• Nox

EASTERN STATE OU LA PRISON LA PLUS HANTÉE DE PHILADELPHIE

De 1829 à 1971, la prison d’Eastern State à Philadelphie, en Pennsylvanie, a fait vivre un cauchemar à ses prisonniers...entre isolement et torture. Les atrocités menées au cours de son fonctionnement ont fait de ce lieu l’un des plus hantés des États-Unis...et du monde.


La construction de la prison d’Eastern State a débuté en 1922 basée sur un nouveau concept d’organisation carcérale. Cette prison fut la première à mettre en œuvre le "Système de Pennsylvanie", concept selon lequel les prisonniers devaient être séparés les uns des autres,mais aussi séparés de la vie en dehors des murs de la prison. Le but étant de leur faire regretter leurs actes. Avant cela, les prisons étaient des lieux chaotiques et indisciplinés où les détenus de tout âge et de tout sexe se trouvaient dans des cellules communes.


C’est à l’automne 1829 que le pénitencier ouvrit ses portes pour accueillir son premier prisonnier ; Charles Williams, un jeune homme de Harrisburg. Dès leur arrivée, les détenus étaient conduits à l’infirmerie où on leur bandait les yeux pour qu’ils ne puissent pas mémoriser les chemins de la prison.


L’intérieur de la prison © 2014 -Hébergé par Overblog

À cette époque-là,c’était la structure publique la plus coûteuse et la plus élaborée. En effet, chaque cellule était équipée de sa propre zone d’exercice, d’eau courante ainsi que d’un chauffage central, d’un lit, d’une fenêtre et d’une bible. Les cellules comportaient même une cuvette de toilette avec système de drainage.


Chaque cellule avait une porte sur le mur du bas pour accéder à une petite cour intérieure, où les prisonniers étaient autorisés à sortir pendant une heure chaque jour. Lors d’activités nécessitant l’assistance d’un garde, les détenus étaient dans l’obligation de se couvrir la tête pour éviter tout contact visuel avec d’autres personnes. De plus, l’architecture en forme d’étoile a permis la supervision des allées par un nombre minimum de gardes.


Également, les détenus devaient faire de nombreuses tâches comme par exemple la cuisine, le ménage, etc. Il y avait des règles très strictes comme le fait qu’ils ne pouvaient pas parler entre eux. S’ils ne respectaient pas les règles, ils pouvaient subir des châtiments corporels (coups de fouets par exemple). Cet isolement qui leur privait même de lire les lettres de leurs familles était mis en place pour qu’ils se repentissent.


Mais les châtiments ne s’arrêtaient pas là. En effet, les prisonniers subissaient des sévices d’eau glacée ; en hiver certains pouvaient être suspendus au mur toute une nuit et ce tout mouillés avec de l’eau glaciale. Il arrivait que des prisonniers perdent des membres...Et ce n’est pas tout, le châtiment le plus dur était surement celui du collier de fer. Si un détenu parlait, on pouvait lui mettre un collier de fer sur la langue rattaché à ses poignets qui eux étaient ligotés dans le dos. S’ils bougeaient, leur langue se déchirait. Par ailleurs, les prisonniers les plus désobéissants étaient placés dans un «trou», ils restaient là-bas des jours voire des semaines dans l’obscurité et avec seulement un verre d’eau et un morceau de pain par jour.


Une des pièces où la torture était pratiquée© 2014 -Hébergé par Overblog

Autant dire que tout cela fait froid dans le dos, rien que d’imaginer ces atrocités. Il régnait une ambiance très glauque et froide qui pouvait donc s’expliquer facilement.


Tout le monde n’était bien entendu pas convaincu quant à l’efficacité de cette organisation carcérale stricte. De nombreux bruits circulaient affirmant que les détenus étaient traités dans des conditions inhumaines,car ils subissaient des châtiments absolument horribles.


Après sa visite au pénitencier en 1842, Charles Dickens a comparé l’isolement cellulaire à l’inhumation vivante. « Dans son intention, je suis bien convaincu qu’il est bon, humain et destiné à la réforme », a déclaré M. Dickens, mais « je suis d’autant plus convaincu qu’il y a en elle une profondeur de terrible endurance que nul n’a le droit d’infliger à ses semblables. Je considère cette manipulation lente et quotidienne des mystères du cerveau comme infiniment pire que toute torture du corps. ».


Les critiques continuelles accumulées au fil des années ainsi que le nombre croissant de prisonniers ont conduit à l’assouplissement progressif des règles comme par exemple en 1903 ; année où les détenus ne devaient plus porter un masque blanc lors des sorties. Le gouverneur de la Pennsylvanie, Gifford Pinchot, a même amené un chien à la prison d’Eastern State le 12 aout 1923, pour redonner aux prisonniers le sourire et leurs remonter un peu le moral.


Mais, la prison a finalement fermé ses portes en 1971 après la détérioration croissante des systèmes mécaniques et électriques. Cependant, elle a rouvert ses portes 15 ans plus tard, en 1994, et cette fois-ci seulement pour le public curieux.


En effet, la prison a été considérée par plusieurs sources comme l’un des endroits les plus hantés d’Amérique. Nombreux sont les chercheurs paranormaux s’étant rendu à Eastern State après avoir entendu un bon nombre de témoignages parlant des faits étranges qui se produisent dans le pénitencier.


Pendant ses années de fonctionnement, Easter State abritait plusieurs détenus célèbres. Le plus connu d’entre eux n’était autre que le plus célèbre mafieux d’Amérique ; Al Capone. Il a été condamné à huit mois de prison à Eastern State en 1929. Ce dernier bénéficiait d’une cellule de «luxe» ; il avait le droit de la décorer selon ses envies avec des beaux meubles et de belles peintures, il pouvait même écouter de la musique. En revanche, Al Capone a déclaré entendre des voix, il hurlait de peur la nuit et même après sa sortie de prison il sentait que quelqu’un le hantait.


Cellule de Al Capone © 2014 -Hébergé par Overblog

Et ce n’est pas le seul témoignage. L’une des plus étranges histoires vient de Gary Johnson, un serrurier qui a travaillé à la prison. Un jour alors qu’il devait se rendre à Eastern State pour ouvrir une vieille serrure au bloc cellulaire numéro 4, il dit qu’une force l’a serré si fort qu’il était incapable de bouger. Il a décrit une énergie négative et horrible qui a explosé hors de la cellule et qu’il a même vu des visages angoissés apparaître sur les murs ainsi qu’une silhouette en particulier qui lui faisait signe de s’approcher.


Par ailleurs, chacun des blocs cellulaires est connu pour des faits paranormaux ; le bloc 4 pour l’observation de fantômes, le bloc 6 pour des figures ombragées qui peuvent se voir le long des murs ou encore le bloc 12 qui lui est connu pour faire écho à des voix.


Aussi, les visiteurs qui ont visité la prison ont affirmé avoir entendu des cris de souffrance, avoir vu des figures sur les murs les appelant, comme si les anciens prisonniers demandaient de l’aide. Et même aujourd’hui encore, Eastern State fait l’objet de nombreuses enquêtes menées par les chasseurs de fantômes.


En vue de son succès, la prison a même été présentée sur Ghost Adventures et Most Haunted Live de Travel Channel, Syfy’s Ghost Hunters et Fear de MTV. Et puis si vous êtes assez courageux, sachez que vous pouvez visiter ce lieu, cependant, faites très attention à vous!


Gloria