• Nox

James Dean : sa voiture serait-elle maudite ?

Depuis la mort de James Dean, le mystère plane toujours autour des pièces détachées récupérées sur sa Porsche 550. Accidents mortels lors de courses amicales, incidents en plein milieu d'expositions... Entre 1956 et 1960, de nombreux phénomènes inexplicables ont lieu autour de cette voiture. Des phénomènes qui ne sont pas sans rappeler la fameuse Christine de Stephen King, une automobile possédée qui tue tous ceux qui s'approchent de près ou de loin de son propriétaire. Et si ce scénario digne d'un film d'horreur devenait réalité ? Si une voiture pouvait être la cible d'une malédiction ?


Image du film Christine

Réputé pour son rôle dans le film La fureur de vivre sorti en 1955, James Dean apparaît comme une star montante du cinéma Hollywoodien dans les années 1950. Né en 1931, James a seulement vingtquatre ans lors de la sortie du film. Il est rapidement apprécié pour son rôle d'adolescent à problèmes. En dehors de son métier, Dean est passionné par les courses automobiles, si bien qu'il participe à de nombreuses compétitions : ainsi, il terminera deuxième lors d'une course menée à Palm Springs. Son enthousiasme est si fort qu'il profite de son salaire pour s'acheter plusieurs voitures de sport, dont une Porsche 550 Spider d'une édition limitée, construite en seulement quatre-vingt-dix exemplaires. Il se procure cette voiture pour une somme atteignant plus de six-mille dollars, et la nomme affectueusement Little Bastard (petit salaud en français). Bien que ses amis lui avouent ne pas se sentir en confiance dans cette voiture, James Dean compte bien l'utiliser pour participer à quelques compétitions.


James Dean au volant de sa Porsche :

C'est ainsi que le 30 septembre 1955, le jeune homme, accompagné de son mécanicien Rolf Wutherich, s'installe au volant de sa Porsche. Ils se dirigent vers Salinas, à 500 kilomètres de Los Angeles, où James doit concourir lors d'une course automobile. À mi-chemin, la police l'arrête pour excès de vitesse, avant de le laisser repartir. Alors qu'il traverse la route 46, il passe à un croisement près de la ville de Cholame, lorsqu’un étudiant du nom de Donald Turnupseed tourne à gauche en coupant la priorité à Dean. Celui-ci décède du coup du lapin au moment même de la collision, tandis que son passager, Rolf Wutherich heurte le tableau de bord avant d'être projeté hors de la voiture, il survivra grâce à l'intervention des secours. Donald Turnupseed s'en sortira avec quelques égratignures. Le compteur de la voiture, bloqué, indique 185 km/h, mais selon les experts, Dean roulait à 90 km/h lors de l'impact.


Les fans sont nombreux à pleurer la mort prématurée de cette icône du cinéma. Les studios de Warner Bros. continuent de recevoir plus de sept-mille lettres d'amour lui étant adressées dans l'année qui suit son décès, sa tombe est très souvent recouverte de marques de rouge à lèvre et beaucoup de fan club lui sont dévoués. Beaucoup de théories commencent à entourer la mort de l'acteur, et la légende raconte que James Dean fut en fait victime d'une malédiction lancée par Maila Nurmi. Cette jeune actrice de film d'horreur à petit budget aurait eu une relation avec Dean, qui aurait démenti cette aventure devant la presse pour ne pas ternir sa réputation. Maila Nurmi, furieuse et adepte d'une secte satanique, se serait vengée en lançant une malédiction autour de Dean et du film qui a fait son succès : La fureur de vivre. Tous ses acteurs sont en effet morts de cause plus ou moins étrange : James Dean à l'âge de vingt-quatre ans au volant de sa voiture, Sal Mineo fut poignardé dans la rue à l'âge de trente-sept ans par une personne qui cherchait de l'argent, et Natalie Wood meurt noyée dans des circonstances qui restent inexpliquées.


L’actrice Maila Nurmi

Mais la malédiction ne s'arrête pas après la mort de Dean : celle-ci n'est que l'élément déclencheur ! En effet, la voiture de celui-ci semble suivie par la même malédiction qui toucherait maintenant tous ceux qui s'en approchent. Tout commence lorsque George Barris rachète la carcasse du véhicule pour près de trois-mille dollars afin de revendre les pièces détachées. Dans son livre Cars of the stars sorti en 1974, il raconte les histoires terrifiantes et paranormales qui suivent Little Bastard depuis son accident.


Dès l'arrivée de la Porsche chez son acheteur, les choses ne se passent pas comme prévu : lors de la décharge de la voiture, elle se détache trop tôt de son socle et vient écraser le chauffeur qui devait la faire sortir du camion la transportant. Après cet incident, George Barris poste une annonce afin de vendre les pièces détachées : suite à cela, un particulier achète deux des quatre pneus de la voiture. Quelques temps plus tard, ces pneus explosent sans raison apparente et causent un accident. De plus, deux hommes rachètent des pièces dans le but de s'organiser une course amicale : l'un faisant l'achat du moteur de Little Bastard et l'autre d'un élément de transmission. Lors de cette compétition, un des hommes meurt en perdant le contrôle de son véhicule, blessant également son ami dans la collision.


En 1956, après avoir recréé la carcasse de la Porsche 550 avec les pièces qui lui restaient, George Barris expose le véhicule lors d'une campagne sur la sécurité routière. C'est alors qu'un incendie se propage dans le garage où sont exposées les différentes voitures. Tous les véhicules brûlent, sauf un : Little Bastard qui n'est presque pas abîmé par la fumée. Quelques années plus tard, lors d'une kermesse, la voiture est exposée en hauteur. Sans que personne ne s'en aperçoive, elle tombe sur un adolescent de quinze ans. Blessé et étourdi, le jeune homme affirme qu'une fois au sol, la voiture s’est précipitée sur lui pour l’écraser.


C'est un plus grand mystère encore qui entoure la disparition de la Porsche de James Dean. En effet, L'actrice Maila Nurmi aurait lancé la malédiction sur James Dean et sa voiture en 1960, alors qu'un train scellé ramenait la voiture en Californie après une exposition en Floride, elle aurait disparu sans laisser de traces. À l'arrivée en gare, on aurait trouvé le train vide alors qu'il était encore scellé. Depuis ce jour, la voiture reste toujours introuvable.


La Porsche 550 après l’accident

Pour certains, George Barris serait en réalité à l’origine de ce mythe concernant Little Bastard. C’est la théorie que défend Lee Raskin, un auteur américain ayant fait des recherches sur cette affaire. Pour lui, la voiture et ses pièces détachées n’ont pas été impliquées dans des accidents d’une telle ampleur. Il y a eu en réalité un petit accrochage en 1956 entre deux voitures, ainsi qu’un départ d’incendie dans le garage où était installée la voiture en 1959, mais rien de plus selon Raskin. Pour lui, Barris a exagéré les faits, avant d’inventer la disparition de la voiture pour faire vivre à jamais le mythe de James Dean et de sa Porsche maudite. Quant au mystère entourant la disparition de la voiture, il reste entier.


Ainsi, un musée automobile de l’Illinois déclare détenir deux pièces de la Porsche : un morceau de métal récupéré sur le lieu de l’accident et une portière. En 2015, un homme affirme que la carcasse de la voiture est en réalité emmurée dans un immeuble de l'état de Washington. Lorsqu'il était enfant, il aurait vu son père et d'autres hommes la cacher lors de la fabrication d'un bâtiment. Après ses aveux, son père réussit le détecteur de mensonge, ce qui semble prouver que les affirmations de l'homme étaient vraies. Cependant, le mur n'a jamais été fracassé depuis, et la voiture jamais retrouvée.


Des dizaines d'années après la mort de James Dean, le mystère plane toujours sur sa voiture : était-elle un objet maudit voué à tuer son propriétaire ? Était-ce un mensonge mis en scène pour faire vivre à tout jamais le mythe de cette icône Hollywoodienne ? L'énigme n'a jamais été élucidée, mais nous pousse tout de même à réfléchir lors d'un futur achat de voiture d'occasion.


Constance