allongé dans une grande bassine d’eau, de nombreuses femmes s’occupent de lui tandis que des hommes, assis autour, jouent de la guitare. C’est à ce moment que la secte se pervertit, mais les membres restent attachés à Moïse, car ils sont toujours autant impressionnés par ses pouvoirs de guérisseurs qu’il leur démontre très souvent.



La police commence peu à peu à s’inquiéter de ce qu’il se passe au cœur de la Montagne Éternelle. Elle rend donc visite à la secte en prétextant venir récupérer un membre qui, atteint psychologiquement, s’est enfui d’un hôpital psychiatrique. En revanche, le disciple en question étant majeur, les autorités ne peuvent rien faire. La police repart en sachant qu’elle reviendra, car elle est persuadée que des choses étranges s’y déroulent. Ainsi, quelques mois plus tard, la secte se retrouve encerclée par les hélicoptères de la police, et les familles de certains membres du groupe se rendent à la montagne pour convaincre les disciples de repartir avec elles. Moïse est alors emmené à l’hôpital psychiatrique afin d’étudier son cas. Durant son absence, les membres de sa communauté attendent le retour de leur gourou. En effet, Moïse est très vite relâché et regagne sa maison.


À son retour, Moïse se met à consommer énormément d’alcool, ce qui va à l’encontre de son idéologie. Il devient violent : frappe les femmes, arrache des dents à ses disciples sans aucune raison, il oblige les enfants à punir leur mère avec des coups de poings et inversement. Un soir, alors qu’un bébé nommé Ezéquiel ne cesse de pleurer, Moïse le roue de coups de pieds et finit par le blesser aux parties génitales. Alors que Gabrielle Lavallée le supplie d’emmener le bébé à l’hôpital, il se contente d’inciser l’enfant au prépuce dans le but de soulager sa douleur. Ezéquiel décède le lendemain. Dans le même temps, Gabrielle Lavallée se fait couper un doigt par Moïse et décide ensuite de s’enfuir, avant de revenir au sein de la secte suite à des lettres d’excuses de Roch Thiérault.


En décembre 1981, les services de sûreté du Québec encerclent la maison. Moïse et deux autres membres sont arrêtés et les enfants sont placés en famille d’accueil. Les disciples de Roch Thériault attendent une fois de plus leur maître à la maison, qui rentre le 13 avril 1982, car aucune charge n’est retenue contre lui. Son enfant mort de froid quelques années auparavant, Gabrielle Lavallée décide, en 1989, de s’enfuir de la secte une bonne fois pour toutes. En effet, voyant le doigt qu’il lui avait coupé s’infecter, Moïse décide de couper la main de la jeune femme. Gabrielle fuit et rend visite à un médecin, qui décide d’appeler la police.



Le procès de Roch Thiérault commence alors en 1990. Il est condamné à douze ans de prison pour avoir arraché douze dents saines à Gabrielle, mais aussi pour l’avoir amputée et rouée de coups. Lorsqu’on découvre qu’il a tué un enfant, un autre procès s’ouvre. Le 18 janvier 1993, Roch Thiérault est condamné à la prison à vie par le tribunal d’Ontario pour la mort de Solange Boilard, une adepte sur laquelle il avait pratiqué une opération à froid pour lui retirer une partie de l’intestin, et qui est morte quelques jours plus tard.


Le 26 février 2011, Roch Thiérault est retrouvé mort dans sa cellule, suite à une bagarre avec le prisonnier Gerard MacDonald. Bien que certains de ses disciples continuaient à apprécier Moïse et à lui rendre visite jusqu’en prison, sa mort apparaîtra pour Gabrielle Lavallée comme une libération. Elle a écrit un livre nommé L’alliance de la brebis qui relate son histoire et détaille ce passage de sa vie.


Constance