• Nox

Creepy story #1

La fameuse fête du 31 octobre fascine certains, pendant que d'autres se retrouvent pétrifiés à l'idée de sortir de chez eux et de se retrouver confrontés à des costumes tous plus effrayants les uns que les autres. On se retrouve aujourd'hui autour d'histoires d'Halloween tirées de sites anglais et traduites pour votre plus grand bonheur.


©NoxFrance

Le château de Grevlin Hill

Grevlin Hill était autrefois le château d'un grand chevalier. Les gens le priaient la nuit, tout comme ils priaient Dieu. Bien souvent, le preux chevalier s'adressait à la foule : « J’écoute toutes vos prières la nuit, au lit ».


Alors que personne ne s'y attendait, une nuit de pleine lune, sa femme de chambre est entrée et a laissé tomber son plateau devant un spectacle hideux. La tête du chevalier était détachée du reste de son corps, et le sang l'entourait. « Comment et pourquoi est-ce arrivé ? » les gens ont demandé, mais aucune réponse n'a été donnée.


À ce jour, le château de Grevlin Hill existe toujours, plus comme un château, mais plutôt comme un orphelinat, l'un des plus chanceux de tous les temps. Katlen, qui était nouvelle là-bas, appréciait l'idée d'être dans un orphelinat, pourtant quelque chose la dérangeait. Elle ne voulait pas rester ; non pas à cause de l'atmosphère effrayante, mais à cause de son besoin de parents... d'une famille...


Une nuit, Katlen avait besoin de se rendre aux toilettes. Elle se moquait de savoir que c'était sombre et effrayant, ou que la salle de bain se trouvait de l'autre côté du château, ce qui la forçait à le traverser. Elle se leva donc, et en chemin dans cette vieille bâtisse froide, elle vit quelque chose dans le coin de l'œil. Elle se retourna pour tomber nez à nez avec un homme se tenant la tête. Il la regarda et dit : « Vas-y, crie et cours ». Katlen semblait trouver cela drôle, car cela ne lui semblait pas réel tellement la situation était inédite. Il s'agissait évidemment du chevalier mort, qui lui a demandé : "De quoi riez-vous ?". Elle se redressa et lui expliqua pourquoi elle riait. "Alors tu n'as pas peur ?" demanda le chevalier. "Non," dit Katlen. "Quel est le but ? Alors que vous êtes mort. Qui s'en soucie ?"


Le chevalier rétorqua rapidement "Eh bien, beaucoup de gens s'en soucient. Ils s’inquiètent !


Les deux individus ont continué à parler pendant plusieurs minutes, ils ont appris à se connaître. Puis une nuit, Katlen lui a demandé comment il était mort. Il a regardé au sol et a dit "Suicide. Je me suis coupé la tête". Lorsqu'elle lui a demandé pourquoi, il a répondu : "Parce que je ne voulais pas rester coincé ici". Elle a demandé "Pourquoi pas ailleurs ?" Il a dit: «J'y pensais mais j'ai réalisé que j'avais vécu ici toute ma vie et que je ne voulais plus être ici. Je veux dire vivre plus. Dieu n'aimait pas ce que j'avais fait et m'a puni. Il disait que je devais rester dans ce château jusqu'à ce qu'une fille me dise : "Je t'aime."


Immédiatement, Katlen dit "Je t'aime" et le preux chevalier disparut.


(Histoire tirée du site : https://www.halloween-website.com/stories/grevlin_hill.htm)


Une blague qui tourne mal

La tradition qui consiste à jeter des œufs sur des gens le soir d'Halloween est dans le meilleur des cas, une blague de mauvais coup certes, mais qui ne blesse personne. Dans le pire des cas, cette farce peut-elle conduire à la mort ?


C'est le cas de Karl Jackson, à vingt-et-un ans, qui détestait sortir spécialement le soir d'Halloween. Pourtant, le 31 octobre 1995, sa pire peur devînt réalité lorsqu'il décide de prendre son pick-up pour aller récupérer le fils de sa petite amie à une fête. Pendant le trajet, un groupe d'adolescents se retrouve à lancer des œufs sur la voiture de Karl, c'est alors que l'homme décide de s'arrêter et de les confronter. Malheureusement, alors qu'il regagnait sa voiture, l'un des adolescents sort une arme de son manteau et le tue d'une balle dans la tête...


(Histoire tirée du site : https://www.rd.com/)


Pourquoi les sorcières volent sur des balais

La sorcière maléfique à la peau verte volant sur son balai magique peut être une icône d'Halloween et un stéréotype bien usé. Mais l'histoire réelle derrière la façon dont les sorcières ont été associées à un objet domestique aussi quotidien est tout sauf terne.


La première image connue de sorcières sur balais remonte à 1451, lorsque deux illustrations sont apparues dans le manuscrit du poète français Martin Le Franc « Le Champion des Dames ».


L'association entre les sorcières et les balais peut avoir des racines dans un rituel de fertilité païen, dans lequel les agriculteurs ruraux sautaient et dansaient à cheval sur des poteaux, des fourches ou des balais à la lumière de la pleine lune pour encourager la croissance de leurs cultures. Cette « danse du balai » a été confondue avec les récits courants de sorcières volant à travers la nuit en route vers des orgies et d'autres réunions illicites.


(Histoire tirée du site : https://www.aenetworks.tv/


Ici, dorment des démons

Au cours des six semaines de ma première année d'université, non pas un, mais deux événements étranges se sont produits dans la chambre de mon appartement sur le campus autrement banal.


Le premier fut bref mais intense : j'ai été réveillée par un choc avec un sentiment de terreur inexplicable que je n'avais jamais ressenti auparavant. J’ai jeté mes couvertures, quelque chose m'a obligé à sauter du lit et à ouvrir ma porte. Ma colocataire de l'autre côté du couloir a ouvert sa propre porte à la même seconde, les yeux écarquillés et l'air aussi effrayé que moi : «As-tu ressenti ça ? me demanda-t-elle, reprenant toujours son souffle. «OUI», ai-je dit, et nous avons ajourné à la cuisine pour une collation de calme. Ce qui nous a réveillé n'a affecté personne d'autre dans la maison, pas même mon petit ami de l'époque, qui dormait encore dans mon lit.


Un mois à peine plus tard, je faisais une sieste après un cours tôt le matin. Je me suis réveillée avec le soleil dans ma chambre et j'ai vérifié le réveil sur ma table de chevet ; il était environ neuf heures quarante-cinq du matin. C'est là que je l'ai vu (ça ? Elle ?) : une forme opaque assise au pied de mon lit, si blanche qu'elle avait l'air presque éclairée de l'intérieur, avec des membres maigres, une poitrine plate et des cheveux broussailleux autour de sa tête comme des plumes d'autruche. J'étais plus fascinée qu’effrayée jusqu'à ce que j'essaie de m'asseoir et que je réalise que je ne pouvais pas. Comme si la chose sentait mon problème, elle s'est penchée sur moi, ce qui me paniqua pour de bon. J'ai alors plissé les yeux pendant une seconde - et quand je les ai ouverts, j'étais de nouveau seule, libre de bouger. Oui, Google m'informera plus tard qu'il s'agissait d'une paralysie du sommeil, mais cela semblait tellement réel... -Samantha Vincenty


(Histoire tirée du site : https://www.oprahmag.com/)


Mort après avoir ingéré des bonbons

En 1974, Timothy O'Bryan, huit ans, est décédé le soir d'Halloween après avoir mangé des bonbons contenant du cyanure. Mais l'histoire a une tournure encore plus horrible. Il s'est avéré que les bonbons avaient été empoisonnés par son propre père, Ronald, qui avait des problèmes financiers et avait souscrit des polices d'assurance pour ses enfants. En plus de Timothy, Ronald O'Bryan avait donné des bonbons empoisonnés à quatre autres enfants, dont sa fille, Elizabeth. Heureusement, aucun d'entre eux n'en a mangé. O'Bryan a été exécuté par injection létale en 1984.


(Histoire tirée du site : https://www.buzzfeed.com/


Un acte de suicide pris pour une décoration d'Halloween

En 2005, une femme de quarante-deux ans dans le Delaware s'est suicidée en se pendant à un arbre en face d'un quartier résidentiel. Bien que le corps soit facilement visible des passants et des véhicules qui passaient, personne n'a appelé la police pendant des heures. Pourquoi ? Ils ont supposé que la femme se balançant dans le vent était une décoration d'Halloween.


(Histoire tirée du site : https://www.buzzfeed.com/)


« Le grenier »

Un homme nommé Rupert et son chien vivaient au milieu des bois dans une petite cabane. Un jour, Rupert part chasser et laisse le chien à la maison pour protéger la cabane. À son retour, il remarque que son chien a disparu. Il cherche pendant des jours, sans jamais le retrouver. Il conclut que le chien retrouvera éventuellement son chemin vers la maison. C'est alors qu'un jour il entend du bruit dans le grenier, et y monte pour vérifier. Ensuite, le cri de Rupert résonne dans la forêt.


La raison du cri de Rupert ?


Vous aussi vous crieriez si vous marchiez sur un clou pieds nus...


(Histoire tirée du site : https://halloween.fandom.com/)


La « chose »

Ted Martin et Sam Miller sont meilleurs amis. Une nuit, ils sont en train de parler de choses et d'autres, lorsqu'ils aperçoivent quelque chose ramper dans l'herbe au loin et se mettre debout. La chose disparaît et apparaît deux autres fois, en se rapprochant de plus en plus. La troisième fois, la chose est proche des deux garçons, par peur ils décident donc de se mettre à courir. Par curiosité, ils s'arrêtent et se retournent pour essayer de toucher la chose. Ted décide d'y aller en premier et voit que la figure de la chose ressemble à un squelette. Ils rentrèrent chez eux et la chose disparue. Ted tomba ensuite malade et mourra, pendant que Sam regarde son ami se transformer en ce qu'il a vu ce soir-là. Malédiction ?


(Histoire tirée du site : https://halloween.fandom.com/)


Je savais que quelque chose était debout à côté de moi


Un utilisateur Reddit raconte :


J'habitais dans un vieil appartement dans les années 2000. L’immeuble avait été construit en 1900, donc le bâtiment fêtait ses cent ans quand j'ai emménagé. La salle à manger et la cuisine étaient bien, mais la chambre ainsi que la salle de bain étaient dérangeantes, je me sentais souvent regardé et épié, surtout dans la chambre lorsque le placard était ouvert. La tension montait de plus en plus au fur et à mesure de mon installation, et l'ambiance devenait pesante. Je ne me sentais bien dans la chambre que si la porte était fermée à clé. Une nuit, j'étais mort de fatigue lorsque j'ai entendu un grand bruit sur la porte de ma chambre. Quand le courage m'a permis de me lever hors du lit, j'ai vérifié l'appartement et toutes les fenêtres ainsi que les portes, tout était parfaitement verrouillé, personne ne s'était donc introduit dans l'appartement. J'ai mentionné plus tôt le placard qui se trouvait dans ma chambre, je n'aimais jamais aller à l'intérieur, pour une certaine raison, dans ma tête j'entendais quelqu'un étouffer et tousser, c'est pour cela que je laissais constamment la porte fermée. Un mois ou plus après cet événement, je me suis réveillé avec l'impression que quelque chose était sur moi, une sorte de pression comme si on me maintenait sur le lit. Il faisait totalement noir dans la chambre, je ne pouvais rien voir, mais je savais que quelque chose se tenait debout dans la pièce. Quand j'ai enfin réussi à allumer la lumière, il n'y avait personne dans la chambre. Après ça, je ne pouvais plus dormir dans le noir, je devais donc dormir avec une lumière allumée. Cet incident m'a réellement terrifié. Après cela, le sentiment d'être suivi et épié ne faisait que s'empirer. Des amis venaient à la maison, et racontaient qu'ils se sentaient mal à l'aise surtout dans la salle de bain, comme si quelqu'un était en train de les observer. Ça devenait tellement inconfortable pour moi que dès que j'ai eu la chance de déménager, j'ai sauté sur l'occasion. J'ai rapidement fait mes cartons et quitté cet endroit. Après moi, de nombreuses personnes ont loué l'appartement, et ont déménagé en seulement quelques mois. Je suis devenu ami avec le concierge de l'immeuble, et en lui racontant que je pensais que l'endroit était hanté, il m'avait ri au nez. Des années plus tard, lorsqu'ils étaient en train de rénover l'endroit, je me suis rendu sur les lieux, j'y ai trouvé le concierge en train de peindre les murs, le propriétaire était là aussi. L'appartement avait l'air plus chaleureux, et l'ambiance n'y était pas étrange. En discutant avec le propriétaire, il a balancé dans la conversation qu'une personne s'était suicidé par pendaison dans le placard. Il a aussi mentionné que l'ancien propriétaire est décédé dans l'appartement. Je n'étais pas fâché quand j'ai entendu cela, mais plutôt rassuré, ce que j'avais senti était donc bien réel.


(Histoire tirée du site : https://travel.earth/)


Le retour du Mothman

Ok, Reddit. Je n'ai jamais partagé cette histoire sur Internet avant, et je suppose qu'elle va tomber rapidement dans l'oubli. C'est pourtant une histoire qui m'a terrifié une bonne partie de mon enfance.


Certaines choses effrayantes et inexplicables me sont arrivées dans la vie, des choses paranormales et donc difficiles à aborder. Je suis souvent mal à l'aise à l'idée d'en parler, les gens sont souvent sceptiques et ne croient pas en ce qu'ils ne voient pas. Tout comme mes parents et amis me le disaient, j’ai toujours été l’enfant qui inventait des histoires, mais celle-ci est bien réelle.


J’ai partagé une chambre avec ma sœur vers l’âge de sept ans, mais elle était à une soirée pyjama la nuit où s’est arrivé. Quand j’étais petit, j’étais terrifié par beaucoup de choses - je n’avais jamais rien vu de proche d’un film d’horreur (même pas The Nightmare Before Christmas) à cause de la nervosité que j’avais. Donc naturellement l’obscurité me faisait peur. J’étais vraiment enclin au cauchemar, mais celui-ci était différent, il s'agissait de quelque chose de plus vivant, trop réaliste pour n'être qu'un rêve.


J'avais donc, par peur, l'habitude de me cacher sous les draps, comme l’enfant lâche que j’étais quand j’ai décidé de sortir la tête pour prendre l’air, et que j’ai vu quelque chose dans ma chambre. Quelque chose de clairement pas humain. Je disais que c'était un alien à l’époque parce que c’est la chose la plus proche à laquelle mon esprit ignorant d’horreur puisse le comparer. Maintenant, je le vois comme plus semblable au Rake ou au Mothman.


Sa tête était grande et en forme d’œuf, beaucoup trop grande pour son corps minuscule et mince. Il était totalement nu. Peau grise pâle ou blanche cendrée, le manque de lumière le rendait difficile à dire. Tous les os étaient visibles. Son petit sac ratatiné et son pénis étaient juste accrochés entre ses jambes. Ses mains étaient beaucoup trop grandes pour ses bras en forme de cure-dents et ses yeux étaient totalement noirs, légèrement brillants.


Le plus troublant était le fait qu'il me fixait, sans jamais cligner des yeux. Après quelques secondes de paralysie complète, j'ai réussi à débloquer mon corps de sa peur et à tirer les draps jusqu'au-dessus de ma tête, une façon pour moi de me cacher les yeux. J’y suis resté jusqu’à l'endormissement.


Je sais que cette chose n’était pas humaine. Je l’ai dit à mes parents le lendemain et ils ont dit que je rêvais. Je m’en souviens très bien, et le reste de mon enfance est vraiment, vraiment flou. Mais voir cette chose dans ma chambre est l’un des souvenirs d’enfance qui m’a le plus marqué. Je n’ai aucune idée de ce que c’était, et malgré ma fascination pour les histoires d’horreur, je ne pense pas vouloir savoir.


(Histoire tirée du site : https://travel.earth/)


-Julie