• Nox

Cambridge Analytica


Logo de l’entreprise © Wikipédia

La grande histoire de Cambridge Analytica et Facebook a secoué le monde tant par les vols que par la manipulation psychologique qu’ils ont eu sur le monde entier. C’est une histoire qui aura bouleversé le monde du digital.


Cambridge Analytica est une entreprise fondée en 2013 par Alastair MacWilsson. C’est une entreprise qui analyse les données à grande échelle ainsi spécialisée dans le conseil en communication. Le PDG de l’entreprise, Alexander Nix apprend en 2014 que l’université de Cambridge aurait développé une technique afin de mieux comprendre les profils psychologiques des utilisateurs. Celui-ci, ayant adoré l’idée, demande à l’Université de travailler avec elle. La réponse était bien évidemment un non catégorique sauf pour un chercheur ; Dr Aleksandr Kogan. Celui-ci avait accepté de prêter main forte à Cambridge Analytica en développant une application nommée « ThisIsYourDigitalLife » qui permettrait à ses utilisateurs d’être payés en répondant à des questions d’ordre psychologique. Les données n'étaient censées servir qu’à des fins de recherche universitaire. C’est ce dont tout le monde croyait. Sauf que le vice caché était de revendre les données récoltées à Cambridge Analytica qui exploitait ces dernières.


Entre 2014 et 2015, l’application avait fait fureur auprès de tous, pensant que ce n’était rien de plus que de la recherche et non du vol de données en plus d'être rémunéré. Près de cinquante millions de personnes auraient téléchargé l’application et auraient divulgué (sans le savoir) leurs informations personnelles. Mais finalement, pourquoi Facebook s’est mêlé à l’histoire ? Tout simplement, car l’application était sur le réseau social Facebook et circulait en toute connaissance de cause.


Le travail de Cambridge Analytica était l’influence dans le monde politique. L’un des plus gros clients de C.A. à ses débuts était Ted Cruz, candidat de la primaire républicaine. Par la suite, Donald Trump aurait demandé à l’entreprise de s’engager pour la future présidence de celui-ci. C.A. aurait ciblé les audiences, manipulé les consommateurs de Facebook via des publicitaires ainsi que des appels aux dons.


Lors de la victoire de Donald Trump, une grande fête avait été organisée chez C.A., le président remerciant aussi l’entreprise de son aide. Effectivement, en ayant manipulé un peuple via les réseaux sociaux, l’entreprise avait réussi à atteindre son but.


Tout se passait très bien pour l’entreprise qui s’enrichissait. Sauf que Alexander Nix n’avait pas prévu qu’un ancien employé de Cambridge Analytica raconterait tout. Effectivement, Christopher Wylie anciennement spécialiste de l’exploitation des données, est celui qui aurait mis en place l’idée de C.A. Ce dernier aurait affirmé que la récolte des données était faite grâce à l’application mise en place sur Facebook. Plus en détails, une application qui était un test de personnalité. Quelques-uns ont accepté de faire le test en échange de leurs informations personnelles tandis que d’autres ont refusé. Néanmoins, les informations étaient tout de même récoltées à cause de Facebook.


Ces révélations ont été un énorme choc pour le monde entier qui venait d’apprendre que leurs informations étaient revendues à des fins de manipulation. Des plaintes ont été portées. Mais un jour avant l’audience officielle, Facebook a décidé de retirer les droits de ThisIsYourDigitalLife sur les plateformes. Alexander Nix ainsi que tous les employés ayant contribué à la conception de cette méthode sont passés en jugement. Mark Zuckerberg a aussi été entendu, non seulement face à la justice américaine mais aussi face au Parlement Européen.


Celui-ci avait affirmé n’avoir jamais entendu parler de C.A. et ne pas savoir ce qu’elle faisait sur ses plateformes. Bien entendu, Facebook prit très cher financièrement notamment en bourse.


Mark Zuckerberg en interview face au scandale © CNN

Tous les réseaux sociaux ont décidé de changer leur politique de confidentialité face à cette affaire qui rendait de plus en plus sceptiques et méfiants les utilisateurs qui se sentaient trahis et exploités comme de vulgaire « Data ». Facebook aurait demandé à C.A. de supprimer les données récoltées, mais aucune vérification n’a été mise en place et jusqu’à maintenant Facebook n’a jamais vérifié si ces données ont bel et bien été supprimées.


L’affaire est toujours d’actualité, et beaucoup se demandent si Facebook reste un réseau social fiable. Mark Zuckerberg qui prônait la sécurité est dorénavant au-devant de la scène face à ce scandale qui aurait fait des millions de victimes.


Aujourd’hui encore le doute est présent. Beaucoup d’utilisateurs craignent de se faire encore manipuler et parlent de théorie du complot. Certains ont délaissé les réseaux sociaux pendant que d’autres adhèrent à ceux-ci. Mais finalement, est-ce réellement dangereux ?


Hana