• Nox

Grandir dans le mensonge, l’histoire de Gypsy Rose Blanchard, l’enfant « malade »

Gypsy a grandi avec une mère souffrant du syndrome de Münchhausen par procuration, également appelé trouble factice. Celle-ci a inventé des maladies et des handicaps à sa fille afin d’attirer la compassion et l’attention. Toute son enfance la jeune fille pensait réellement être atteinte de tous les maux que sa mère lui désignait, mais durant son adolescence leur relation est devenue de plus en plus conflictuelle et Gypsy a aidé son petit ami à assassiner sa mère au cours de l’été 2015.



Gypsy Rose Blanchard est né le 27 juillet 1991 en Louisiane aux États-Unis. Enfant unique, elle est élevée par sa mère Claudine Blanchard, dite Deedee Blanchard. Durant toute son enfance Gypsy est persuadée qu’elle souffre de plusieurs maladies lourdes dont la leucémie, l’asthme, l’épilepsie, la paralysie ou encore le retard mental. Cependant, la vérité est tout autre : Gypsy n’a souffert d’aucune réelle maladie durant sa croissance et c’est sa mère qui lui a inventé de nombreux maux car elle souffrait d’une pathologie mentale appelée le syndrome de Münchhausen. C’est le terme médical utilisé lorsqu’une personne simule la maladie de façon répétée et importante. Dans ce cas précis, la mère de Gypsy projetait son trouble pervers sur sa fille.


Dès la naissance de sa fille, Deedee s’est manifestée auprès des médecins en répétant que son bébé souffrait d’apnée du sommeil, ils n’ont cependant jamais pu le confirmer. Alors que Gypsy est âgée de 5 ans, sa mère lui annonce qu’elle souffre d’une leucémie. En grandissant elle lui invente d’autres maladies, ainsi que des problèmes divers affectant sa vue, son audition et sa respiration. Deedee prend alors un pouvoir pervers sur sa fille et lui diagnostique de plus en plus de maladies imaginaires. Elle profite par ailleurs d’un accident anodin de moto où Gypsy n’a souffert que de blessures légères pour assurer que sa fille a en fait une dystrophie musculaire qui l’empêche de marcher. Celle-ci se retrouve alors forcée de se déplacer en fauteuil roulant dès l’âge de 7 ans alors qu’elle est en réalité tout à fait capable de marcher.


À partir du moment où les proches de Deedee ont commencé à se poser des questions sur la condition de sa fille, elle a déménagé et s’est acheté un appartement avec les chèques qu’elle percevait pour financer les soins médicaux de sa fille. Après plusieurs année Deedee a conduit sa fille à l’hôpital prétextant qu’elle souffrait de crises d’épilepsie. De nouveaux, les médecins n’ont pu confirmer ce que la mère avançait. Finalement Gypsy a reçu des traitements pour ces crises dont personne n’avait pu être témoin...


En 2005, les Blanchards ont été touchés par l’ouragan Katrina. La mère et la fille se sont alors fait connaître comme œuvrant pour les droits des personnes handicapées et des nécessiteux. Elles ont pu recevoir de nombreux financements de la part de plusieurs associations comme Make-a-Wish® et elles ont même profité d’une maison totalement neuve, construite pour répondre aux besoins imaginaires de Gypsy, gracieusement offerte. Deedee a finalement trompé l’opinion publique et elle s’est de plus en plus enfoncée dans son trouble mental.


Leur notoriété grandissante a attiré l’attention de plusieurs médecins qui ont proposé à Deedee de venir en aide à leur fille. L’un de ces docteurs, le pédiatre Bernardo Flasterstein a proposé de voir Gypsy pour pouvoir la soigner gratuitement. Cependant, lorsque le docteur a ausculté la jeune fille, il a très vite remarqué qu’elle n’avait pas de problèmes physiques et a commencé à avoir de nombreux doutes face au comportement de Deedee qui continuait d’affirmer que sa fille était incapable de marcher et qu’elle allait mourir. La mère était arrivée à un point de non-retour où elle rasait le crâne de sa fille en prétextant que ceux-ci tomberaient de toute façon à cause de ses diverses maladies.



D’après les enregistrements médicaux, la mère de Gypsy, l’aurait emmené à l’hôpital plus d’une centaine de fois entre 2005 et 2014, elle a subi plusieurs opérations chirurgicales comme notamment des opérations du système gastrique, des yeux ainsi qu’une ablation des glandes salivaires. Un incident est survenu en 2010 quand Gypsy, comprenant qu’elle n’était en réalité pas malade, a décidé d’aller chercher refuge chez une voisine. Mais, très vite rattrapée par sa mère, elle a été forcée de rentrer chez elle. Pour se justifier, Deedee a alors expliqué à ses voisins que sa fille était mentalement instable à cause des traitements qu’elle prenait chaque jour. Durant l’ouragan qui a frappé sa maison, Deedee a perdu plusieurs papiers administratifs reprenant les maladies de Gypsy, mais également son acte de naissance. Elle a alors profité de cette perte pour faire croire aux gens que sa fille était âgée de 14 ans alors qu’elle était en réalité une adulte de 19 ans à l’époque.


Approchant un âge de maturité, Gypsy a cherché à se défaire de l’emprise perverse de sa mère, souhaitant vivre sa vie, elle a alors commencé à chatter en ligne avec des hommes. Deedee a découvert que sa fille discutait en ligne avec des inconnus et a alors commencé à l’enchaîner à son lit le soir et à la menacer de la torturer (lui écraser les doigts avec un marteau) si elle n’arrêtait pas d’utiliser l’ordinateur. Gypsy savait que seul une personne de l’extérieur pourrait l’aider à s’enfuir. Elle a donc continué à discuter avec des hommes quand sa mère était endormie.


Elle a finalement fait la connaissance de Nicholas Godejohn. Les deux jeunes sont vite tombés amoureux et ils ont commencé à entretenir des rapports intimes en ligne. Gypsy a avoué à son petit copain tout ce qu’elle subissait et qu’elle était persuadée que sa mère lui avait inventé toutes ses maladies depuis des années. Le couple a alors décidé d’assassiner Deedee pour permettre à la jeune fille de vivre une vie normale.


Gypsy et Nicholas se sont rencontrés en 2012 alors que Deedee n’était pas présente à la maison, et ils ont eu des rapports sexuels. Nicholas possédait un casier judiciaire et un passif de troubles mentaux, mais ces faits n’ont pas éloigné Gypsy du garçon. Le couple a alors mis en œuvre le meurtre de Deedee.



Alors que sa mère dormait, Gypsy a ouvert la porte de leur maison à Nicholas et celui-ci a alors poignardé Deedee à mort dans son sommeil. La jeune fille a raconté lors de son procès qu’au moment du meurtre elle se trouvait dans la salle de bain et qu’elle se bouchait les oreilles pour ne pas entendre sa mère qui agonisait, alors que Nicholas lui portait des coups de couteau. Le couple s’est ensuite enfui et s’est caché dans un hôtel pendant plusieurs jours.


Les voisins et les proches de Deedee ont commencé à s’inquiéter quand la mère n’a plus donné signe de vie après un certain temps. Un avis de recherche a alors été lancé pour retrouver la mère et la fille.


Le 14 juin 2015 la police est entrée au domicile de Deedee Blanchard et ont retrouvé son corps inanimé dans son lit. La police a d’abord pensé que Gypsy avait été kidnappée mais les agents ont finalement eu accès aux messages que Gypsy avait échangé sur son compte Facebook et ils ont alors découvert qu’elle était à l’origine du meurtre. Coup de théâtre, peu après le meurtre Gypsy a publié SHUTTERSTOCK sur son compte Facebook : « La salope est morte », cette publication a alors alerté les autorités sur sa culpabilité et la préméditation du meurtre.


Gypsy Blanchard et Nicholas Godejohn ont été arrêtés après que la police ait pu tracer l’adresse IP du jeune homme. Durant le procès, Gypsy a avoué qu’elle avait eu l’idée du meurtre et qu’avant, elle avait prévu de tomber enceinte de son petit ami pour que sa mère l’accepte dans sa vie. Après avoir avoué le meurtre, Gypsy a été condamné à une peine de prison de dix ans et Nicholas à vingt-cinq ans, étant celui qui a porté les coups mortels à Deedee.


Leyna